Freddy Mulongo
Journaliste congolais vivant à Paris, défenseur de la liberté d'expression. Fondateur de Réveil FM International.Créée en 1999 à Kinshasa, Réveil FM est devenu Réveil FM International depuis 2007 à Paris.
Abonné·e de Mediapart

3338 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 mai 2020

ONU:  La COVID-19 dévaste les communautés autochtones du monde entier!

GENÈVE (18 mai 2020) - Le nouveau Rapporteur spécial des Nations unies sur les droits des peuples autochtones, José Francisco Cali Tzay, a exprimé aujourd’hui de sérieuses inquiétudes quant à l’impact dévastateur de la pandémie COVID-19 sur les peuples autochtones, au-delà de la menace sanitaire.

Freddy Mulongo
Journaliste congolais vivant à Paris, défenseur de la liberté d'expression. Fondateur de Réveil FM International.Créée en 1999 à Kinshasa, Réveil FM est devenu Réveil FM International depuis 2007 à Paris.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 La COVID-19 dévaste les communautés autochtones du monde entier, et ce n’est pas seulement une question de santé » - met en garde un expert de l’ONU

GENÈVE (18 mai 2020) - Le nouveau Rapporteur spécial des Nations unies sur les droits des peuples autochtones, José Francisco Cali Tzay, a exprimé aujourd’hui de sérieuses inquiétudes quant à l’impact dévastateur de la pandémie COVID-19 sur les peuples autochtones, au-delà de la menace sanitaire.

« Je reçois chaque jour davantage de rapports en provenance des quatre coins du monde sur la manière dont les communautés autochtones sont touchées par la pandémie COVID-19, et je suis profondément inquiet de constater qu’il ne s’agit pas toujours de problèmes de santé. 

Les états d’urgence exacerbent la marginalisation des communautés autochtones, et dans les situations les plus extrêmes, on assiste à une militarisation de leurs territoires. 

Les peuples autochtones sont privés de leur liberté d’expression et d’association, tandis que des intérêts commerciaux envahissent et détruisent leurs terres, leurs territoires et leurs ressources. 

Dans certains pays, les consultations avec les peuples autochtones et les évaluations d’impact environnemental sont brusquement suspendues afin de forcer la réalisation de mégaprojets liés à l’agroalimentaire, à l’exploitation minière, aux barrages et aux infrastructures.

Les peuples autochtones qui perdent leurs terres et leurs moyens de subsistance sont poussés encore plus loin dans la pauvreté, avec des taux de malnutrition plus élevés, un manque d’accès à l’eau potable et aux installations sanitaires, ainsi que l’exclusion des services médicaux, ce qui les rend particulièrement vulnérables à la maladie.

Mais face à ces menaces, les communautés autochtones qui ont le mieux résisté à la pandémie COVID-19 sont celles qui sont autonomes et s’administrent elles-mêmes, gérant ainsi leurs terres, leurs territoires et leurs ressources, et assurant la sécurité alimentaire grâce à leurs cultures traditionnelles et à la médecine traditionnelle. 

Aujourd’hui, plus que jamais, les gouvernements du monde entier devraient aider les populations autochtones à mettre en œuvre leurs propres plans pour protéger leurs communautés et à participer à l’élaboration des initiatives nationales pour s’assurer que celles-ci ne sont pas discriminatoires à leur égard. 

Les États doivent veiller à ce que les peuples autochtones aient accès aux informations sur la COVID-19 dans leurs langues et des mesures spéciales urgentes doivent être prises pour garantir la disponibilité et l’accès à des services médicaux culturellement adaptés. Le fait que les installations de santé publique soient souvent rares dans les communautés autochtones constitue un défi majeur. 

Les droits au développement, à l’autodétermination et aux terres, territoires et ressources doivent être garantis afin que les peuples autochtones puissent gérer ces temps de crise et faire progresser les objectifs mondiaux de développement durable et de protection de l’environnement.

La pandémie nous enseigne que nous devons changer : nous devons privilégier le collectif par rapport à l’individu et construire des sociétés inclusives qui respectent et protègent chacun. Il ne s’agit pas seulement de protéger notre santé ». 

M. José Francisco CALÍ TZAY (Guatemala) est le nouveau rapporteur spécial sur les droits des peuples autochtones. Il s’agit de Maya Kaqchikel, du Guatemala, qui a une expérience de la défense des droits des peuples autochtones, tant au Guatemala qu’au niveau des Nations unies et de l’OEA. M. Calí Tzay a été le fondateur et le membre de différentes organisations autochtones au Guatemala et l’ambassadeur du Guatemala en République fédérale d’Allemagne. Il a été directeur des droits de l’homme au ministère des affaires étrangères du Guatemala, membre de la Commission présidentielle contre la discrimination et le racisme à l’égard des peuples autochtones au Guatemala (CODISRA) et président du programme national de réparation pour les victimes du conflit armé interne. M. Cali Tzay a été président du Comité pour l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale, un organe conventionnel au sein duquel il a été élu pour quatre périodes consécutives de 4 ans chacune. 

Les rapporteurs spéciaux font partie de ce que l’on appelle les procédures spéciales du Conseil des droits de l’homme. Les procédures spéciales, le plus grand organe d’experts indépendants du système des droits de l’homme des Nations unies, est le nom général des mécanismes indépendants d’enquête et de surveillance du Conseil qui traitent soit de situations spécifiques à des pays, soit de questions thématiques dans toutes les régions du monde. Les experts des procédures spéciales travaillent sur une base volontaire ; ils ne font pas partie du personnel des Nations unies et ne reçoivent pas de salaire pour leur travail. Ils sont indépendants de tout gouvernement ou organisation et servent à titre individuel.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gouvernement
Le malentendu Pap Ndiaye
Insulté par l’extrême droite et critiqué par certains partisans de Macron, le ministre de l’éducation nationale est en réalité un modéré, loin des caricatures indigénistes et des procès en wokisme. Mais, entouré de proches de Jean-Michel Blanquer et du président, Pap Ndiaye aura du mal à s’imposer.
par Joseph Confavreux et Ellen Salvi
Journal — Climat
Face à la sécheresse, organiser collectivement la solidarité
La sécheresse est en train de dévaster l’Inde et le Pakistan. Ce type d’épisode, de plus en plus fréquent, ne se limite plus aux pays en voie de développement. En France, une vingtaine de départements font déjà l’objet de mesures de restriction d’eau.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Asie
Au Pakistan, la température frôle les 50 °C et accable les plus pauvres
Classé en 8e position parmi les pays les plus à risques face au changement climatique, le Pakistan vient de subir une vague de chaleur quasi inédite. D’Islamabad à Karachi, des millions de personnes ont fait leur possible pour assurer le quotidien dans des conditions extrêmement difficiles.
par Marc Tamat
Journal
Législatives : comment le RN cible le rassemblement des gauches
Mediapart a pu consulter les documents fournis aux candidats du parti d’extrême droite pour les législatives. Ils montrent que le parti fait manifestement peu confiance à ses troupes sur le terrain. Ils s'en prennent à la coalition de gauche Nupes, rebaptisée « extrême gauche pro-islamiste ».
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Accès au droit des étrangers : régularisons l’administration !
Des élus de la République, des responsables associatifs, des professionnels du droit et autorités administratives intervenant dans le 20e arrondissement, et à Paris, sonnent la sonnette d'alarme. La prise de rendez-vous dématérialisée auprès des préfectures en vue de déposer des demandes de titres de séjour est devenue quasi impossible. « La déshumanisation et le dévoiement des services publics sont à leur comble ! » 
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
A quoi sommes-nous sensibles ?
La mort des non Occidentaux semble invisible. Qu’ils soient Syriens, Afghans, Nord Africains, du Moyen Orient, d’Asie... Ils sont comme fantomatiques, presque coupables d’effleurer notre champ de vision.
par Bruno Lonchampt
Billet de blog
Mineur·es en danger à la rue, il est urgent de les protéger !
« Les droits de l’enfant ne se discutent pas, encore moins au profit d’affichages politiciens de “lutte contre l’immigration”. » Face au nombre croissant d’enfants migrants en grand danger faute de prise en charge, une soixantaine d'associations locales de terrain et d'organisations nationales tirent la sonnette d’alarme. Ils demandent que « la présomption de minorité soit inscrite explicitement dans la loi. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Faire de l’hospitalité un droit fondamental
Dans un livre qui fera date, la juriste Marie Laure Morin propose de faire de l’hospitalité un droit fondamental afin de construire un droit des migrations qui rompe, enfin, avec des législations répressives qui violent les droits humains et menacent l’État de droit. J’ai volontiers accepté d’en écrire la préface.
par Edwy Plenel