Freddy Mulongo
Journaliste congolais vivant à Paris, défenseur de la liberté d'expression. Fondateur de Réveil FM International.Créée en 1999 à Kinshasa, Réveil FM est devenu Réveil FM International depuis 2007 à Paris.
Abonné·e de Mediapart

3338 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 mai 2020

Tshilombocratie: Henry Magie au goulag de Makala pour "outrage au Chef d'Etat"!

Non élu, imposteur et usurpateur pour qui se prend Angwalima Tshilombo pour faire arrêter les Congolais pour "Outrage à chef de l'Etat" ? Henry Magie comme tout Congolais mérite sa liberté d'expression. Le chef de l'Etat en République démocratique du Congo n'est-il pas Alias Kabila avec qui Tshilombo a fait un deal pour bénéficier d'une nomination électorale ?

Freddy Mulongo
Journaliste congolais vivant à Paris, défenseur de la liberté d'expression. Fondateur de Réveil FM International.Créée en 1999 à Kinshasa, Réveil FM est devenu Réveil FM International depuis 2007 à Paris.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Tshilombocratie: Henry Magie au goulag de Makala pour "outrage au Chef d'Etat"!

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Outrage au chef de l'Etat ? Angwalima Tshilombo est-il un chef de l'Etat ? Qui l'a voté ? Il ne mérite ni respect ni considération en tant qu'imposteur-usurpateur.  Depuis quand un voleur du destin de tout un peuple peut prétendre être un chef de l'Etat ? Qu'a-t-il fait pour être chef de l'Etat ? Etre faussaire, traître et collabo te donne-t-il le droit de t'auto-proclamer Chef de l'Etat ? Angwalima Tshilombo est un "Mobutu Bis". Un chef de l'Etat respecte la volonté du peuple qui l'a élu. Il ne méprise pas le peuple. Et ne fait de deal contre le peuple. Non élu, imposteur et usurpateur, bénéficiaire d'une Nomination Électorale en lieu et place d'une élection, Tshilombo croit s'imposer par la force. Qu'a- fait Henry Magie pour se retrouver au goulag de Makala?  On ne peut ou ne pas aimer un individu qui joue au troubadour pour encenser Alias Kabila, est-ce c'est une raison pour arrêter quelqu'un et l'acheminer à Makala ? Au fait pour parler du président nommé, Angwalima Tshilombo ,  il faut se faire une autocensure, avoir des oignons dans la bouche, tourner sa langue mille fois réfléchir à deux fois et  bien choisir ses mots... Cette incrimination "outrage à Chef d'Etat" est une atteinte au droit des citoyens de s’exprimer clairement et librement. Angwalima Tshilombo, le fameux fils d'Etienne Tshisekedi, qui a volé le destin du peuple congolais, n'est pas sorti de la cuisse de Jupiter. A Bruxelles, il a été pizzaïolo, distributeur des prospectus et checkuleur. Il a passé toute sa vie dans des Nganda à Ixelles-Matongé. Buvant le Mongonzo et mangeant le Bukula bwa nseka à ne pas en finir. "Outrage au chef de l'Etat", Mon œil ! "Outrage au chef de l'Etat" est une incrimination surannée des Républiques bananières et non démocratiques.  En République démocratique du Congo, l’infraction d’offense au chef de l’État est prévue par l’ordonnance-loi n°300 du 16 décembre 1963 relative à la répression des offenses envers le chef de l’État. L’article 1er de cette loi ne définit pas l’offense et ne se limite qu’à formuler la peine applicable à cette incrimination.

L’absence d’une définition légale laisse au juge une libre appréciation des faits pouvant porter atteinte à l’honneur ou à la considération du chef de l’État. La sanction de cette infraction ouvre, dès lors, la voie à des interprétations fluctuante et subjective. La victime, eu égard à sa position particulière au sein de l’État, s’il le souhaite, peut instrumentaliser la répression de cette infraction à des fins politiques voire personnelles.

Lors de la rentrée judiciaire du 3 novembre 2007, le procureur général de la République a exposé la notion de l’offense au Chef de l’État. Il s’agit, a t-il précisé, « des faits, paroles, gestes ou menaces, les calomnies, les diffamations, les actes d’irrévérence, de manque d’égards, les grimaces, les imputations ou allégations de faits de nature à froisser la susceptibilité, la distribution ou la diffusion d’affiches offensantes pour le chef de l’État ou d’un journal, d’une revue, d’un écrit quelconque contenant un article ridiculisant ». L’institution présidentielle paraît donc intouchable et inviolable.

En République démocratique du Congo, comme dans beaucoup des États qui consacrent encore l’infraction d’offense au chef de l’État, tout avis défavorable qui touche à la personne du chef de l’État actionne généralement des poursuites judiciaires. Telle une arme politique redoutable, l’infraction d’offense au chef de l’État reste suspendue sur la tête des opposants comme une épée de Damoclès. L’arrestation récente du député national ne Muanda Nsemi illustre très clairement cette thèse. A deux reprises, le Président du parti politique Bundu Dia Mayala  s'est vu incriminé d'outrage à chef d'Etat, avec Alias Kabila et Angwalima Tshilombo. Pour avoir  traité Alias Kabila  de citoyen rwandais et d’autres noms d’oiseaux, il a été poursuivi pour offense au chef de l’État ; traqué, arrêté et placé au Centre pénitencier et de rééducation de Kinshasa- Prison centrale de Makala avant d'en être délivrer par ses Makesa. Avec Angwalima Tshilombo Tshintuntu-Tshifueba, c'est pire. Sa résidence a été pillée, sa femme humilié, 8 de ses Makesa tués et lui même est déclaré "Fou" au CNPP, comme le dictateur Mobutu le faisait avec son opposant Etienne Tshisekedi. Sauf que celui qui fait traiter Muanda Nsemi de "Fou" ne rien d'autre que le fils d'Etienne tshisekedi. Comme quoi les enfants martyrs finissent par devenir des parents bourreaux. 

Tout ce qu'Henry Magie a déclaré est vrai. Tshintuntu-Tshifueba est une fabrication d'Alias Kabila. Il est son pantin-marionnette. il ne contrôle et ne dirige rien.   L’infraction d’offense au chef de l’État est une survivance du crime de lèse-majesté, lequel, à l’antiquité, la personne du roi était intouchable et inviolable. Toute atteinte à la majesté du souverain, toute atteinte contre sa personne ou son pouvoir était sévèrement réprimée.

L’existence de cette incrimination en République démocratique du Congo ne peut aujourd’hui se justifier et est surannée. Angwalima Tshilombo Tshintuntu-Tshifueba ne doit surtout pas profiter de cette loi surannée  pour coffrer tout le monde. Etre pantin-marionnette-masque et bouclier d'Alias Kabila est un choix qu'il a fait en toute liberté de conscience. Lorsqu'il est allé nuitamment à Kingakati pour subir des actes sataniques pour bénéficier d'une Nomination électorale contre le peuple congolais a-t-il demandé conseil à quelqu'un?  Qu'il assume son imposture et usurpation. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
À LREM, des carences systématiques
Darmanin, Hulot, Abad : depuis 2017, le parti d’Emmanuel Macron a ignoré les accusations de violences sexuelles visant des personnalités de la majorité. Plusieurs cas à l’Assemblée l’ont illustré ces dernières années, notamment au groupe, un temps présidé par Gilles Le Gendre. 
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal — Migrations
En Ukraine, la guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelques mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet

La sélection du Club

Billet de blog
Portrait du ministre en homme fort (ou pas)
Le nom de Damien Abad m'était familier, probablement parce que j'avais suivi de près la campagne présidentielle de 2017. Je n'ai pas été surprise en voyant sa photo dans la presse, j'ai reconnu son cou massif, ses épaules carrées et ses lunettes. À part ça, je ne voyais pas trop qui il était, quelles étaient ses « domaines de compétences » ou ses positions politiques.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
[Rediffusion] Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Amber Heard et le remake du mythe de la Méduse
Depuis son ouverture le 11 avril 2022 devant le Tribunal du Comté de Fairfax en Virginie (USA), la bataille judiciaire longue et mouvementée qui oppose Amber Heard et Johnny Depp divise l'opinion et questionne notre société sur les notions fondamentales de genre. La fin des débats est proche.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
En finir avec la culture du viol dans nos médias
[Rediffusion] La culture du viol est omniprésente dans notre société et les médias n'y font pas exception. Ses mécanismes sont perceptibles dans de nombreux domaines et discours, Déconstruisons Tou(rs) relève leur utilisation dans la presse de masse, dans la Nouvelle République, et s'indigne de voir que, depuis près de 10 ans, ce journal utilise et « glamourise » les violences sexistes et sexuelles pour vendre.
par Déconstruisons Tours