Genève: Arrivée de Vladimir Poutine, pour sa rencontre avec Joe Biden !

Mercredi 16 juin 2021, Vladimir Poutine, le président Russe est arrivé 12h26 à l'aéroport Cointrin-Genève, une demi heure seulement avant le sommet Russie-Etats Unis. Il n'a pas souhaité être accueilli par le protocole d'Etat suisse à l'aéroport. Il est descendu sobrement de son avion présidentiel et s'est engouffré dans l'une de deux Aurus Senat à Genève Aéroport.

Genève: Arrivée de Vladimir Poutine, pour sa rencontre avec Joe Biden !

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International

freddy-mulongo-poutine-5

Le cortège de Vladimir Poutine, le président Russe de Genève Aéroport à la villa La Grange, où il est arrivé le premier,  n'était constitué que d'une vingtaine des véhicules. Alors que le cortège du président Joe Biden était constitué d'une cinquantaine des véhicules. 

freddy-mulongo-poutine-geneve-1
 L’Aurus Senat serait la voiture de chef d’État la plus longue et la plus puissante au monde. C’est du moins ce qu’affirment les Russes. Avec 6,62 mètres de long, deux mètres de large, un moteur V8 4,4 litres de plus de 600 chevaux pour un poids respectable de 6,5 tonnes, ce véhicule construit sur un châssis de camion a effectivement de quoi impressionner.
freddy-mulongo-poutine-geneve-1-1

À leur descente d’avion, Joe Biden et Vladimir Poutine vont s’engouffrer dans leurs limousines blindées. Celle du président américain, Cadillac One, aussi surnommée "la Bête", c'est un monstre d’acier de neuf tonnes qui peut résister à des tirs de fusil d’assaut ou de roquette. Ses caractéristiques techniques sont classées top secret. Elle disposerait d’équipements de défense et même de poches de sang du même groupe que celui du président au cas où il serait blessé dans une attaque. Lors des déplacements à l’étranger, elle incarne avec sa forme massive toute la puissance américaine. Pour des raisons de sécurité, les hommes du Secret Service en affrètent toujours deux.

Arrivée de Vladimir Poutine à Genève, pour sa rencontre avec Joe Biden © RT France

Le président russe, qui ne supportait plus de circuler à bord des limousines Zil datant de l’ère soviétique, a fixé lui-même le cahier des charges. Pas question de se tourner vers une marque allemande de prestige comme Mercedes. Vladimir Poutine voulait une voiture de luxe russe. C’est comme cela que sont nés la marque Aurus et le modèle Senat à bord duquel il circulera dans les rues de Genève. Les spécialistes de l’automobile lui trouvent une étrange ressemblance avec la Phantom de Rolls-Royce. On retiendra qu’il s’agissait pour Moscou d’afficher la puissance de la Fédération de Russie et de l’homme qui la dirige et pas seulement de lui mettre à disposition un véhicule à l’épreuve des balles.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.