Edouard Philippe, Theresa May, Sergey Lavrov... à la 54e conférence sur la sécurité !

La cinquième puissance mondiale a connu des attentats sur son sol dont les plus récents: le bataclan, Charlie hebdo où des journalistes furent assassinés, Hyper Casher, attentat antisioniste...La France a ses fils et filles radicalisés en Syrie. Le Premier ministre Edouard Philippe, Premier ministre de la France, a prononcé un discours à la Conférence de Munich sur la sécurité de 2018.

Edouard Philippe, Theresa May, Sergey Lavrov... à la 54e conférence sur la sécurité de Munich !

Par Freddy Mulongo, dimanche 18 février 2018  Radio Réveil FM International 

freddy-mulongo-edouardmunich-3

Le Premier ministre Edouard Philippe au Munich Security Conference 2018

Jamais sans l'humour ! Le Premier ministre Edouard Philippe est grand, avenant, suffisamment intelligent pour doser ses bons mots, mais surtout agile à manier des dossiers complexes, mais aussi à détendre l'atmosphère lors de ses discours. Depuis huit mois, les Français découvrent le sens de la punchline de leur Premier ministre et son inclinaison à l'autodérision. Rieur et élégant avec sa collection de bouton de manchette So Britich, il est le Premier ministre que le président Emmanuel Macron a choisi pour sauver la France.

La cinquième puissance mondiale a connu des attentats sur son sol dont les plus récents: le bataclan, Charlie hebdo où des journalistes furent assassinés, Hyper Casher, attentat antisioniste...La France a ses fils et filles radicalisés en Syrie. Le Premier ministre Edouard Philippe, Premier ministre de la France, a prononcé un discours à la Conférence de Munich sur la sécurité de 2018 le 17 février 2018 à Munich, en Allemagne. La conférence annuelle, qui rassemble des leaders politiques et de la défense du monde entier, se déroule dans le contexte de tensions accrues entre les États-Unis, leurs alliés occidentaux et la Russie.

freddy-mulongo-edouardmunich-7

Le Premier ministre Edouard Philippe au Munich Security Conference 2018

Son discours au 54è édition du Munich Security Conference est captivant: "Monsieur le président, Mesdames et Messieurs, Je ne sais pas si le monde est plus incertain aujourd’hui qu’il ne l’était il y a 50 ans, d’abord parce que je n’étais pas là il y a 50 ans et ensuite parce que fondamentalement, je crois qu’il est dans la nature du monde d’être incertain, dans la nature du monde comme dans la nature de notre avenir d’être incertain. Ce dont je suis certain, c’est que les menaces aujourd’hui à l’œuvre se sont renouvelées, transformées. Je peux en témoigner, je suis né en 1970 et au fond, j’ai connu dans ma vie successivement l’équilibre de la terreur, la soi-disant fin de l’histoire et l’espérance des dividendes de la paix, puis l’émergence d’un monde multipolaire avec l’affirmation de nouvelles puissances et de nouveaux rapports de force, en particulier en Asie, la violence du terrorisme aussi contre nos sociétés démocratiques partout dans le monde mais aussi sur nos territoires, dans nos sociétés occidentales et européennes.

Ce qui me frappe aujourd’hui et je voudrais m’en tenir là s’agissant du constat, c’est la multiplication des déséquilibres. L’accroissement des inégalités d’abord, le développement de conflits asymétriques entre toutes sortes d’Etats, des Etats puissance, des Etats déchus et des organisations terroristes, la multiplication des crises régionales qui génèrent de très importants flux migratoires, le recours à la force de plus en plus décomplexé et le dédain de plus en plus grand, de plus en plus flagrant des normes de la vie internationale.

freddy-mulongo-edouardmunich-5

Le Premier ministre Edouard Philippe au Munich Security Conference 2018

Ce sont les menaces de ma génération, celles qui planent sur mon pays. Ces menaces ne sont pas lointaines, elles sont proches, elles ne figurent pas comme c’est souvent le cas en Europe dans des manuels d’histoire. Elles ont frappé hier au cœur de l’Europe, au cœur de Paris, au cœur de Bruxelles, de Barcelone, de Berlin, de Stockholm. Elles ont frappé le cœur et les esprits de plus de 500 millions d’européens et au-delà, de tous ceux qui regardent l’Europe avec un œil proche ou amical. Au mois de mai 2017, les Français avaient un choix politique dans le cadre de l’élection présidentielle. Et ils ont fait le choix du mouvement et de la transformation. Le choix assumé d’une ouverture sur le monde, celui d’une forme de responsabilité dans le concert des nations.

Ils ont aussi de façon très explicite fait le choix de l’Europe, pas de n’importe quelle Europe bien entendu, pas simplement, pas seulement d’un grand marché mais aussi peut-être celui d’une Europe qui les protégerait contre les conséquences néfastes de la mondialisation car il y en a. Des choix extrêmement clairs que le président de la République et moi-même mettons désormais en œuvre tous les jours, en France bien sûr mais aussi à l’extérieur. Face au déséquilibre que j’ai évoqué, notre objectif est de transformer la France pour la rendre plus forte, pour lui redonner sa crédibilité à travers une stratégie adaptée aux menaces, durcie, diversifiée, dispersée à certains égards que j’évoquais à l’instant.

freddy-mulongo-edouardmunich-4

Le Premier ministre Edouard Philippe au Munich Security Conference 2018

Cette stratégie, elle s’appuie sur trois piliers, un pilier militaire d’abord. Vous le savez, la France a décidé de porter son effort de défense à 2 % de son produit intérieur brut d’ici 2025. C’est un effort important, d’autant plus important qu’il s’effectue dans un contexte de maîtrise, de forte maîtrise même de nos dépenses publiques. Mais c’est un effort nécessaire, inscrit dans la loi pour une nation dont les forces sont engagées sur un très grand nombre de fronts où elles paient le prix du sang : au Levant, au Sahel avec plus de 4.000 hommes dans l’opération Barkhane mais aussi sur le territoire national, dans le cadre de l’opération Sentinelle qui permet la sécurisation des lieux d’affluence et des lieux sensibles de notre territoire.

Le deuxième pilier de cette stratégie, c’est l’aide publique au développement. Une aide dont nous allons porter le montant à 0,5 % de notre revenu national brut en 2022, avec une priorité très forte en faveur de l’Afrique et, ce, dans un contexte de crise migratoire auquel–reconnaissons-le–l’Europe ne s’était pas préparée. C’est le sens du plan d’action international que nous avons mis en place avec l’Allemagne, avec l’Italie, avec l’Espagne, avec les pays européens prêts à contribuer pour réduire le flux migratoire à la source, en travaillant directement avec les pays de départ et avec les pays de transit.

Le troisième pilier c’est l’engagement européen, la France contribue directement à la sécurité de l’Europe et à celle de ses alliés. A l’est, grâce au déploiement d’avions de chasse et de forces terrestres dans les pays baltes, en particulier en Estonie où j’ai effectué mon premier déplacement à l’étranger en tant que Premier ministre, geste nécessaire pour manifester notre solidarité avec ces Etats à la suite de l’annexion de la Crimée. Et aujourd’hui en Lituanie, au sein d’un bataillon sous commandement allemand. Au sud, en Afrique, au Moyen-Orient où persistent de graves menaces pour la sécurité européenne.

freddy-mulongo-edouardmunich-6

Le Premier ministre Edouard Philippe au Munich Security Conference 2018

Et permettez-moi de saisir cette occasion pour saluer l’engagement à nos côtés au Sahel de nos partenaires mauritaniens, maliens, burkinabés, nigériens et tchadiens. Je l’ai dit, les menaces auxquelles nous faisons face, elles nous ont frappées au cœur. Et quand je dis nous, je ne parle pas uniquement en tant que Français mais en tant qu’Européen bien entendu, en tant que citoyen français né en France mais aussi en tant que citoyen français ayant vécu et passé son baccalauréat à l’âge de l’adolescence ici, en Allemagne. Parce que toutes les villes que j’ai évoquées, nous français, allemands, italiens, espagnols, nous les connaissons bien. Nous les avons visitées, nous y avons séjourné, nous y avons des amis, de la famille, au fond ces villes c’est chez nous, tous ici.

C’est pourquoi l’Europe toute entière se retrouve face à elle-même et au pied du mur. Elle prend conscience que l’Europe de la défense ne peut plus se limiter à être un sujet de colloque, mais qu’elle répond à une nécessité très pratique. Une nécessité qui implique de répondre à trois pré-requis. D’abord disons les choses franchement, si l’Europe de la défense ne s’accompagne pas d’un engagement opérationnel plus important des Etats membres, elle demeurera très longtemps un sujet de colloque.

Il ne s’agit pas de faire l’Europe à la place des Etats, mais de faire l’Europe grâce à ces Etats. Je n’ai pour ma part jamais été un adepte fervent des théories de Léon TROTSKY, mais enfin que voulez-vous, il faut bien lui reconnaître le sens de la formule parfois. Et je me permettrai donc de lui emprunter celle-ci : si l’Europe ne s’intéresse pas à la guerre, la guerre (elle) ne manquera pas de s’intéresser à l’Europe.

freddy-mulongo-edouardmunich-2

Le Premier ministre Edouard Philippe au Munich Security Conference 2018

Deuxième pré-requis, l’Europe doit apprendre l’interdépendance, ce qui n’est pas facile. Quand durant de nombreuses années, c’est un peu le monde qui a vécu à l’heure européenne, mais c’est ainsi. Nous vivons désormais à l’heure des tensions en Afrique, au Moyen-Orient et de plus en plus en Asie. Notre baromètre réagit aux tensions ou au contraire au réchauffement, même par un froid polaire, de la péninsule coréenne. Avec son gigantesque projet de nouvelle route de la soie, la Chine s’est emparée de la flèche du temps, l’Europe ne doit pas, ne peut pas la regarder passer suivant les normes qui seront retenues, ce sera un projet de civilisation, de prospérité ou au contraire un projet de déséquilibre.

Troisième et dernier pré-requis, l’Europe doit rester fidèle à elle-même. Fidèle aux valeurs qu’elle défend et dont la violation lui a naguère coûté des millions de morts et de profondes cicatrices. Fidèle aux valeurs de démocratie et de respect de l’Etat de droit que les mouvements populistes tentent de battre en brèche. Fidèle à son génie, à sa passion pour l’intelligence et la raison, une passion qui se traduit aujourd’hui par sa présence aux avant postes de combat technologiques, notamment la lutte contre les fake-news et les cybermenaces.

Alors tout cela m’amène à un troisième et dernier choix, celui de l’engagement européen. L’Union européenne a ouvert plusieurs des options qu’offre le traité de Lisbonne pour, à terme, développer une autonomie stratégique. Ce travail collectif a permis d’avancer sur deux axes fondamentaux : les moyens, c’est le Fonds européen de défense ; et la méthode, c’est la coopération structurée permanente. Deux axes qui doivent nous aider à tendre vers une culture stratégique commune, condition indispensable d’une défense plus intégrée.

freddy-mulongo-edouardmunich-1

Le Premier ministre Edouard Philippe au Munich Security Conference 2018

Nous devons construire cette Europe de la défense et je voudrais dire un mot pour nous inviter collectivement à l’ambition et à la constance, malgré les soubresauts politiques que nous vivons. Malgré le Brexit, nous comptons sur la communauté d’intérêt qui nous unit au Royaume-Uni, pour que le lien étroit noué entre nos deux pays soit maintenu et même renforcé.

Cette Europe de la défense, nous la construirons également en tirant tout le parti du savoir faire de l’OTAN. Et je voudrais, mesdames et messieurs, que nous arrêtions les querelles théologiques stériles. Une OTAN forte c’est une Europe de la défense plus affermie, de même qu’une Union européenne responsable c’est un atout pour une alliance militaire comme l’OTAN.

Et la France entend jouer un rôle actif au sein de l’Alliance atlantique, alliance nucléaire autant que conventionnelle. La France, comme elle l’a toujours été, se tiendra évidemment au côté de ses alliés de l’OTAN.

freddy-mulongo-edouardmunich

Le Premier ministre Edouard Philippe au Munich Security Conference 2018

Au moment de clore ce propos, je voudrais dire ma conviction que cette prise de conscience est celle des Européens, elle est celle de notre solidarité. Une solidarité qui se fonde sur une vieille histoire souvent tragique, mais aussi sur des vieilles valeurs souvent glorieuses. Les Européens qui ont compris que dans ce monde en perpétuelle recomposition et à très haute intensité technologique, l’Europe partageait plus qu’une communauté très puissante d’intérêts et, au mieux, une véritable communauté de destin.

C’est un destin qu’il nous appartient d’écrire ensemble et je vais terminer mon propos sur une citation, puisque nous sommes à Munich, d’un grand soldat et d’un grand écrivain allemand qui a servi d’abord dans la Légion étrangère française et, ensuite pendant deux guerres mondiales, dans l’armée allemande. Un écrivain dont nous célébrons aujourd’hui le 20ème anniversaire de la mort, Ernst JUNGER qui disait dans un petit essai qui s’intitule « La paix » : l’Europe dispose de la formidable force de résistance de son histoire et du trésor de son patrimoine qui n’est pas simplement un musée de l’esprit et de l’art, mais qui continue d’inspirer les hommes. Mesdames et Messieurs, soyons inspirés.

 

freddy-mulongo-maytheresa

Theresa May, la Première ministre britannique

La Première ministre britannique Theresa May a insisté samedi sur l'«urgence» de négocier une coopération sécuritaire privilégiée avec l'Union européenne après le Brexit, faute de quoi la sécurité des Européens se trouverait menacée. «Ce n'est pas une époque où nous pouvons permettre que notre coopération soit inhibée, que la sécurité de nos citoyens soit mise en danger par une concurrence entre partenaires, des rigidités institutionnelles et des idéologies bien ancrées», a-t-elle averti lors de la Conférence de Munich sur la sécurité.

Pour la Première ministre, Européens et Britanniques «ne peuvent pas reporter cette discussion» et doivent «urgemment mettre en place un traité pour protéger tous les citoyens européens». Celui-ci devra établir des mécanismes pour organiser le respect de la souveraineté de chacun, et prévoir que les juridictions européennes seront compétentes dans certains cas et les Britanniques dans d'autres. «Nous devons faire ce qui est le plus utile, le plus pragmatique pour assurer notre sécurité collective», selon la Première ministre, qui s'exprimait devant un parterre de responsables européens.

freddy-mulongo-maytheresa-1

Theresa May, la Première ministre britannique

Le président de la Commission européenne a réagi samedi sans aucun enthousiasme à la proposition de la première ministre britannique d'un accord post-brexit sur la sécurité.

Un pas dehors et un pas dedans ! Non à l'Union européenne. Oui à un futur traité entre le Royaume Uni et l'Union sur la sécurité. Une figure de danse un peu paradoxale de Londres. La Première ministre britannique Theresa May qui participait samedi à la 54e conférence sur la sécurité de Munich, a exprimé le souhait de conclure « un traité » sur les futures relations en matière de sécurité entre l'Union européenne et le Royaume Uni après le Brexit. Pour Theresa May, il est clair qu'il n'est pas possible de mettre en danger la sécurité de « nos citoyens par une concurrence entre partenaires, des rigidités institutionnelles et des idéologies bien ancrées ».

Elle a ainsi appelé à l'ouverture d'urgence de négociations avec Bruxelles sur un tel accord de coopération. Cet accord qui doit, à ses yeux, viser à préserver les capacités opérationnelles, devra être néanmoins assorti de trois conditions : respecter la souveraineté des cadres juridiques du Royaume Uni et de l'Union européenne, reconnaître l'importance de la protection des données personnelles plus forte au Royaume Uni et s'adapter à de nouvelles menaces.

 

freddy-mulongo-lavrov

Sergey Lavrov, Ministre Russe des Affaires étrangères

L'administration Trump a largement maintenu la ligne dure de son prédécesseur sur la saisie par la Russie de la péninsule de Crimée en 2014 et le soutien des séparatistes dans l'est de l'Ukraine, ce qui a déclenché des sanctions américaines et européennes contre Moscou. Mais tandis que Moscou continue à se moquer des sanctions occidentales et que l'administration Trump insiste sur le fait qu'elle adopte une approche dure à l'égard de Moscou, il y a eu des signes que les deux parties tentent de faire baisser les tensions.

Trump en Décembre a publiquement vanté la coopération bilatérale avec Moscou que la Maison Blanche et le Kremlin ont déclaré avoir empêché les attaques terroristes prévues à Saint-Pétersbourg. Et trois directeurs des principales agences russes de renseignement et d'espionnage - dont l'un a été frappé par l'interdiction de voyage imposée par les États-Unis à l'annexion de la Crimée - se sont rendus à Washington le mois dernier pour y rencontrer des hauts responsables.

freddy-mulongo-lavrov-1

Sergey Lavrov, Ministre Russe des Affaires étrangères

Trump a également surpris et énervé beaucoup de Washington en refusant d'annoncer de nouvelles sanctions contre Moscou en conjonction avec des mesures mandatées par le Congrès visant à faire pression sur le Kremlin sur l'implication militaire russe en Ukraine et en Syrie, son ingérence présumée dans les élections présidentielles américaines de 2016.

Les responsables russes, quant à eux, ont réagi prudemment à la mort confirmée de plusieurs mercenaires russes tués en Syrie la semaine dernière dans un affrontement avec les forces soutenues par les Etats-Unis, évitant largement la rhétorique anti-américaine qui imprègne souvent les officiels à Moscou.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.