RDC: Marie-Ange Mushobekwa, "Menteuse" devant le Conseil des droits de l'homme !

Menteuse ? Sorcière ? Marie-Ange Mushobekwa, ministre des droits humains de la République démocratique du Congo, enfarine du haut de la tribune de la 34 session du Conseil des droits de l'homme, les experts de l'ONU à Genève. République bananière, qui tue, assassine, massacre, affame, pille...la veuve Likulia peint la RDC comme un pays démocratique alors que ce dernier n'est démocratique que...

RDC: Marie-Ange Mushobekwa, "Menteuse" devant le Conseil des droits de l'homme !

Par Freddy Mulongo, mercredi 15 mars 2017  Radio Réveil FM International

freddy-mulongo-mushobekwa

République bananière qui foule aux pieds les droits élementaires des citoyens, la RDC est un Etat-Croupion en matière du respect des droits humains! Marie-Ange Mushobekwa a-t-elle fumé la moquette pour débiter des mensonges éhontées sur les droits de l'homme rdciens à la 34è session du Conseil des droits de l'homme à Genève, le 2 mars dernier. La veuve Likulia a-t-elle cru que ses bobards, devant l'illustre assemblée du Conseil des droits de l'homme, rehaussaient la RDC ? Que du pipeau à la tribune des droits de l'homme.

Réveil-FM: Marie-Ange Mushobekwa, "Menteuse" au Conseil des droits de l'homme à Genève © Freddy Mulongo

La fameuse ministre des droits humains, du gouvernement éphèmere de Samy Badibanga nommé une heure avant la fin effective du second mandat usurpé par Alias Jo Ka, a enfariné les membres du Conseil des droits avec un discours alambiqué.

Tout congolais sait que les droits de l'homme sont bafoués en République démocratique du Congo. Seuls les apparatchicks et membres du MP-Pprd-Parti-Etat, criminels, soudards, tortionnaires, pillards bénéficient des droits au Congo-Kinshasa, pas les citoyens lambda.

Nulle part, Marie-Ange Mushobekwa ne parle de la fin de mandat constitutionnel d'Hippolyte Kanambe Kazembere alias Joseph Kabila depuis le 19 décembre 2016 !

Pas un mot sur le charnier de Maluku!

Pas un mot sur les odieuses tueries à Beni dans le Nord-Kivu ! Pas un mot sur le massacre des jeunes manifestants de septembre et décembre 2016 par la soldatesque qui a tiré à l'arme réelle sur des jeunes aux mains nues.

Pas un mot sur des déplacements de populations congolaises devenues réfugiés dans leur propre pays à cause des rébellions factices fabriquées par le régime d'usurpation et imposture de Kinshasa pour justifier ses répressions.

Pas un mot sur les viols massifs utilisés comme arme de guerre sur des femmes congolaises dont le Dr. Denis Mukwegue et son équipe réparent. Pas un mot sur les assassinats de Floribert Chebeya et Fidèle Bazana dont l'enquête promise par la RDC n'a jamais abouti. Et c'est le Sénégal qui tente de faire aboutir ce dossier avec l'inculpation du policier Paul Mwilambwé.

La policarde Marie-Ange Mushobekwa s'est bien foutue de la guele des congolais et des experts de l'ONU.

Pour Marie-Ange Mushobekwa, qui change les louanges d'Alias Joseph Kabila à la tribune du Conseil des droits de l'homme à Genève, il n'y a rien à voir en RDC, circulez !

Victimes de massacres: les Bundu Dia Kongo de Mwanda Ne Nsemi, comme ceux de Kamuena Nsapu dans le Kasaï-Central sont des terroristes !

En mettant une bonne femme au ministère des droits humains, Alias Joseph Kabila n'a voulu qu'enfumer les partenaires de la RDC. Marie-Ange Mushobekwa est le petit couteau de l'imposture et des crimes contre l'humanité qui se vivent au Congo-Kinshasa, qui n'est démocratique que de nom. Parler de la RDC, comme un pays post-conflit pour justifier les atteintes massives des droits de l'homme, est une méprise !

Marie-Ange Mushobekwa, menteuse et sorcière, peut-elle se regarder dans le miroir en écoutant son allocution devant le Conseil des droits de l'homme à Genève ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.