Syrie: A.Guterres, parle de 160 000 personnes déplacées après l’offensive turque !

Dans un communiqué de l'ONU, du lundi 14 octobre, parvenu à Réveil FM International depuis New-York, l'invasion turque en Syrie a provoqué le déplacement d'au moins 160 000 personnes en une semaine. Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, s'est dit "gravement préoccupé" par l'évolution de la situation dans le nord de la Syrie.

Syrie: Antonio Guterres, SG de l'ONU parle de 160 000 personnes déplacées après l’invasion de la Turquie !

Par Freddy Mulongo, lundi 14 octobre 2019  Freddy Mulongo-Réveil FM International 

freddy-mulongo-antonioguterressyrie

 

Antonio Guterres, Secrétaire Général de l'ONU

Voici le communiqué  en anglais tel que parvenu à la rédaction de Réveil FM International, depuis New-York: 

Statement attributable to the Spokesman for the Secretary-General – on Syria

The Secretary-General is gravely concerned over the military developments in northeast Syria, which have already reportedly resulted in many civilian casualties and the displacement of at least 160,000 civilians. He continues to urge for maximum restraint and stresses that any military operation must fully respect international law, including the UN Charter and international humanitarian law.  

The Secretary-General calls for immediate de-escalation and urges all parties to resolve their concerns through peaceful means.

The Secretary-General emphasizes that civilians not taking part in hostilities must be protected at all times. Likewise, civilian infrastructure must be protected in accordance with international humanitarian law. He recognizes in particular the vulnerabilities of internally displaced persons. He further stresses that sustained, unimpeded and safe humanitarian access to civilians in need must be guaranteed, including through the cross-border modality, in order to allow the United Nations and its humanitarian partners to continue to carry out its critical work in northern Syria.  

He also notes with serious concern that the current military operations could lead to the unintended release of individuals associated with ISIL, with all the consequences this could entail.

The Secretary-General recalls Security Council resolution 2254 (2015), which stresses that any solution to the Syria crisis must reaffirm the sovereignty, independence, unity and territorial integrity of Syria. 

Stéphane Dujarric, Spokesman for the Secretary-General

New York, 14 October 2019 

L'offensive militaire turque en Syrie a provoqué le déplacement d'au moins 160 000 personnes en une semaine, annonce l'ONU, lundi 14 octobre. De son côté, l'Unicef estime que 70 000 enfants figurent parmi ces déplacés. "Alors que la violence s'intensifie, l'Unicef appelle toutes les parties au conflit et les pays ayant une influence sur elles à protéger les enfants", affirme l'agence des Nations unies pour l'enfance, dans un communiqué.

offensive-turque-en-syrie

 

Dans un communiqué, le secrétaire général de l'Organisation, Antonio Guterres, s'est dit "gravement préoccupé" par l'évolution de la situation dans le nord de la Syrie. Il "appelle à une désescalade immédiate et exhorte toutes les parties à résoudre leurs problèmes de manière pacifique". Antonio Guterres rappelle dans ce communiqué qu’il est «gravement préoccupé» par l’évolution de la situation dans le nord de la Syrie. Il «appelle à une désescalade immédiate et exhorte toutes les parties à résoudre leurs problèmes de manière pacifique».

Il leur demande aussi d'observer "le maximum de retenue", de préserver les civils et de laisser un accès sans entrave pour l'acheminement de l'aide humanitaire. Le secrétaire général a fait également part de ses craintes face à la possible remise en liberté de combattants du groupe jihadiste Etat islamique.

Lundi, les troupes de Damas se rapprochaient de la frontière avec la Turquie, au lendemain de l’annonce d’un accord par les Kurdes, contraints de se tourner vers le régime pour contenir l’offensive des forces turques dans le nord de la Syrie.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.