Me Nico Mayengele, la RDC a besoin de "Libération", du "TPI" et "Criminels jugés"

Placée au cœur de l'Afrique, la République démocratique du Congo est un pays sous occupation par des envahisseurs, prédateurs et conquistadors à cause de ses ressources. Me Nico Mayengele, avocat et premier Congolais Normal propose trois solutions archétypes: 1. La Libération de l'occupation. 2. L'instauration du Tribunal Pénal international pour la RDC. 3.Jugement des criminels.

 Me Nico Mayengele, la RDC a besoin de "Libération", du "TPI" et "Criminels jugés"!

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International 

freddy-mulongo-nico-mayengele-4
La création d'un Tribunal Pénal International pour la République Démocratique du Congo, (TPI-RDC), sous occupation constitue, une tâche salutaire de lutter à l'échelle mondiale contre l'impunité des crimes de guerre, crimes contre l'humanité et le génocide commis en RDC depuis 1993-2003 (période couverte par le Rapport Mapping des Nations-Unies), de 2003 à ce jour (périodes concernant les crimes commis pendant les guerres et conflits armés à l'Est par les Rwanda, l'Ouganda, RCD, LRA, ADF-NALU, FDLR, CNDP, M23, Kata-Katanga, Ngumino, etc.

freddy-mulongo-nico-mayengele-7

Le Rapport Mapping ressuscité après 10 ans de sommeil dans un tiroir de l'ONU est une  lutte noble.  La volonté d'accompagnement pour un Tribunal Pénal International pour la RDC  est une bonne chose, nous l'encourageons. 

En tant qu'avocat et président de Congo Normal, nous estimons que la République démocratique du Congo n'a pas à vivre ce qu'a vécu l'ex-Yougoslavie. La justice de l'ONU est intervenue après la Balkanisation. Nous ne  souhaitons pas qu'il y ait un Tribunal Pénal de l'ex-Congo-RDC, comme il y a eu le Tribunal Pénal International pour l'ex-Yougoslavie, après sa balkanisation et la reconnaissance internationale des micro-États y nés à la suite de la guerre du Balkan, et ce, à la satisfaction des puissances occidentales.  

Dans ce sens, balkaniser ou émietter la RDC avant la création par l'ONU d'un TPI-RDC, constitue une vieille tactique occidentale, mieux une technique des occidentaux, jadis, appliquée dans l'histoire du démantèlement des États.

La République démocratique du Congo est sous occupation des voisins envahisseurs. Elle est  victime de ses ressources. Le monde entier lorgne à ses richesses. Tout le monde aime le Congo sans les Congolais. 15 millions de compatriotes sont morts victimes de différentes guerres pour voler des matières premières. Des crimes odieux ont été commis sur le sol congolais: crime de sang, crimes de guerre, crimes de génocide, crimes contre l'humanité. On compte les morts, on passe.   Les pays voisins de la partie orientale: Ouganda, Rwanda, Burundi avec des régimes dictatoriaux mono-ethniques agissent en envahisseurs, prédateurs et conquistadors. Le Rwanda est côté en bourse à Londres, comme premier pays producteur du coltan. Un minerai qui ne se trouve pas dans son sous-sol. L'ogre de Kampala, Yoweri Museveni vient de faire un discours où il déclare que l'Ouganda va construire des routes dans le Nord-Ouest de la RDC, c'est du business. 

ex-yougoslavie-1

A titre illustratif, d'autorité le Conseil de Sécurité créa, via les Résolutions 808 (1993) du 22 février 1993 et 827 (1993) du 25 mai 1993, le Tribunal Pénal International pour l'ex-Yougoslavie, et ce, après que ce pays ait,  à la suite d'une guerre injuste lui imposée, dite "guerre du Balkan" (1991), été désintégrée ou balkanisée en six étaticules : Serbie, Croatie, Bosnie, Bosnie-Herzégovine, Monténégro et Kosovo. D'où, l'origine du mot "balkanisation". C'est donc à la suite de la guerre du Balkan occasionnée par la revendication démoniaque, violente et sanglante du territoire de Kosovo par les réfugiés albanais fuyant la guerre et la misère dans leur pays d'origine, comme c'est le cas aujourd'hui des territoires de l'Est de la RDC occupés et revendiqués par les réfugiés rwandais, appelés Banyarwanda, y installés depuis des décennies que la Yougoslavie fédérale cessa d'exister comme État.

Sa province de Kosovo qui avait accueilli les immigrés albanais 35 ans durant s'était vu couper de la zone du Balkan totalement désintégrée. Mais, ces réfugiés albanais arrachèrent donc à l'ex-Yougoslavie son Kasovo pour en faire un Etat indépendant en complicité avec une communauté internationale sans morale internationale.  L'ONU assigna ainsi au TPIY créé après sa balkanisation, la mission notamment d'imposer la vérité judiciaire afin d'empêcher le révisionnisme. Il ne fallut donc plus fouiner territorialement dans le passé. L'unité et l'intégrité territoriale de Yougoslavie volèrent en éclat. C'est de l'histoire. La messe fut dite. Le pays disparut définitivement dans le concert des nations en laissant derrière lui un Tribunal Pénal International où ils furent jugés et condamnés les autorités militaires et politiques Yougoslaves qui s'opposèrent par la guerre à la balkanisation de leur République fédérale.

Nous Congolais Normaux, nous nous hâtons pour la libération de notre pays, des imposteurs, usurpateurs, criminels et leurs collabos congolais. C'est un devoir sacré de libérer notre pays. La RDC a déjà connu trois hold-up électoraux. Le dernier en date est le deal de Tshilombo avec Kabila pour bénéficier d'une nomination électorale. Les élections deviennent des procédés pour laver des criminels et leurs octroyer des postes. La RDC doit redevenir un pays normal avec des règles démocratiques, qui intègrent des valeurs républicaines et le respect des droits humains. Ce qui n'est pas le cas aujourd'hui. Lorsqu'on a gagné l’élection présidentielle, on ne gouverne pas en coalition avec le gouvernement précédent.Surtout si ce dernier un champion aux échecs.  Comment notre peuple peut-il élire un président et ne pas lui donner la majorité à l'Assemblée nationale et au Sénat pour gouverner? Le Congo a fonctionné durant 6 mois sans gouvernement. Aujourd'hui, on a plusieurs affaires: 15 millions, procès 100 jours de 57 millions... la nouvelle vient de tomber: la présidence usurpée de Tshilombo a consommé 23,8 millions USD pour le seul mois de septembre 2020 ! 

La Libération du Congo est la priorité des priorités. 

 De la création d'un TPI-RDC est l'une des recommandations contenues dans le Rapport Mapping des Nations-Unies ayant listé plus de 600 crimes gravissimes commis en RDC entre 1993 et 2003. Le TPI-RDC ne doit pas voir le jour pour l'ex-Congo, lorsque notre pays, la RDC sera complètement désintégrée, désunie et reconfigurée par des prédateurs-envahisseurs soutenus par leurs maîtres occidentaux. 

Pour nous les Congolais Normaux, la priorité c'est  le processus de la "libération" effective et salutaire du Congo en voie d'éclatement. Ensuite viendra  la création du TPI-RDC, car le jugement des criminels est une démarche volontariste qui sera l'aboutissement.  Le TPI-RDC  juste après la balkanisation du pays comme l'ex-Yougoslavie, ne doit pas nous imposer la paix et la réconciliation avec les "républiquettes" nouvellement créées à partir de nos territoires de l'Est : "République du Kivu" ou "République des Volcans", "République du Tanganyika", etc. 

Libérons d'abord le pays, construisons son système politique, son système de défense et de sécurité à même de garantir l'unité nationale et l'intégrité territoriale avant de songer au TPI pour la RDC, ce grand et riche pays, objet des convoitises mondiales. La RDC mérite donc :

- un Peuple debout, conscient et  revendicatif ; 

- une élite visionnaire et prévoyante ; 

- un leadership fort, transformationnel, clairvoyant et rigoureux;

- une classe politique ainsi qu'une société civile dotées d'un sursaut patriotique et de l'esprit du sacrifice collectif pétri du patriotisme sans faille ni crainte de l'Occident, ni des occupants, ni des traîtres de la nation.

Libérons le Congo, d'abord !

La création d'un TPI-RDC, ensuite !

Le jugement public et exemplaire des seigneurs de guerre, occupants et traîtres, enfin !

L'intérêt du Peuple est la Loi suprême !

Fait à Kinshasa, le 17 octobre 2020

 

Me. Nico MAYENGELE Ngenge,

Avocat normal

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.