Afrophobie Sud africaine: Charlie Mingiedi, de la CCRSA tire la sonnette d'alarme !

Après des émeutes afrophobes et négrophobes en Afrique du Sud, la Communauté Congolaise de l'Afrique du Sud (CCRSA) compte ses morts et blessés. Avec 300 000 ressortissants, c'est la diaspora la plus importante. Charlie Mingiedi, président du CCRSA nous donne un bilan.

Afrophobie-Négrophobie Sud africaine: Charlie Mingiedi, le président de la Communauté Congolaise tire la sonnette d'alarme !

Par Freddy Mulongo, mardi 15 octobre 2019   Freddy Mulongo-Réveil FM International 

freddy-mulongo-afrophobiecongolais

A cause de la dictature de Mobutu, de l'agression-invasion-occupation Ougando-Burundo-Rwandaise avec l'Afdl...En souffrance, le peuple congolais erre à travers le monde, alors que la République démocratique du Congo par ses ressources est l'un des pays riches en Afrique. 300 000 Congolais vivent en Afrique du Sud, certains sont devenus des citoyens sud-africains. C’est la plus grande diaspora en Afrique du Sud. Etre demandeur d'asile, réfugié ou exil ne signifie pas être un mouton prêt à aller à l’abattoir. Les Congolais ont été victimes de l'afrophobie sud-africaine. Le ministre sud-africain des relations internationales et de la coopération, Dr Naledi Pandor, a attribué les causes des violences xénophobes aux préjugés à l’encontre des ressortissants d’autres pays africains et mis les attaques sur le dos de l’afrophobie. La communauté congolaise qui devait comme les autres ressortissants africains, compter sur son ambassadeur. L'esbroufe Bene M’Poko, qui profite bien de son titre pompeux "doyen du corps diplomatique en Afrique du Sud", a fait une sortie médiatique pour doucher à l'eau froide la communauté congolaise: « jusque-là, la seule personne qui est décédée, c’est Bienvenu Mulenda. Il a été tué par des voyous qui l’ont trouvé dans une station de bus. Il a été plusieurs fois poignardé. Il a donc été victime du banditisme, de la criminalité et non de la xénophobie ».

On comprend vite que le fameux Bene M'Poko protège ses intérêts. Et Bené Mpoko compte bien sur la continuité du régime en RDC, est aphone, joue aux abonnés absents. Il n'aide pas la communauté congolaise. Les Congolais en Afrique du Sud ne comptent pas sur leur ambassade. La société civile est débout.

freddy-mulongo-afrophobiecongolais-1

Charlie Mingiendi, président de la Communauté Congolaise en République Sud-Africaine (CCRSA)

Ce sont les pires émeutes xénophobes en Afrique du Sud depuis 2008 quand 62 personnes avaient été tuées dans des circonstances similaires. Ces événements ont entraîné de vives réactions dans de nombreux pays africains, dont le Nigeria qui a été le théâtre de violences contre les intérêts sud-africains, en représailles aux attaques xénophobes. Le propriétaire d'Air Peace Airlines, Chief Allen Onyema, a rapatrié ses compatriotes Nigérians. 600 citoyens Nigérians d’Afrique du Sud ont regagné leur pays.

Tout a commencer au mois d’août 2019 à Pretoria après la mort d’un sud-africain au niveau de Taxi Rank de SunnySide. Les chauffeurs sud-africains vont manifester contre les vendeurs des drogues et la situation va se dégénérer et on va assisté au pillage dans les shops des étrangers... Il y a des victimes des coups et blessures. Après ces événements fâcheux , les sud-africains vont lancé des messages par le truchement des réseaux sociaux pour déclarer la guerre aux étrangers qui auront lieu le 2 et 3 septembre 2019. C’est comme ça que la communauté congolaise va perdre l’un de nous, un jeune homme qui venait de Musina ( ville de la province de Limpopo) où il était parti renouveler son permis des réfugiés, il s’appelait Bienvenu Mulenda. Il sera poignardé par les sud-africains au taxi Rank de BLOEMFONTEIN dans la province de Free State. C’est la première victime des attaques xénophobes dans la communauté congolaise. Après ces deux jours de tristesse mémoire, les sud-africains vont encore promettre des nouvelles attaques le 8 et 9 septembre, où la communauté congolaise va enregistrer plusieurs cas soit poignardé ou tabassé... Donc, il y aura des agressions physiques et des blessures enregistrées à Pretoria, Durban, Cape Town, Western Cape et Johannesburg.

Voici la liste des congolais tués pendant les attaques xénophobes après celui de Bloemfontein:

freddy-mulongo-afrophobiecongolais-4

Rajabu tabassé, poignardé et décédé à Durban;

freddy-mulongo-afrophobiecongolais-6

Erick Ndagora Kungula tabassé à mort, il est décédé le 6 octobre 2019, à l’hôpital à Western Cape

freddy-mulongo-afrophobiecongolais-15

Bienvenu Mulenda a été poignardé par des Sud-africains au taxi Rank de Bloemfontein dans la province de Free State

 

 

freddy-mulongo-afrophobiecongolais-13

Emani Mananga tué le 3 octobre 2019

Voici la liste des rescapés congolais:

freddy-mulongo-afrophobiecongolais-7

Paul Ebondo attaqué et tabassé à mort à Turfontein-Joburg

freddy-mulongo-afrophobiecongolais-8

Enoch attaqué et tabassé à mort à Cape Town

freddy-mulongo-afrophobiecongolais-14

Léonard Mutombo poignardé, le 4 octobre 2019, à Johannesburg

freddy-mulongo-afrophobiecongolais-10

La fillette de Monsieur Jules Mukidi , poignardé le 7 octobre 2019, à Cape Town

freddy-mulongo-afrophobiecongolais-11

Guylain Pindi attaqué, tabassé et jeté hors d’un train en marche le 27 septembre 2019, à Cape Town

La CCRSA, a écrit deux mémorandums au HCR et à la ministre des relations internationales et coopérations pour dénoncer toutes ces atrocités et demander la réinstallation des réfugiés. Mais, elle a aussi demandé que le Home Affairs puisse créer un espace de dialogue permanent avec les responsables des communautés des pays étrangers, plus précisément la diaspora africaine. Et madame la ministre des relations internationales et coopérations a emboîté le pas en demandant à son tour de créer une commission bipartite entre la DIRCO et la diaspora africaine au mois de septembre 2019 à Pretoria. La CCRSA a condamné avec la dernière énergie cette énième tragédie contre ses ressortissants et aussi cette xénophobie institutionnelle qui bloque les étrangers à vivre dans la légalité en Afrique du Sud. La CCRSA a demandé au gouvernement sud-africain de changer leur politique d’immigration et surtout de respecter la CONVENTION DE GENÈVE. Les ressortissants congolais doivent savoir que la CCRSA n’est pas contre le sit-in des réfugiés devant les bureaux de HCR, qu’elle a d’ailleurs soutenu cette action mais à cause des débordements et récupérations de la situation que nous avons levé le ton pour mettre en garde nos concitoyens.

La communauté a le devoir de protéger et de défendre toutes les 3 catégories des congolais qui sont: - Les Expatriés; - Les réfugiés; - Les sans-papiers. La CCRSA n’est pas là pour prendre la place de notre ambassade mais elle est là pour être un pont entre cette institution diplomatique et ses ressortissants. Il faut marteler que la CCRSA n’est pas au service d’un individu diplomatique mais elle travaille en collaboration avec l’ambassade et à ce titre, elle mérite respect et considération comme une institution de facilitation, car elle s’occupe de toutes les 3 catégories des congolais qui demande beaucoup de sacrifices surtout tout se fait bénévolement par l’amour de la patrie. Nous demandons par contre à nos concitoyens de faire confiance à la CCRSA car elle n’appartient pas à un individu ni à un groupe d’individus mais elle appartient à tous les congolais vivant en Afrique du Sud. Nous martelons encore une fois au sujet des associations congolaises que, la CCRSA ne vient pas écraser ou ignorer celles-ci qui ont existé avant sa création, mais elle est ouverte à elles pour un travail commun avec comme seul intérêt: le bien-être du congolais. Tout en respectant sa propre devise: « LA COMMUNAUTÉ CONGOLAISE EST UNE ET INDIVISIBLE ».

 

La CCRSA se veut être la voie par excellence pour être l’interlocutrice valable auprès du gouvernement sud-africain et les organismes humanitaires car elle est la communauté des communautés des congolais vivant en Afrique du Sud.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.