RDC: Martin Mulumba biaise avec la genèse du pouvoir de Tshilombo, Alias Kabila BIS!

Les valeurs de la démocraties sont universelles. A chaque fois qu'une élite congolaise pour le besoin du ventre et d'une promesse de nomination quelconque biaisera avec la vérité pour rejoindre la mangeoire de Tshilombo, il aura rendu un mauvais service à la RDC ! Par coterie tribale, soutenu par une bande des tribalistes décomplexés, Martin Mulumba fausse l'histoire...

RDC: Martin Mulumba biaise avec la genèse du pouvoir de Tshilombo, Alias Kabila BIS !

Par Freddy Mulongo, samedi 15 juin 2019  Radio Réveil FM International

Chaque génération doit dans une relative opacité découvrir sa mission, la remplir ou la trahir » Frantz FANON. Le tribalisme est un fléau à combattre et à éradiquer. Les élites congolaises doivent aider la République démocratique du Congo, pour son instauration de la démocratie. Il est regrettable par coterie tribale et un tribalisme exacerbé, que Martin Mulumba, notre compatriote juriste, soutenu par une bande des tribalistes Kasaïens décomplexés, puisse biaiser avec notre histoire. Dans son analyse alambiquée sans doute pour la consommation des institutions étrangères, les induire en erreur en défendant un nouveau régime d'imposture en RDC, Martin Mulumba utilise son intelligence pour édulcorer la vérité vraie de la frauduleuse prise de pouvoir de Félix Tshilombo. Sciemment, il omet de parler de la genèse mafieuse du pouvoir de Félix Tshilombo. Il n'a jamais gagné l'élection présidentielle. Il a été battu même par Emmanuel Shadary, deuxième. Le Président ÉLU de la République démocratique du Congo est Martin Fayulu avec 62,8%. Félix Tshilombo a fait un odieux deal avec Alias Kabila, contre le peuple congolais, pour sa NOMINATION ÉLECTORALE. Pour avoir le fauteuil présidentiel-Félix Tshilombo Monsieur 16% qui est arrivé troisième, loin derrière Martin Fayulu 62,8%, le vrai Président élu- a accepté d'être le masque et le bouclier d'Alias Kabila. Alors que le peuple congolais, sous la pluie, est allé voté pour un dégagisme, le 30 décembre 2018, Félix Tshilombo dans une fourberie et roublardise qui frisent la démence, est devenu le protecteur des 18 ans du régime d'imposture, d'occupation et de prédation. Il n'y a pas de rupture en RDC. Avec Félix Tshilombo, c'est le non-changement dans la continuité. Les jeunes du PPRD et UDPS se battent à Kinshasa. Dans cette vidéo, ils disent clairement que Félix Tshilombo doit tout à Alias Kabila !

BITUMBA YA BA MAITRE YA PPRD NA UDPS VERITE EBIMI NANI AGAGNAKI ELECTION © Réaco news tv

Opinion de Martin Mulumba: La conception du pouvoir de Felix TSHISEKEDI, continuité ou rupture de la monarchie présidentielle au CONGO ?

Depuis son accession à l’indépendance, la République démocratique du Congo était considérée comme un pays où le pouvoir était conquis et conservé par la force. La fonction du président de la République y était, ainsi, celle d’un élu du peuple sans l’être réellement ; de facto, le chef de l’État congolais exerçait, sans le dire, le pouvoir d’un monarque absolu.

Et pourtant, comme d’autres pays africains, la République démocratique du Congo a toujours fait le choix de l’élection comme seul et unique moyen de dévolution du pouvoir politique, notamment de la fonction présidentielle, mais l’alternance démocratique était un véritable mythe. Car, à partir du coup d’État militaire du lieutenant général Mobutu, destituant en novembre 1965 Joseph Kasa-Vubu, alors démocratiquement élu en juin 1960 par les deux Chambres du Parlement, le recours à la force s’était imposé dans les faits comme l’unique moyen par excellence d’accès au pouvoir.

C’est dans cette même optique que Laurent Désiré Kabila conquit le pouvoir par les armes en mai 1997, remplacé par son fils, le général major Joseph Kabila, qui à l’instar d’un prince, a hérité la présidence de la République en janvier 2001, alors que le Congo est une République théoriquement démocratique !

De ce point de vue, devenue comme une grande chefferie, organisée autour d’un homme ayant le monopole de l’autorité et revendiquant la grâce et la sacralité du pouvoir des chefferies traditionnelles, qu’il combinait régulièrement avec les habitus patrimonialistes et monarchistes hérités du roi Léopold II, la République démocratique du Congo n’était un État de droit que dans les textes. Le président congolais n’était autre qu’un monarque à la tête d’une République, il avait personnalisé l’État, concentré tous les pouvoirs étatiques et exerçait sa fonction sans admettre ou tolérer aucun contre-pouvoir.

Changement ou continuité ?

La passation pacifique intervenue pour la première fois en janvier 2019, d’un militaire arrivé au pouvoir comme un prince héritier à un opposant, qui a été déclaré par la Commission électorale et validé par la Cour constitutionnelle comme vainqueur de la présidentielle du 30 décembre 2018, offrait aux Congolais une image inédite, un espoir qui semble soulever aujourd’hui quelques inquiétudes. On se demande si le nouveau Président congolais incarne réellement le changement attendu, voire souhaité, ou se place dans les pas de ses prédécesseurs pour assurer une continuité du passé ?

Après avoir donné quelques assurances sur le plan des droits de l’homme , notamment les droits civils et politiques garantis par la Constitution avec la libération des prisonniers politiques , le retour des opposants en exil et autres , Félix Tshisekedi semble être perturbé par une coalition totalement déséquilibrée avec le Front Commun pour le Congo de l’ancien Président. Il est certes chef de l’Etat , mais l’ombre de son prédécesseur semble devenir un obstacle pour lui.

Felix Tshisekedi doit s’affirmer davantage, il doit s’émanciper et non être dans l’ombre de Joseph Kabila

Aux termes de la Constitution congolaise, Félix Tshisekedi est le chef de l’État. Il représente la nation et il est le symbole de l’unité nationale. Il veille au respect de la Constitution et assure par son arbitrage, le fonctionnement régulier des pouvoirs publics et des Institutions ainsi que la continuité de l’État. Il est le garant de l’indépendance nationale, de l’intégrité du territoire, de la souveraineté nationale et du respect des traités et accords internationaux.

Le président congolais dispose ainsi, des moyens politiques et juridiques pour exercer la fonction présidentielle. Il est censé s’en servir ou faire le choix de l’opportunité.

Mais, depuis plus d’une semaine, le Congo vit au rythme des tensions, non seulement à cause de la contestation des ordonnances présidentielles par quelques députés de la coalition, allant au-delà de la compétence reconnue à l’Assemblée nationale comme une des institutions de la République, mais aussi et surtout , à cause de l’attitude du chef de l’État face aux décisions des juges de la Cour constitutionnelle, obéissant clairement plus à des injonctions politiques obscures qu’à la loi.

Le Congo vers un chaos si rien ne change !

S’il est vrai que la situation risque d’être chaotique si rien ne change, il est aussi vrai qu’au-delà de toutes les manœuvres réelles ou supposées du FCC ou de son autorité morale qui n’est autre que l’ancien chef de l’État, la solution doit venir de Félix Tshisekedi. C’est lui le chef de l’État , il n’est pas un figurant , il doit montrer une direction , il ne copréside pas le pays avec le Fcc , c’est lui qui préside et donne le cap, qui doit être suivi par son allié.

On sait qu’au départ, la coalition Cash-FCC n’avait aucun fondement clair. Entre alliés, il y a d’un côté, une mauvaise foi qui ne souffre d’aucun doute et de l’autre, une méfiance à la limite d’une impatience naïve.

Censé être le symbole du changement et de la construction d’un État de droit, le président Félix Tshisekedi est attendu sur ce terrain. Les Congolais veulent qu’il change leur situation. Même s’il n’est pas Jésus Christ pour opérer des miracles, il est temps qu’il se réveille, faute de quoi il risque de rester enfermé dans le piège de son alliance avec le FCC et de dresser lui-même, sans le savoir , le peuple congolais contre lui !

L’attitude de Joseph Kabila face à la situation

Pour l’ancien président Joseph Kabila, il doit préserver l’image d’une alternance pacifique qu’il a offert aux Congolais, il ne doit pas être un obstacle, mais plutôt celui qui mobilise son camp pour le développement du Congo. La réussite de Félix Tshisekedi sera aussi la sienne, car il a été d’une manière ou d’une autre, acteur de cette passation pacifique du pouvoir…

 A chaque fois qu'une élite congolaise pour le besoin du ventre et d'une promesse de nomination quelconque biaisera avec la vérité pour rejoindre la mangeoire de Tshilombo, il aura rendu un mauvais service à la RDC !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.