Bravo aux bénévoles du Festival International du journalisme !

Elles sont disponibles, aident, orientent...Elles sont des bénévoles au Festival International du journalisme. Elles sont des petites mains indispensables et incontournables pour la réussite de ce festival.

freddy-mulongo-freddy-mulongo


Tout en restant dans l'ombre, ils font vivre le festival. Ils servent les pressions dans des gobelets réutilisables, animent les débats, guident les festivaliers harassés par la chaleur vers les places libres du parking ou éveillent les tout petits au journalisme à travers différents ateliers. Les bénévoles s'occupent de tout, puis se retirent, heureux de voir que la magie opère. Cette année encore, pour la 4ème édition du Festival International de Journalisme qui se tenait du 12 au 14 juillet  à Couthures-sur-Garonne (47), ils ont été d'une aide précieuse. Enraciner le journalisme dans la réalité et s’interroger, avec ceux qui nous lisent, sur les meilleurs moyens de raconter ou de décortiquer un sujet. Pour cette 4è édition du Festival International du journalisme, presque toutes ponctuées d’un point d’interrogation: «L’école française est-elle si nulle?», «Journalistes, pourquoi tant de haine?», «Les journalistes sont-ils au-dessus des lois?», «Pourquoi les questions de genre nous passionnent?», «Quand journalistes et écrivains inversent leurs rôles», «Tunisie: attention chantier», «L’urgence écologique et moi?». Les journalistes sont assimilés aux élites. Ils sont accusés d’ignorer le peuple, voire de le mépriser. Comment sortir de ce face-à-face? Parlons, de ceux que l'on ne remarque pas si l'on ne fait pas attention: les bénévoles ! la majorité sont des femmes. Elles sont attentives, répondent aux préoccupations et orientent le cas échéants. 

freddy-mulongo-freddy-mulongo-1

Leurs motivations sont diverses. Pour certains apprentis journalistes, c'est l'occasion de voir comment ça se passe de l'intérieur et de nouer des contacts. Pour les couthurains et habitants des villages environnants, c'est souvent le plaisir de participer à une manifestation qui donne un nouveau souffle à ce petit bourg isolé du Lot-et-Garonne. Ce qui les réunit ? Sans eux, rien ne serait possible.
freddy-mulongo-freddy-mulongo-2

L'organisation du festival demande une grosse participation des gens de la commune et des alentours. L'organisation se passe aussi avant et après. Il faut environ une semaine de préparation en amont et une semaine pour tout désinstaller . Un travail de longue haleine pour faire de ce petit village champêtre situé en bord de Garonne le lieu propice à l’accueil de 4000 festivaliers, pour trois jours de conférences et de débats survoltés.

freddy-mulongo-freddy-mulongo-3

 

Pour les bénévoles, le résultat est à la hauteur de leurs attentes : elles apprécient l'ambiance, très conviviale, entre bénévoles mais aussi la possibilité de pouvoir parler facilement avec les professionnels des médias présents.

Toujours discrètes, elles contribuent au bon déroulement des opérations. Comme l'ensemble de ces petites mains qui agissent dans l'ombre et font vivre le Festival international de Journalisme.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.