Erevan: Roger Bongos et Freddy Mulongo au mémorial du génocide arménien !

Le mémorial du génocide arménien est situé en bordure d'une grande esplanade à 20 km à l’ouest d’Erevan. Du 24 avril 1915 à 1923, les Jeunes Turcs éliminent les Arméniens de l’Empire Ottoman. On compte environ 1.5 millions de victimes. Rarement au cours de son Histoire un pays n’aura été autant éprouvé par les guerres, les invasions et les massacres. Maintes fois morcelée et partagée...

Erevan: Roger Bongos et Freddy Mulongo au mémorial du génocide arménien !

Par Freddy Mulongo, mardi 16 octobre 2018 Radio Réveil FM International 

freddy-mulongo-freddymulongoerevan-20

Une pointe de granite de 44 mètres de haut représente la renaissance de la nation arménienne

Contrairement au Rwanda où les crânes sont entassés pour faire peur alors que la tradition africaine, quelque soit la mort on enterre la victime. Le régime dictatorial de Paul Kagamé fait du génocide rwandais un fonds de commerce pour se dédouaner du respect des droits humains. Paul Kagamé a génocidé plus de 10 millions de Congolais pour mieux piller les ressources de la République démocratique du Congo. Le mémorial du génocide arménien est situé en bordure d'une grande esplanade à 20 km à l’ouest d’Erevan. Du 24 avril 1915 à 1923, les Jeunes Turcs éliminent les Arméniens de l’Empire Ottoman. On compte environ 1.5 millions de victimes.

freddy-mulongo-freddymulongoerevan-18

Roger Bongos se recueille au mémorial du génocide arménien

Rarement au cours de son Histoire un pays n’aura été autant éprouvé par les guerres, les invasions et les massacres. Maintes fois morcelée et partagée à la suite des conquêtes dont elle fut l’enjeu, l’Arménie a trop souvent été réduite au rang d’entité provinciale par les États qui ont exercé une domination sur elle.

freddy-mulongo-freddymulongoerevan-19

Freddy Mulongo se recueille au mémorial du génocide arménien

Le premier génocide du XXe siècle, perpétré par la Turquie en 1915, demeure toujours aussi vivace dans l’esprit des Arméniens. Entre 1 200 000 et 1 500 000 personnes ont été tuées sur place ou sont mortes au cours de leur déportation, soit les deux tiers de la population.

freddy-mulongo-freddymulongoerevan-21

Le Monument du Génocide, impressionnant de solennité, à Erevan, la capitale, témoigne de cette Histoire douloureuse. Malgré tous ces événements tragiques, malgré des conditions de vie difficile - étés très chauds, hivers polaires - le peuple arménien reste solidement attaché à sa terre. Mieux il a su conserver intacte sa culture, sa langue et sa foi. On ne peut que s’en féliciter.

freddy-mulongo-freddymulongoerevan-15

Erevan, nichée dans l’ombre des pics majestueux du Mont Ararat (5 156 m, géographiquement en Turquie, mais symbole national en Arménie), compte aujourd’hui 1,2 million d’habitants et constitue la plus grande ville du pays. Cette cité, étagée entre 950 et 1 200 m d’altitude, de longues avenues débouchant sur de grandes places cernées de constructions monumentales, telle la place de la République, lieu de toutes les réjouissances - si ce n’est ses nombreuses fontaines situées au cœur d’espaces verts. L’originalité vaut également par le tuf, pierre d’origine volcanique rose et ocre qui recouvre les façades des maisons, leur donnant ce cachet si particulier.

freddy-mulongo-freddymulongoerevan-16

Tsitsernakaberd est un mémorial dédié aux victimes du génocide arménien perpétré par le gouvernement Jeunes-Turcs entre 1915 et 1916, situé sur une des collines de la capitale arménienne, Erevan. Tsitsernakaberd signifie « fort aux hirondelles » en arménien (tsitsernak, « hirondelle », et berd, « fort »).

Une pointe de granite de 44 mètres de haut représente la renaissance de la nation arménienne. Cette pointe est divisée en deux parties, l'une couvrant l'autre, qui symbolisent les deux Arménies orientale et occidentale ;

freddy-mulongo-freddymulongoerevan-17

Douze stèles de granite sont disposées en cercle ; elles sont souvent et à tort considérées comme symbolisant les 12 provinces perdues, aujourd'hui turques, d'Arménie occidentale. Au milieu, à 1,5 m de profondeur, la flamme éternelle est le lieu de recueillement. Tous les 24 avril, des milliers de personnes y déposent une fleur ;

Le long de l'allée menant à la stèle et à la pointe, un mur long de cent mètres porte les inscriptions des principaux villages arméniens de l'Empire ottoman dans lesquels ont eu lieu les massacres ;

freddy-mulongo-freddymulongoerevan-28

freddy-mulongo-freddymulongoerevan-29

Plus récemment, depuis 1995, les personnalités politiques (au sens large) du monde entier plantent un arbre et signent leurs quelques mots sur une plaque dorée de l'autre côté de l'allée ;

En 1995 s'est également ouvert un musée circulaire souterrain. On y trouve des clichés de photographes allemands (l'Allemagne était l'alliée de la Turquie pendant la Première Guerre mondiale) et plusieurs publications relatant les événements de l'époque. Un monument rappelle les paroles de grands hommes européens, comme Charles Péguy, Jean Jaurès, Georges Clemenceau, Anatole France, qui ont appuyé la cause arménienne.

Roger Bongos et Blaise Mengue Menna du journal La Nation (Gabon)

Freddy Mulongo et Blaise Mengue Menna du journal La Nation (Gabon)

freddy-mulongo-freddymulongoerevan-23

freddy-mulongo-freddymulongoerevan-24

L’Arménie, on le sait rarement, est le premier pays au monde à avoir officiellement adopté le christianisme, en l’an 301. Repoussant les envahisseurs jusqu’à se tailler de vastes domaines, ses rois ont très tôt favorisé la construction d’édifices religieux. Certaines minuscules églises, encore debout, affichent ainsi un âge canonique !

Vers l’an 1000, des monastères furent bâtis dans les coins les plus reculés de ce pays de montagnes. Trois siècles plus tard ils connurent un bref âge d’or qui vit foisonner l’activité culturelle et artistique. Les omniprésents khatchkars (croix) y ornent chaque mur, chaque paroi. Et les entrelacs courent sur la pierre sculptée, leurs motifs éternellement renouvelés.

Située au cœur de la région du Caucase, l’Arménie ce petit pays, grand comme la Belgique, a vu très tôt se constituer sur son territoire une civilisation aussi originale que brillante.

N’est-ce pas ici qu’au tout début du IVe siècle s’organisa le premier État chrétien de l’Histoire, lequel donna naissance à un art, une architecture tout à fait exceptionnels ?

L’Arménie c’est aussi un relief - 90 % du territoire se trouve à plus de 1 000 m d’altitude - avec des paysages et des sites d’une singulière beauté.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.