RDC: Président Martin Fayulu, le 20 janvier 1989 Ronald Reagen !

Le 20 janvier 1989, le pays le plus puissant de la terre, et qui est une grande démocratie, remerciait dans tous les sens du terme le président qu'il avait élu en 1980, réélu en 1984: Ronald Reagan. L'homme qui s'en allait conservait une grande popularité dans son pays et à 77 ans, aurait pu se faire réélire aisément si la Constitution des Etats-Unis avait permis un troisième mandat.

RDC: Président Martin Fayulu, le 20 janvier 1989 Ronald Reagen !

Par Freddy Mulongo, vendredi 18 janvier 2019   Radio Réveil FM International 

freddy-mulongo-fayulusoldatdupeuple-5

Martin Fayulu, Président de la République démocratique du Congo

Tes détracteurs t'ont sous-estimé en te qualifiant d'homme sans base ! De l'homme zéro tu as démontré à la face du monde que tu es un héros. Aucun acteur politique en République démocratique du Congo ne vous arrive à la cheville en terme de popularité. Malgré ta grande victoire que les ennemis de notre peuple tentent de voler, vous êtes demeuré simple, déterminé et opiniâtre. La campagne électorale a révélé que vous êtes un Fédérateur et Rassembleur du peuple congolais.

Chaque année, les Etats-Unis invitent 4000 visiteurs internationaux pendant un mois pour visiter le pays. Et chaque Ambassade Américaine choisit des candidats sur des critères précis. Aucun candidat ne se propose seul. Durant tout le mois de février 2006, moi Freddy Mulongo, et 13 autres journalistes africains francophones étions au Etats-Unis, visitaient ce grand pays que je n'ai pas le prétention de mieux connaitre.

freddy-mulongo-ronaldreagen

Ronald Reagen, 40e président des États-Unis, 20 janvier 1981 – 20 janvier 1989 (8 ans)

Monsieur le Président Martin Fayulu, en vous installant au palais de Nation à Kinshasa, pensez à ceci:

Le 20 janvier 1989, le pays le plus puissant de la terre, et qui est une grande démocratie, remerciait dans tous les sens du terme le président qu'il avait élu en 1980, réélu en 1984: Ronald Reagan. L'homme qui s'en allait conservait une grande popularité dans son pays et à 77 ans, aurait pu se faire réélire aisément si la Constitution des Etats-Unis avait permis un troisième mandat.

Outre Roosevelt, depuis Eisenhower (élu en 1952, réélu en 1956), Ronald Reagan était le premier président américain a avoir accompli deux mandats complets; et aucun de ses prédécesseurs après la guerre de 1939-1945 n'avait quitté la Maison Blanche avec un taux de popularité aussi élevé: 63%.

En outre, Reagan a fait élire son vice-président George Bush (père) pour lui succéder. Ce qui ne s'était pas produit aux Etats-unis depuis 1836.

President Reagan leaves Washington Jan 20th, 1989. © Chuck Phillips

L'homme qui avait réussi ce tour de force a quitté le pouvoir au terme de huit ans de règne avec l'affection de la majorité de ses compatriotes et, en outre, une grande popularité dans le monde.

La où il y a phénomène, c'est que cet homme n'avait pas, lorsqu'il a été élu, les connaissances, la puissance de travail, la force de caractère qu'on pensait nécessaires pour faire un président. Les intellectuels américains en premier lieu et des journalistes se moquaient souvent de ses gaffes, des défaillances de sa mémoire et de sa légendaire paresse: peu de temps par semaine au bureau, peu d'heures par jour au travail.

Farewell Ceremony for President Reagan and Nancy Reagan on January 20, 1989 © Reagan Library

Le soir, sauf obligation impérative, au lieu de lire un livre ou des rapports, assis à côté de sa femme Nancy Reagan il regardait la télévision son plateau de dîner sur les genoux...Comment cet homme simple, son épouse rappelait " Ronald était à l'aise partout et avec tout le monde. Il ignorait la prétention", plus simple encore que beaucoup de nos présidents africains- a-t-il pu accéder au pouvoir, y demeurer un maximum et en sortir avec la plus flatteuse des réputations ?

Sous Regan, l'économie américaine a crée 19 millions d'emplois, ramenant le taux de chômage aux environs de 5%, ce qui est très bas. L'inflation a été modérée, la Bourse optimiste, ses politiques ultra-libérales ont profondément marqué l'économie et la société américaine dans les années 80, des " golden boys " de Wall Street ont gagné des dizaines de millions de dollars par an, les entreprises ont été florissantes, il y eut l'apparition d'une nouvelle classe de sans abri. Mais les Américains ont baigné dans une douce euphorie. Les impôts avaient sérieusement diminué mais il y eut l'augmentation des dépenses militaires.

Au terme d'une génération de guerre froide, l'URSS a quitté l'Afghanistan, l'Angola, le Cambodge.. Anticommuniste viscéral, Ronald Reagan avec sa guerre des étoiles a épuise l'Union soviétique et aidé à la chute de ce qu'il appelait "l'Empire du mal". Ronald Reagan avait redonné aux américains la fierté d'être américains et la grandeur des Etats-Unis.

L'Amérique sous Ronald Reagan montrera sa puissance de feu à quelques reprises:

Le 25 octobre 1981, l'armée américaine intervenait à Grenade, cette petite île des Caraïbes, pour extirper le virus communiste, un coup d'Etat de Cuba a été déjoué.

Le 9 mars 1986, le gouvernement américain bombarde les cibles militaires à Tripoli en Libye. Washington puni le gouvernement du général Mouammar Kadhafi d'encourager le terrorisme international.

Dans les années 80, le régime prohibitionniste reaganien s'est vu considérablement renforcé avec la menace de la drogue dans l'agenda de la sécurité des Etats-Unis. Le 8 avril 1986, le président Reagan promulgua un décret-le National Security Decision Directive 221, assimilant la production et le trafic de drogues à une menace grave affectant l'ensemble du continent américain. Ce geste conduira à la poursuite d'une politique de lutte contre la drogue (tous les décrets présidentiels des Etats-Unis sont disponibles en ligne: (http://www.fas.org/irp/offdocs/direct.htm-page consultéé le 25-04-01).

Le 20 décembre 1989, sous George Bush (père) plus de 20.000 militaires américains débarquent au Panama en Amérique centrale, le Général Manuel Noriega, dictateur-Cocaïne, sera pris, amené aux Etats-Unis et condamné pour trafic de drogues à 40 ans de prison.

Ronald Reagan est l’énigme d'un homme simple, comment un homme aussi simple que Reagan a-t-il pu parvenir au pouvoir et l'exercer ? Lorsqu'on est au pouvoir, a-t-on intérêt à faire de l'activisme? Doit-on s'épuiser à la tâche pour tenter d'agir sur les événements et changer les choses? Doit- on abandonner le pouvoir à ses collaborateurs et laisser les événements suivre leur cours? Faut-il être un homme fort, cultivé, travailleur pour diriger un Etat ? Les intellectuels le croient ; en tout cas, ils tentent de nous le faire croire. Mais est-ce vrai ?

Ne connaissons-nous pas tous sur le continent, d'hommes simples mais rusés, roublards, dribbleurs et fourbes qui se jouent des hommes de culture, d'intelligence et de renom, les écartent d'une pichenette, s'installent au pouvoir et le... gardent ?

Trois anecdotes pour mieux expliquer la suite de notre réflexion.

" Auquel de vos généraux confieriez-vous le commandement de vos armées si du sort de la bataille dépendait celui de votre empire? " demande -t-on un jour à Napoléon. On attendait un nom. La réponse de Napoléon fut un adjectif: " Je confierais le commandement de mes armées à mon général le plus chanceux..."

" La différence entre l'homme politique et l'homme d'Etat est la suivante: le premier pense à la prochaine élection, le second à la prochaine génération" James Freeman Clark.

" Les peuples comme les individus, lorsqu'ils se noient se raccrochent à des fétus de paille. Apprenons plutôt à nager ! ". Anonymes.

Nous, Congolais devons connaitre notre histoire nous l'approprier mais aussi connaitre l'histoire des autres peuples et nous en inspirée.

freddy-mulongo-dzimas-i

Seattle, 17 février 2006, Pascal Brou de la Côte d'Ivoire, Freddy Mulongo de la République démocratique du Congo, le chef indien et Dzimas Dzikodo du Togo

freddy-mulongo-dzimas-iv

Washington DC. Dimas Dzikodo (Togo), Freddy Mulongo (RDC) et Fatou (Sénégal) au Département d'Etat.

freddy-mulongo-dzimas-v

Mairie de San Antonio où chaque participant a été fait "Citoyen d'honneur" !

 

Nous avons choisi Ronald Reagen, le 40 ème président des Etats-Unis et le premier a avoir fait deux mandats successifs. C'est vraiment une grâce d'être le Président de la République démocratique du Congo. Malgré ses soubresauts, des crimes commis sur sol, des pillages de ses ressources, la RDC garde ses atouts. La première richesse de ce grand pays au cœur de l'Afrique, c'est sa population. Tout es donc chantier: l'Education, Sante, Transport, Environnement, Habitat, Infrastructures, Agriculture, Pêche et Elevage, Tourisme...Chaque citoyen doit mettre la main à la patte pour redresser le pays abîmé par des années de la non et mauvaise gouvernance.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.