RDC: Modeste Bahati, le "Ngunz Karl Ibond" d'Alias Kabila ?

Distraction politico-politicienne au Congo. Le faux départ de Modeste Bahati du FCC défraie la chronique. Et pourtant, il suffisait de relire notre histoire pour ne pas s'emballer.

freddy-mulongo-bahati

Distraction politico-politicienne au Congo. Le faux départ de Modeste Bahati du FCC défraie la chronique. Et pourtant, il suffisait de relire notre histoire pour ne pas s'emballer.

Les politicailleurs ventriotes, traîtres et collabos qui portent le prénom de "Modeste" ne les sont que de nom. "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi, président de la fameuse Haute Autorité des Médias (HAM) de 2002-2007, a muselé des journalistes, bâillonné des médias et opposants. Fourbe, roublard et grand requin, Modeste Mutinga a privé les 60 millions des Congolais de l'époque, du débat démocratique qui devait opposer Jean-Pierre Bemba à Alias Kabila, lors de l'élection Louis Michel 2006. "Momo" Modeste Mutinga a été récompensé par Alias Kabila qui l'a fait nommer "Rapporteur du Séna". Et c'est le même Modeste Mutinga qui a pondu la fameuse loi d'impunité qui octroie à Alias Kabila $680.000 par moi. Ce traître peut-il être opposant à l'homme de Kingakati ? Par coterie tribale, "Momo" Modeste Mutinga roule pour l'imposteur-usurpateur, Angwalima, Fakwa Félix Pétain Bizimungu Tshilombo.

Modeste Bahati, qui était de la société civile, s'est battu contre ses collègues, devant le bureau de Kethumile Masiré, facilitateur du dialogue intercongolais, sur le boulevard du 30 juin à Kinshasa, pour avoir son ticket pour le dialogue intercongolais à Sun-City en Afrique du sud.

Profito-situationniste, Modeste Bahati doit son ascension politique à Alias Kabila qui en a fait plusieurs fois ministre de son régime d'imposture et d'occupation durant 18 ans. Modeste Bahati est l'un des millionnaires et apparatchicks du régime Kabila.

Modeste Bahati, rappelle le brillantissime Ministre des Affaires étrangères Ngunz Karl I Bond, qui jouait à l'opposant avec Mobutu Sese Seko. Il s'était réfugié en Belgique, avait même intitulé son livre: "Mobutu ou l'incarnation du mal zaïrois". Il revint à Kinshasa et fut encore nommé Ministre des Affaires étrangères pour aller partout dans le monde pour défendre le régime de Mobutu.
Les Bena Mpuka, Talibans et Tribaloethniques qui jouent aux thuriféraires et encensent le départ de Modeste Bahati du FCC n'ont rien compris de la classe politique congolaise toxique et corrompue. Alias Kabila est parti de la présidence de la République sans partir. Félix  Tshilombo est président Quado, étiquette et marionnette. Il n'a aucun pouvoir ! Il a bénéficié d'une NOMINATION ÉLECTORALE, c'est tout !

Quant à Modeste Bahati, il est le fruit des entrailles d'un régime d'imposture et d'occupation. Depuis qu'il est Apparatchik et Mammouth Joséphiste, a-t-on déjà entendu Modeste Bahati parler pour le peuple congolais ? Il a toujours parlé des sous, sous et sous ! Cet adepte de Mammon peut-il vraiment quitter Alias Kabila ? Mille fois Non ! Modeste Bahati est comme Vital Kamerhéon, ils sont des Joséphistes pur sucre
Circulez, Modeste Bahati est une bague collée au doigt d'Alias Kabila. Ceux des insensés et naïfs ont droit de croire au faux divorce Alias Kabila-Bahati.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.