Cameroun: Lilian Thuram adoubé au rang de digne fils Sawa à Douala !

Lilian Thuram, ancien champion du monde 1998 avec l'équipe de France, a décidé de s'intégrer à la culture dont il serait originaire de part ses ancêtres. Grâce à son combat pour la cause des noirs, à travers son association, Lilian Thuram s'est vu décoré notable du Traditionnel Ngondo. Il est reconnu comme digne fils Sawa, à Douala au Cameroun. Grande joie dans la diaspora africaine.

Cameroun: Lilian Thuram adoubé au rang de digne fils Sawa à Douala !

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International

fb-img-1611333227576
                                                                                                             Les réseaux sociaux camerounais se sont emballés: "Je comprends pourquoi Thuram était instruit. Le sang Sawa ne trompes pas . Bravo champion. Tu fais partie d'un peuple noble, cultivé. Peuple de stars, de talents. J'adore les Sawa, j'espère que j'aurai une Sawa comme épouse", "Donc c'est en fin de carrière  et à la retraite qu'on no déjà ses origines hein! Hum ! Bientôt, Thierry Henry va aussi nous dire peu qu'il est Ewondo!", "Patrick Vierra attend quoi pour venir voir ses frères Bassa'a?", "J'attends Makelele aussi!". Grande joie dans la diaspora africaine qui a beaucoup commenté l'événement.

La cérémonie dédiée à Lilian Thuram, le jeudi  21 Janvier a eu lieu à la Maison de la culture Sawa.

fb-img-1611333189133

Homme de culture, l'ancien international français a été reçu par le Ngondo, assemblée traditionnelle du peuple Sawa à Douala au Cameroun.

Lors de la cérémonie le Ngondo a adoubé Lilian Thuram, écrivain dont les ouvrages valorisent l'homme et la race noire.  Il a été élevé au rang de Notable d'honneur Sawa.

Réveil-FM : Lilian Thuram adoubé, élevé au rang du fils Sawa à Douala au Cameroun ! © Mulongo Mukena

À la suite du Ngondo, le Maire de la Ville de Douala  a élevé à son tour Lilian Thuram au rang de citoyen d'honneur de la Ville et  un ambassadeur de la Ville auprès de l'Unesco.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.