RDC: Président Quado, Félix Tshilombo Pétain sans légitimité face à Alias Kabila !

La République démocratique du Congo avec ses trois présidents accentue la crise de légitimité. Martin Fayulu qui vient de terminer sa tournée américano-européenne, rentre à Kinshasa, le dimanche 28 avril prochain. Alias Kabila, après ses 18 ans de pouvoir, il est parti sans partir. C'est lui le véritable Président. Il n'est pas virtuel. Il tient en laisse Félix Tshilombo président nommé.

RDC: Président Quado, Félix Tshilombo Pétain sans légitimité face à Alias Kabila !

Par Freddy Mulongo, mardi 23 avril 2019 Radio Réveil FM International 

freddy-mulongo-faussaire-tshilombo-231

Lundi 22 avril, Alias Kabila chez Félix Tshilombo Pétain à la cité de l'union africaine

La vérité des urnes ne peut être volée, marchandée ou trafiquée! Lors du scrutin présidentiel du 30 décembre dernier, les Congolais avaient clairement exprimé un vote sanction : ils souhaitaient le départ d'Alias Kabila et son régime d'imposture, d'occupation et de prédation, qui a sévit durant 18 ans, ruinant le pays. Le peuple congolais craignait que le barbu de Kingakati-qui s'est rasé il n'y a pas longtemps-ne s’accroche malgré tout au pouvoir. Les Congolais redoutaient le passage en force de son premier dauphin Emmanuel Shadary, ce qui aurait perpétué un système rejeté par la majorité de la population. Or son vrai dauphin était dans l'opposition: Félix Tshilombo Bizimungu, qui a profité du nom de son père Etienne Tshisekedi pour faire un odieux deal avec Alias Kabila. Président Quado, président de pacotille, président fictif, président étiquette et protocolaire, il est et demeure le bénéficiaire d'une nomination électorale. Pas d'imperium, il a été nommé. Sans expérience politique, dribbleur patenté, Félix Tshilombo Pétain Bizimungu est l'individu le plus faible et malléable à souhait. Alias Kabila , qui est parti sans partir, en a fait son pantin. Masque d'Alias Kabila, Félix Tshilombo Pétain Bizimungu a pris l'engagement dans les accords secrets de Kingakati, d'être le bouclier du régime honni par le peuple congolais. Le deal Alias Kabila-Félix Tshilombo Pétain Bizimungu porte ses fruits. Les deux tourtereaux politiques se voient souvent les dimanches pour parler de leur alliance. Exceptionnellement, ils se sont vus, hier lundi de pâques. Le rituel commence à être bien connu. Toujours en treillis avec une escouade des Bana Mura qui quadrille la cité de l'union africaine. C'est lorsqu'il arrive à la première barrière, qu'Alias Kabila annonce son arrivée. Il y a quatre barrières avant d'arriver dans le petit villa où il a placé son otage. Il donne des directives à celui qui l'a nommé. Si l'imposteur-usurpateur nommé se résigne à lui faire un rapport, Félix Tshilombo Pétain Bizimungu est capturé où qu'il soit traîner jusqu'à Kingakati pour lui rappeler à l'ordre.

freddy-mulongo-faussaire-tshilombo-230

Lundi 22 avril, Alias Kabila chez Félix Tshilombo Pétain à la cité de l'union africaine

Avons-nous combattu le régime d'imposture, d'occupation et de prédation d'Alias Kabila pour vivre ce que nous voyons ? Le peuple congolais est-il parti aux élections pour rien ? La RDC est un volcan qui gronde. La crise de légitimité est réelle. La République démocratique du Congo a trois présidents:

1. Martin Fayulu, qui a gagné l'élection présidentielle du 30 décembre dernier. Il n'a pas d'imperium. Il réclame sa victoire. Il vient de terminer sa tournée américano-européenne. Il a été en Belgique, Suisse, France, les Etats-Unis, la Grande-Bretagne. Il est de retour en France, à Lyon et compte retourner à Kinshasa, le dimanche 28 avril prochain.

2. Félix Tshilombo Pétain Bizimungu, qui a profité du nom de son père Etienne Tshisekedi, pour dribbler tout le monde et se faire nommer. Sa nomination électorale est un nouveau paradigme dans la démocratie. On va aux élections, le peuple se prononce. On fait un deal entre politicailleurs pour contourner le choix du peuple. Le sortant se choisit dans l'opposition, le candidat le plus malléable pour en faire un pantin. Félix Tshilombo est un président quado donc fictif. Il n'a aucun pouvoir. Il a le fauteuil présidentiel mais ne décide sur rien. Conséquence, il vadrouille tout en creusant un trou dans le budget de l'Etat pour ses voyages inutiles pour le pays. Il cherche la légitimité ailleurs alors que la vraie légitimité provient du peuple congolais.

3. Il n'est pas un virtuel, Alias Kabila est encore le vrai président de la RDC. Il tient Félix Tshilombo Pétain Bizimungu en laisse et il le tient bien. En faisant son deal avec Alias Kabila, Félix Tshilombo Pétain Bizimungu s'est aliéné une bonne partie de la population congolaise, qui est dégoûté par le rôle que l'on lui fait jouer.

freddy-mulongo-faussaire-tshilombo-232

Lundi 22 avril, Alias Kabila chez Félix Tshilombo Pétain à la cité de l'union africaine

Aux Etats-Unis, Félix Tshilombo Pétain Bizimungu a fait une déclaration sur le déboulonnement du système dictatorial ancien, qu'en est-il ? C'est le peuple congolais, qui va s'organiser pour mieux déboulonner, ceux qui trahissent son destin.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.