Afrique du Sud: Soutien politico-affairo-mafieux à Alias Joseph Kabila, Jacob Zuma...

Une vigilance tous azimuts s'impose pour les congolais de tous bords. Complice de Joseph Kabila, le sud-africain Jacob Zuma n'est pas l'ami du Congo et des congolais mais plutôt un politico-affairo-mafieux qui pille les ressources de la République démocratique du Congo et soutient par ricochet un régime d'occupation, d'imposture et d'usurpation au Congo.

Afrique du Sud: Soutien politico-affairo-mafieux à Alias Joseph Kabila, Jacob Zuma perd la présidence de l'ANC!

Par Freddy Mulongo, vendredi 22 décembre 2017   Radio Réveil FM International 

freddy-mulongo-jacob-zuma-3

Jacob Zuma, l'affairiste et mafieux Président Sud-Africain

La statue de Jacob Zuma érigée dans l'état de Imo au Nigéria qui a coûté 520 millions de Naira sera-t-elle déboulonnée par des Nigérians mécontents ? Les enfants martyrs finissent souvent par devenir des parents bourreaux ! L'apartheid décrié, dénoncé est abattu. Mandela a eu la sagesse de ne pas casser son pays après sa libération-28 ans de prison, il a permis à son peuple de cohabiter entre noirs et blancs. L'Afrique du sud "Arc-en-ciel" est l'oeuvre de Mandela. Après la fin de l'apartheid, l'Afrique du Sud a réussi à cultiver avec succès un terrain moral élevé dans les affaires intra-africaines, ce qui en fait un médiateur privilégié dans les accords de paix intra-africains. Cela s'applique particulièrement à la région des Grands Lacs. Nelson Mandela et Thabo Mbeki ont été fortement impliqués dans la négociation et la signature de l'accord de paix et de réconciliation d'Arusha en 2000 et dans la signature de l'accord mondial de cessez-le-feu entre le Burundi et le CNDD-FDD en 2003. C'est de l'Afrique du Sud, à Sun-City, après le dialogue Intercongolais, qu'est sortie la formule gouvernementale de 1+4 qui a donné =0. Un gouvernement des seigneurs de guerre, criminels, bandits de grand chemin...qui a blanchi ses auteurs inclus dans les composantes et entités ! La Force de défense nationale sud-africaine (SANDF) compte plus de 1 000 soldats stationnés à l'est de la République démocratique du Congo dans le cadre de la Brigade d'intervention de la force rapide (FIB), qui fait partie de MONUSCO.

freddy-mulongo-jacob-zuma-1

Jacob Zuma et ses cadavres dans le placard

Depuis que Jacob Zuma, l'homme aux mille et une affaires mafieuses, a remplacé Thabo Mbeki, l'Afrique du sud est devenu un Etat voyou, Etat mafieux ! L'affairiste Jacob Zuma Honni par la rue et ouvertement contesté au sein de l’ANC, n'est plus à la tête du parti de Mandela, il espérait faire élire son ex-femme, le complot a échoué ! M. Cyril Ramaphosa a été élu ce lundi, président du Congrès national africain (ANC), il s’est imposé avec moins de 200 voix d’ avance, récoltant 2 440 votes sur 4 776...Il remplacera le président Jacob Zuma, dont la gestion à la tête du pays est fortement décriée. Il a devancé sa rivale Nkosazana Dlammini Zuma de 179 voix alors qu’elle était soutenue par le président sortant. Le nouveau Président de l’ANC pourrait devenir le président l’Afrique du Sud aux termes des élections présidentielles de 2019 en cas de victoire de son parti aux élections générales.

freddy-mulongo-zuma-et-ses-femmes

Jacob Zuma et ses femmes

freddy-mulongo-zuma-et-ses-femmes-1

Jacob Zuma et ses femmes

Jacob Zuma fut accusé de viol avant même d’accéder à la magistrature suprême de son pays. Avant même d'arriver au pouvoir, alors qu'il était vice-président, Jacob Zuma avait fait face en 2006 à des accusations de viol à l'encontre d'une jeune femme séropositive.Il sera blanchi mais va scandaliser le pays en affirmant pendant son procès qu'il a "juste pris une douche" pour éviter la contamination. Il est à l'époque à la tête du Conseil national contre le sida. Cette histoire a fait le bonheur du célèbre Zapiro, le plus célèbre dessinateur sud africain, qui croque le président sud africain, surmonté d'un pommeau de douche !

freddy-mulongo-jacob-zuma-2

Alias Joseph Kabila-Jacob Zuma, deux affairistes mafieux qui se soutiennent

L'Afrique du Sud a besoin d'une République démocratique du Congo faible, tellement faible pour mieux continuer à dominer sur elle. L’Afrique du Sud a souffert de l'apartheid, mais elle soutient la dictature en RDC. Alors que ses fidèles ont été massacrés par le régime de Kinshasa, sa résidence de Lubumbashi détruite, le pasteur Joseph Mukungubila a eu la peine du monde pour avoir son statut de réfugié en Afrique du Sud. Il a été même qu'il soit extradé vers Kinshasa. La manigance de Jacob Zuma dans l'affaire Mukungubila a été plus que patente.

freddy-mulongo-kabila-zuma

Alias Joseph Kabila-Jacob Zuma, deux affairistes mafieux qui se soutiennent

 

Coup de théâtre, en février 2015, la Haute Cour de Pretoria a acquitté Etienne Kabila et 19 autres congolais pour faute de preuves suffisante. Nos compatriotes ont été arrêtés en février 2013, pour mercenariat et tentative d’assassinat contre Alias Joseph Kabila, après avoir été piégés par une unité spéciale de la police sud-africaine. Coup fourré de Jacob Zuma et ses services mafieux. Début 2013, 20 compatriotes ont été approchés par un policier sud-africain infiltré : celui-ci leur aurait promis des armes et une formation de gardiens de sécurité. Mais ils sont en fait rapidement inculpés pour « activités mercenaires » et « complot en vue d’assassinat ». La défense, qui a dénoncé un piège de la police sud-africaine, a ainsi remporté la victoire car sous couverture, la police sud-africaine a instigué des contacts, des réunions et a même monté un entraînement militaire, alors que les accusés pensaient participer à une formation de gardien de parc...

freddy-mulongo-joseph-mukungubila

Le pasteur Joseph Mukungubila victime d'un complot ourdi par Jacob Zuma

freddy-mulongo-etienne-kabila

Etienne Kabila et 19 compatriotes ont été victimes de manigance de Jacob Zuma

Pour le juge Billy Mothle, les preuves apportées ne sont donc pas recevables : « Ce programme d’entraînement a été mis sur pied par les agents de la police prétextant une formation de gardien de parc pour lutter contre le braconnage. Ce sont des agents de la police sous couverture qui ont monté l’opération et non les accusés. Aucun d’eux d’ailleurs n’était armé. Il est donc clair que le dossier du procureur ne tient pas la route. ». Que dire à Paris, le sud-africain Jacob Zuma s'est transformé en lobbyiste d'Alias Joseph Kabila et son troisième mandat. Le "Niet" de François Hollande, l'insistance et l'encouragement à l'alternance politique en République démocratique du Congo avaient refroidi les ardeurs de Jacob Zuma, le président sud africain qui était en visite d'Etat en France le 11 juillet 2016.

L'Afrique du Sud est l'allié bilatéral le plus proche de Kabila et représente un soutien clé pour son maintien au pouvoir. Pour préserver ce soutien vital, Joseph KABILA a tissé des relations personnelles très étroites avec son homologue sud-africain Jacob Zuma et ses « partenaires commerciaux ».

freddy-mulongo-jeep-ceni-lubumbashi

Lundi 28 novembre 2011, au quartier Bel Air, Commune de Kampemba à Lubumbashi dans la province du Katanga, des Congolais ont brûlé un jeep pick up bourrée des bulletins de vote déjà cochés candidat N°3 Joseph Kabila ! Photo Réveil FM International, archives

On se souvient encore de l'histoire de 14 palettes de bulletins de vote déjà cochés en faveur d'Alias Joseph Kabila candidat N°3, partis de l'Afrique du sud saisis par la Monusco à l'aéroport International de N'djili. C'est le 30 novembre 2011. La diaspora congolaise en Afrique du Sud avait tellement fait du bruit que le 3ème vol avec des bulletins frauduleux n'a pas eu lieu. Deux avions sud africains ont atterri, mardi 29 novembre, à l’aéroport de Lubumbashi avec plus de 5 tonnes de matériel électoral à bord. L’arrivée de ce matériel, un jour après les élections présidentielle et législatives en RDC, a suscité une inquiétude notamment chez certains candidats qui craignaient qu’il soit utilisé pour altérer les résultats.

freddy-mulongo-jacob-zuma

Il existe des liens plus opaques entre Pretoria et Kinshasa. Les relations entre alias Joseph Kabila et Jacob Zuma sont plus que mafieuses. Après le dialogue intercongolais qui s'est tenu à Sun City en Afrique du Sud, c'est le pays de Jacob Zuma qui a livré les bulletins de vote de l'élection présidentielle Louis Michel 2006 et de novembre 2011. toutes les deux frauduleuses.

Pour passer de deux tours à un tour l’élection présidentielle, dans un pays de 70 millions d'habitants, Joseph Kabila a corrompu des parlementaires godillots du palais du peuple, qui contre espèces sonnantes et trébuchantes, sans conscience ni morale, ont tripatouillé la Constitution de Liège pour le scrutin du 28 novembre 2011. Cela a quand même alerté des congolais de l’étranger et la communauté internationale.

Isolé au niveau international, Joseph Kabila a trouvé un allié de taille en la personne de Jacob Zuma, le président sud-africain qui a des intérêts miniers au Congo. Pour réussir les fraudes électorales, alias Joseph Kabila et sa bande des mammouths joséphistes-mobutistes corrompus ont confié à Robert Gumede, un homme d'affaire proche du Congrès national africain (ANC, le parti sud-africain au pouvoir), le contrat d'impression des bulletins de vote. Des palettes partiront de Jo'bourg avec des bulletins cochés candidat N°3: Joseph Kabila !

Des jeeps de la CENI et bulletins de vote seront brûles par des congolais dans plusieurs villes où le pot de rose a été découvert dont la ville de Lubumbashi. Au Katanga, Joseph Kabila 42% et Etienne Tshisekedi 41%. Pourtant Daniel Ngoyi Mulunda et sa CENI proclameront Joseph Kabila gagnant à 110% au Katanga.

Après le scrutin, plusieurs observateurs dont le "Centre Carter" et la mission d'observation de l'Union européenne dénonceront de "nombreuses irrégularités et fraudes", mais la Belgique néocoloniale-léopoldienne et Pretoria féliciteront le tricheur Joseph Kabila pour sa réélection.

freddy-mulongo-neveu-de-zuma1

Khulubuse, neveu de Jacob Zuma, acteur dans le pillage des ressources de la RDC

D'après l'agence Bloomberg, le neveu de Jacob Zuma, Khulubuse, a obtenu en 2010 des concessions pétrolières sur le lac Albert, à la frontière avec l'Ouganda. Les deux sociétés ayant acquis les permis, Caprikat et Foxwhelp, avaient été immatriculées aux îles Vierges britanniques trois mois avant la transaction, jugée défavorable aux intérêts de l'État congolais par l'ONG britannique Platform.Khulubuse Zuma s'est rapidement enrichi depuis que son oncle Jacob Zuma est devenu président de la République sud africaine. Une autorisation de Joseph Kabila à Petrol Caprikat et Foxwhelp pour exploiter les réserves pétrolières des ces deux blocs et prévoyaient déjà la production courant 2011 sur les deux blocs pourtant litigieux. C’était sans compter sur la hargne de Tullow Oil, dans la course sur les mêmes blocs depuis 2006 mais qui n’a jamais pu obtenir l’ordonnance présidentielle, sésame pour devenir propriétaire d’un bloc pétrolier, selon la loi congolaise. Tullow portera donc plainte auprès de la Haute Cour de Justice des Iles Vierges.

Contre toute attente, dans une décision temporaire prise le 21 septembre 2010, la division commerciale de la Haute cour de Justice des Iles vierges interdit à Caprikat et Foxwhelp de s’engager dans l’exploitation des blocs 1 et 2 du Graben Albertine. Une victoire de courte durée pour le britannique Tullow Oil car deux mois plus tard suite à un recours des deux sociétés sud-africaines, la Haute Cour de Justice des Iles Vierges suspend son interdiction et ouvre la voie à l’exploration à cause des « maigres chances » d’obtention de l’autorisation présidentielle par Tullow Oil, pourtant présente en RDC depuis 2006.

Avec son embonpoint et son sourire, Khulubuse Zuma, le neveu du président sud-africain, passe rarement inaperçu.

Les Ituriens et Ituriennes en premier et le peuple congolais entier ont été consultés pour la production et l'exploitation du pétrole du Lac Albert (ex-Mobutu) ? Outre l'avocat Michael Hulley, qui avait assisté Khulubuse et est devenu, depuis, conseiller juridique de la présidence sud-africaine, l'homme d'affaires israélien Dan Gertler, très proche de Kabila, a également été cité comme un possible bénéficiaire de cette opération. Jusqu'à récemment, on retrouvait aussi sur la Place congolaise African Rainbow Minerals, la société du milliardaire Patrice Motsepe, et SacOil, un groupe en partie détenu par la famille de Dikgang Moseneke, vice-président de la Cour constitutionnelle sud-africaine.

La compagnie Dig Oil possède, elle, des participations dans des concessions pétrolières dans l'est de la RD Congo. Dirigée par Andrea Brown, une femme d'affaires proche de l'ANC, elle s'était déjà fait remarquer en se lançant dans l'exploration en Centrafrique, du temps où François Bozizé était encore au pouvoir. En janvier 2013, alors que le président centrafricain vacillait face à la rébellion qui allait le renverser, Pretoria n'avait pas hésité à envoyer un contingent de 400 hommes pour lui prêter main-forte.

L'Afrique du Sud sait, bien sûr, où se trouve son intérêt. Sa compagnie de téléphone mobile, Vodacom dont 51% appartient à alias Joseph Kabila, domine le marché congolais, ses experts miniers sont nombreux à travailler au Katanga et une partie du cuivre de cette province transite par l'Afrique du Sud, d'où il est exporté. Quant au projet de barrages hydroélectriques de Grand Inga (articulé autour de deux centrales déjà existantes, Inga I et Inga II), il intéresse tout particulièrement Pretoria, confronté à un important déficit énergétique. L'Afrique du Sud s'est donc engagée à acquérir plus de 50 % du courant qui doit être produit par le futur barrage d'Inga III. "Le soutien des Sud-Africains nous crédibilise et devrait faciliter la récolte de fonds auprès des bailleurs, reconnaît un conseiller à la primature congolaise. Sans eux, cela aurait été très difficile.

Une vigilance tous azimuts s'impose pour les congolais de tous bords. Complice de Joseph Kabila, le sud-africain Jacob Zuma n'est pas l'ami du Congo et des congolais mais plutôt un politico-affairo-mafieux qui pille les ressources de la République démocratique du Congo et soutient par ricochet un régime d'occupation, d'imposture et d'usurpation au Congo. A croire que Jacob Zuma parle de l’apartheid qui a brimé les noirs sud africains, les congolais ne doivent pas le croire. La vérité vraie, il arrive souvent qu'un enfant martyr devienne un parent bourreau. Sauf que la mafia des Zuma en République démocratique du Congo est quasi familiale, même l'ANC, le parti de Mandela est mis à contribution.

 

Une vigilance tous azimuts s'impose pour les congolais de tous bords. Complice de Joseph Kabila, le sud-africain Jacob Zuma n'est pas l'ami du Congo et des congolais mais plutôt un politico-affairo-mafieux qui pille les ressources de la République démocratique du Congo et soutient par ricochet un régime d'occupation, d'imposture et d'usurpation au Congo.

A croire que Jacob Zuma parle de l’apartheid qui a brimé les noirs sud africains, les congolais ne doivent pas le croire. La vérité vraie, il arrive souvent qu'un enfant martyr devienne un parent bourreau. Sauf que la mafia des Zuma en République démocratique du Congo est quasi familiale, même l'ANC, le parti de Mandela est mis à contribution.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.