Alias Kabila défie son imposteur Félix Tshilombo: "La loi et le Roi Congo, c'est moi"

Ce système de nomination électorale, une sorte de "compromis à l'africaine", n'est pas la démocratie. Le respect du vote du peuple est bafoué, on procède aux arrangements entre mafieux politicailleurs pour mieux flouer le peuple souverain. Ce qui s'est passé en RDC n'est rien d'autre qu'un "putsch électoral". Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, fils Tshisekedi est un pantin-vassal!

Alias Kabila défie son imposteur Félix Tshilombo: "La loi et le Roi de la RDC, c'est moi"

Par Freddy Mulongo, mardi 19 février 2019  Radio Réveil FM International 

freddy-mulongo-faussaire-tshilombo-114

Trois semaines seulement après un semblant départ, le dimanche 17 février, à la cite de l'Union africaine, Alias Kabila a défié son imposteur de Félix Tshilombo Bizimungu Wa Kanambe. En treillis de Lider Maximo, marqué d'un petit drapelet de la RDC sur la poitrine à droite, image subliminale pour dire qu’il est le vrai congolais-patriote, Alias Kabila n'a pas quitté la scène il ne reste pas en coulisses. Le Bonaparte en tenue militaire est venu signifier à son pantin, valet et guignol que c'est lui la loi, le Roi de la République démocratique du Congo. Sénateur à vie, il ne peut pas porter la tenue militaire dans la chambre haute. C'est depuis 2002, qu'Alias Kabila a quitté l'armée en tant que général de brigade et chef d’état-major de la force terrestre. Alias Kabila en allant voir Félix Tshilombo Bizimungu Wa Kanambe en treillis devrait être interpellé et arrêté immédiatement et jeter à la prison de Makala car il n'a pas droit de se promener en tenue militaire. La vérité est qu'Alias Kabila avait un message à faire passer à son imposteur de président NOMMÉ: "Je suis le Roi de la République démocratique du Congo. Je suis le Napoléon Bonaparte de ce pays. Je suis la loi, je décide tout et sur tout et tout passe par moi. Je ne suis pas parti. Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe tu n'es que celui qui chauffe mon fauteuil présidentiel."

freddy-mulongo-faussaire-tshilombo-116

 

C'est au volant de la Mercedes-Benz 280 SE (1971) collection vieille de plusieurs décennies, de la présidence de la République sous le long règne du Maréchal Mobutu qu'Alias Kabila s'est présenté à la Cité de l'Union Africaine. Arrivée à Kinshasa en 1997, avec ce conglomérat d'aventuriers de l'Afdl, en Kadogo avec des bottes de jardinier et une kalachnikov en bandoulière, Alias Kabila a voulu rappeler à Félix Tshilombo Bizimungu Wa Kanambe qu'il est un ancien Kadogo. Et ce sont les Kadogos qui ont chassé Mobutu du pouvoir. Felix Tshilombo doit respecter les accords UDPS-CACH-FCC qui donnent lieu à ce que les apparatchiks appellent la"Majorité Démocratique". Les accords sont les accords. Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe n'a jamais été élu. Il est illégitime. Il est un petit président protocolaire, il règne mais ne gouverne pas. Il n'a pas d'imperium. C'est grâce à un deal odieux et honteux que Tshilombo a été Nommé. Alias Kabila qui l'a nommé c'est lui la Loi.

Le peuple congolais sont allés à l'élection présidentielle pour un dégagisme du régime d'imposture, d'occupation et de prédation d'Alias Kabila. Ne pouvant pas nommer son premier dauphin Emmanuel Ramazani Shadary du FCC, impopulaire et rejeté partout où il a fait campagne. Martin Fayulu candidat N°4 a été élu haut la main par notre peuple. C'est lui le vrai gagnant de l'élection du 30 décembre dernier. C'est Fayulu, le Président élu et c'est lui qui est légitime. Martin Fayulu a refusé catégoriquement de négocier avec Alias Kabila. Pour déjouer tous les pronostiques, Alias Kabila s'est tourné vers Félix Tshilombo , son vrai dauphin dans l'opposition. Il y a eu un deal en l'homme de Kingakati et Monsieur 16% sur 80 millions d'habitants.

Ce système de nomination électorale, une sorte de "compromis à l'africaine", n'est pas la démocratie. Le respect du vote du peuple est bafoué, on procède aux arrangements entre mafieux politicailleurs pour mieux flouer le peuple souverain. Ce qui s'est passé en République démocratique du Congo n'est rien d'autre qu'un "putsch électoral". Alias Kabila a placé son pantin, guignol, vassal et valet à la tête de la RDC: Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, fils Tshisekedi !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.