Freddy Mulongo
Journaliste congolais vivant à Paris, défenseur de la liberté d'expression. Fondateur de Réveil FM International.Créée en 1999 à Kinshasa, Réveil FM est devenu Réveil FM International depuis 2007 à Paris.
Abonné·e de Mediapart

3338 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 juil. 2019

France: La cloche chinoise de Marmande, tout une histoire de polémique !

La cloche chinoise de Marmande, tout une histoire de polémique !

Freddy Mulongo
Journaliste congolais vivant à Paris, défenseur de la liberté d'expression. Fondateur de Réveil FM International.Créée en 1999 à Kinshasa, Réveil FM est devenu Réveil FM International depuis 2007 à Paris.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Marmande est une ville de Lot-de-Garonne dans le sud-oust de la France. La cloche chinoise de Marmande cristallise encore la polémique entre les pour et contre, depuis son installation en février 2013.

« Les gens viendront spécialement à Marmande pour voir l’horloge monumentale ! Vous verrez ! » Cette promesse, Gérard Gouzes la ressort à tous ses détracteurs. Et à toutes les occasions. Aujourd’hui, jour de l’inauguration de ce que l’on appelle par raccourci « la cloche chinoise », le maire ne devrait pas manquer de le rappeler. Gérard Gouzes assume ce que beaucoup considèrent comme une folie. Retour sur les épisodes précédents.

C’est en rentrant d’un voyage en Chine, en 2011, que Gérard Gouzes annonce la nouvelle : les Chinois de Yuncheng, avec qui Marmande sympathise en vue d’un possible jumelage, souhaitent offrir une cloche typique, assortie d’une horloge. Le maire la verrait bien trôner Square de Verdun.

Un cadeau qui fait un peu réagir certains élus marmandais, comme l’avocat Yann Delbrel, qui fait alors remarquer que « la cloche (chinoise) se trouverait juste à l’aplomb de notre place des Droits-de-l’Homme. Symboliquement, c’est pas mal. »

Le ton est pour l’instant taquin. Mais lorsque le projet s’est concrétisé, les dents ont plus que grincé. Nous sommes en septembre 2012, et Gérard Gouzes propose à son Conseil de voter l’achat de la cloche auprès de la fonderie de la ville de Wu Han, pour un montant de 215 000 yuans (28 000 euros environ).

L’opposition s’abstient, et son chef de file, Laurence Valay, monte au créneau. Elle estime qu’en plus de cette somme, « alors que les finances de la Ville et des Marmandais sont serrées, ne sont pas inclus les coûts de l’installation, des douanes, du transport… »

Même dans les rangs de la majorité, l’achat fait grand bruit. Joël Hocquelet s’abstient lui aussi. Et la cloche est devenue « l’affaire d’État en ville ». Des proches du maire se demandent s’il ne va pas trop loin, si cette décision n’est pas risquée à l’approche des élections municipales de 2014. D’autres veulent croire en une stratégie « à la manière d’un Gouzes visionnaire, capable de sortir de son chapeau un partenariat économique avec la Chine, juste avant l’élection 2014 ».

Personne ne veut se prononcer officiellement. Mais la dépense est jugée déplacée. Le maire s’agace plusieurs fois, en conseil municipal. « On ne parle pas de dépenses colossales mais de 28 000 euros sur un budget communal de 35 millions d’euros ! Votre problème, c’est que vous n’avez qu’une obsession : prendre ma place ! » lancera-t-il à Didier Dutheil, de l’opposition.

Une opposition qui refuse que soient inscrits les noms de ses membres sous la cloche comme le maire entendait le faire. Et qui se fera, « car nous formons tous un Conseil municipal ». En guise de « protestation », Philippe Labardin, pour son groupe, a donc offert le mois dernier une ponceuse (made in China d’ailleurs). Et annoncé que l’opposition n’assisterait pas à l’inauguration.

Gérard Gouzes dit se réjouir de temps de bruit autour de l’installation de cette horloge monumentale. « La polémique créera la curiosité et attirera du monde. Et je ne regrette pas, ce geste symbolique aura une résonance dans nos relations avec la Chine. »

Inaugurée en début d’année du Serpent (à sonnettes ?) pour les Chinois, la cloche marmandaise aura marqué Marmande !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Dans les Ehpad du groupe Orpea, des CDI introuvables
D’après nos informations, des recrues du groupe privé de maisons de retraite doivent, en France, se contenter de signer des CDD au motif qu’il s’agirait de remplacer des salariés en CDI. Or, dans bien des cas, ces salariés n’existeraient pas. Le groupe dément toute irrégularité, assurant qu’« il n’y a jamais eu d’emploi fictif au sein de l’entreprise ».
par Leïla Miñano avec Benoît Brevet (Investigate Europe)
Journal
Quand le comité d’éthique de France TV prend le parti de Korian
Fin 2020, France 3 a diffusé un documentaire sur les morts du Covid dans les Ehpad qui a déplu au groupe privé Korian. Celui-ci a notamment saisi le comité d’éthique de France Télévisions. Une instance présidée par Christine Albanel qui a jugé « à charge » le travail, pourtant approfondi, des journalistes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
L’action des policiers a causé la mort de Cédric Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni
Journal — Droite
Le député Guillaume Peltier visé par une enquête
Le parquet de Blois a annoncé, lundi 24 janvier, l’ouverture d’une enquête préliminaire à la suite des révélations de Mediapart sur l’utilisation des fonds publics du député Guillaume Peltier, porte-parole de la campagne d’Éric Zemmour.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
La cynique et dangereuse instrumentalisation du mot « génocide »
La répression des Ouïghours existe au Xinjiang. Elle relève très probablement de la qualification juridique de « crimes contre l’Humanité ». Mais ce sont les chercheurs et les juristes qui doivent déterminer et les faits et leurs qualifications juridiques, et ce le plus indépendamment possible, c’est à dire à l’écart des pressions américaines ou chinoises.
par Bringuenarilles
Billet de blog
Stratégies de désinformation et de diversion de Pékin sur la question ouïghoure
[Rediffusion] Alors que de nombreux universitaires sonnent l’alarme quant au risque génocidaire en cours dans la région ouïghoure, Pékin s’évertue à disqualifier tout discours alternatif et n’hésite pas à mobiliser ses réseaux informels en Europe pour diviser les opinions et couper court à tout débat sur la question ouïghoure. Une stratégie de diversion négationniste bien familière. Par Vanessa Frangville.
par Carta Academica
Billet de blog
« Violences génocidaires » et « risque sérieux de génocide »
La reconnaissance des violences génocidaires contre les populations ouïghoures a fait l’objet d’une résolution parlementaire historique ce 20 janvier. C'était un très grand moment. Or, il n'y a pas une mais deux résolutions condamnant les crimes perpétrés par l’État chinois. Derrière des objets relativement similaires, se trouve une certaine dissemblance juridique. Explications.
par Cloé Drieu
Billet de blog
Génocide. Au-delà de l'émotion symbolique
Le vote de la motion de l'Assemblée Nationale sur le génocide contre les ouïghours en Chine a esquivé les questions de fond et servira comme d'habitude d'excuse à l'inaction à venir.
par dominic77