RDC: La vérité des urnes de Martin Fayulu passage obligé de la Libération!

En politique, il faut avoir des raisons pour se battre, sinon on brasse du vent. La vérité des urnes est au delà de la personne de Martin Fayulu, Président élu, victime du putsch électoral. La vérité des urnes est le respect du peuple congolais qui est le souverain primaire. La dignité humaine, c'est le respect du choix du peuple congolais. La vérité des urnes est la raison pour se battre...

RDC: La vérité des urnes de Martin Fayulu passage obligé de la Libération !

Par Freddy Mulongo, mercredi 19 juin 2019  Radio Réveil FM International 

freddy-mulongo-fayulusoldatdupeuple-5

Martin Fayulu, Président ÉLU du peuple congolais !

En politique, il faut avoir des raisons pour se battre, sinon on brasse du vent. La vérité des urnes est au delà de la personne de Martin Fayulu, Président élu, victime du putsch électoral. La vérité des urnes est le respect du peuple congolais qui est le souverain primaire. La dignité humaine, c'est le respect du choix du peuple congolais. La vérité des urnes est actuellement la seule raison pour se battre pour libérer le Congo. Tous nos malheurs d'OCCUPATION: Pantins qui dirigent par défi, pillages de nos ressources, tueries et massacres de nos compatriotes, viols des femmes utilisés comme armes de guerre, une armée et des institutions inféodées, des Congolais Avatars qui n'ont rien de patriote, qui sont en intelligence avec des occupants, des Congolais vendus et ventriotes "Mabumucrates", qui pour des intérêts mesquins et médiocres ont oublié le destin commun...La Vérité des urnes dépasse de loin la modeste personne de Martin Fayulu, Président Elu. Elle est notre présent et devenir.

Voici les raisons pour se battre pour cette vérité des urnes:

1. La souveraineté du peuple congolais est au dessus des décisions alambiquées de la CENI et à l'arrêt de la fameuse Cour Constitutionnelle, qui est en fait une Cour Corruptionnelle, Cour des Conquistadors. Jusqu'aujourd'hui, la CENI du mafieux Corneille n'a jamais publié les résultats ne fut-ce que dans les 26 provinces de la RDC. Le Congo a vécu des élections sans chiffres. Quant à la Cour Corruptionnelle, après avoir invalidé 35 députés de l'opposition, elle s'engage à faire du récomptage des voix. Ce même récomptage qu'elle a refusé au recours de Martin Fayulu, Président Elu.

2. La Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) et la Cour Constitutionnelle ont été sanctionnés pour corruption par un pays étranger: Les États-Unis ! Une vraie passe en or, que Félix Pétain Bizimungu Tshilombo président Quado, nommé, masque et bouclier d'Alias Kabila qu'il a nommé... aurait dû grâce aux sanctions américaines, nettoyer les écuries d'Augias. Sauf que Félix Pétain Bizimungu Tshilombo, IMPOSTEUR-USURPATION a été nommé par la frauduleuse CENI et confirmé par la corrompue et corruptible Cour Constitutionnelle. Tshilombo-CENI-COUR CONSTITUTIONNELLE sont liés dans le putsch électoral. Croyez-vous éradiquer la corruption avec des juges corrompus qui réclament 500.000 dollars à chaque député pour éviter chaque invalidation ? Et pourtant chaque député est un élu du peuple. Et le Congolais vit avec -$1 jour ! Il est chosifié et clochardisé. En RDC, des loups lettrés, profito-situationnistes, magouilleurs patentés, politicailleurs-ventripotents-ventriotes tondent des moutons ignares.

3. Lors de l'élection Louis Michel 2006, Jean-Pierre Bemba a gagné mais c'est Alias Kabila qui a été proclamé vainqueur. Mais avant "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi, président de la fameuse Haute Autorité des Médias (HAM) qui devait être une institution d'appui à la démocratie, "Momo" l'a transformé en étouffoir des libertés. Modeste Mutinga Mutuishayi a muselé des journalistes, bâillonné des médias et opposants. "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi a annulé le débat démocratique instruit dans la Constitution de la Transition qui devait opposer les deux candidats en lice: Jean-Pierre Bemba et Alias Kabila. Après la nomination de ce dernier, par Malu Malu, abbé fraudeur de CEI, qui était monté dans un char de la Monuc avec casque et gilet pare-balles pour la RTNC...,"Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi a été récompensé. Il a été nommé Rapporteur au Sénat ! Et c'est même "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi qui a malicieusement pondu une loi sur les anciens Chefs d'Etat qui octroie à Alias Kabila 680.000 dollars par moi. Ce grand fourbe, roublard et requin, après avoir servi Alias Kabila, par coterie tribale, soutient Félix Pétain Bizimungu Tshilombo et se clame d'Ensemble !

En 2011, les parlementaires godillots corrompus avaient déjà voté que l'élection présidentielle passe de deux à un tour. L'objectif premier est de contourner le choix du peuple. C'est Etienne Tshisekedi wa Mulumba a gagné l'élection présidentielle. Il a été courageux de prêter serment dans son petit jardin sur un tapis rouge acheté au marché de Somba Zigida. Mais c'est Alias Kabila qui a été proclamé vainqueur. Le malheur de Ya Tshitshi est d'avoir monnayé sa victoire en demandant au peuple congolais "Bolala Pongi Ya Ba Bébé". Et son fameux fils Félix Pétain Bizimungu Tshilombo qui a vu son père guerroyer le matin et aller récupérer des cartons de billets verts le soir, est entré dans la danse. Chekuleur, mafieux, Angwalima, Fakwa et Ballados , Tshilombo a commencé à faire de la politique business. Ibiza, Venise, Rome, Bruxelles et Paris, Félix Pétain Bizimungu Tshilombo a négocié avec Kalev Mutond, en catimini au nom de l'Udps, sans consulter la base. Le régime d'imposture d'Alias Kabila sait que Tshilombo est cupide, cancre, écervelé et aime la vie facile. Il a laissé sciemment le corps de son défunt père à la morgue pour négocier un poste politique.

Et si Alias Kabila et ses criminels apparatchiks ont fait appel à Félix Pétain Bizimungu Tshilombo pour contourner le choix du peuple. Par sa NOMINATION ÉLECTORALE, le faux opposant Tshilombo était déjà en mèche avec les occupants. Traître et Collabo, Félix Pétain Bizimungu Tshilombo est un IMPOSTEUR-USURPATEUR.Il a accepté d'etre le clone, masque et bouclier d'Alias Kabila. Son deal avec lui est sa perdition. Le faussaire joufflu n'a jamais gagné l'élection présidentielle, surtout pas avec ses 16%.

Martin Fayulu est le El Commandate. Président élu du peuple congolais, il est le porte étendard de la libération. Car la vérité des urnes est égale à la Résistance contre le hold-up électoral. La vérité des urnes est le combat contre l'occupation de la RDC. La vérité des urnes veut dire aussi libération de toutes nos institutions inféodées par des occupations. La vérité des urnes n'a rien à voir avec le slogan d'un Etat de droit tshilomboïste. La vérité des urnes, c'est véritablement l'Etat de droit pour tous les citoyens congolais. Pas uniquement des Bena Mpuka, Talibans et Tribalio-ethniques comme avec Félix Tshilombo allié et partenaire d'Alias Kabila.

Martin Fayulu a plusieurs qualités. Il est Fédérateur et Rassembleur. Il est intègre et patriote face à une classe politique toxique, mafieuse et corrompue. Il est NOTRE PRÉSIDENT.

La libération du peuple congolais ne passe par la vérité des urnes.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.