Paris: Jean-Luc Mélenchon, le Rebelle de la République !

Grand tribun de la Gauche Radicale, Jean-Luc Mélenchon président de la France Insoumise est le rebelle de la République. Quelque 150'000 personnes ont participé samedi 23 septembre 2017, à la manifestation de La France insoumise contre le "coup d'Etat social" du président français Emmanuel Macron, a déclaré sur Twitter son leader Jean-Luc Mélenchon à l'arrivée du défilé à Paris.

Paris: Jean-Luc Mélenchon, le Rebelle de la République !

Par Freddy Mulongo, samedi 23 septembre 2017  Radio Réveil FM International 

freddy-mulongo-melenchon-1

Jean-Luc Mélenchon, tribun de la gauche radicale est président de la France Insoumise

Au tour de Jean-Luc Mélenchon de prendre la tête de la contestation contre la réforme du code du travail. Après deux manifestations organisées par la CGT, le leader de la France insoumise a appelé ses partisans à marcher entre les places parisiennes de la Bastille et de République contre "le coup d'Etat social" que prépare, selon lui, Emmanuel Macron.

Marche du 23 septembre contre le coup d'État social © JEAN-LUC MÉLENCHON

A quelques heures du rassemblement, le gouvernement a publié les ordonnances au Journal officiel. Pas de quoi diminuer l'ardeur des insoumis qui espèrent toujours faire plier le chef de l'Etat. "Nous avons l'impression d'être au-delà de tout ce qu'on a fait jusqu'à présent", a estimé l'ancien candidat à la présidentielle quand on lui a demandé dans le cortège si la mobilisation était au rendez-vous.

freddy-mulongo-melenchon-2

freddy-mulongo-melenchon

 

150.000 personnes ont défilé selon La France insoumise qui appelle le mouvement social à poursuivre les actions.

17h44. Fin du discours de Jean-Luc Mélenchon

"Au bout de la rue, souvent, il y a les élections", conclut Jean-Luc Mélenchon.

17h35. "Les jeunes, mettez-vous en mouvement"

Après les syndicats, Jean-Luc Mélenchon appelle la jeunesse de France, à partir de 16 ans, "à se mettre en mouvement" contre le gouvernement.

17h28. Jean-Luc Mélenchon lance les "casserolades"

Jean-Luc Mélenchon appelle tous ses partisans à manifester samedi 30 septembre partout en France à l'occasion de ce qu'il appelle les "casserolades". Il invite chacun à se munir de casseroles pour faire le plus de bruit possible "là où vous croyez qu'il est bon de le faire". Le message est clair: "vous nous pourrissez la vie, alors on vous empêche de dormir".

17h22. Mélenchon veut déferler à un million sur les Champs-Elysées

"La bataille ne fait que commencer", affirme Jean-Luc Mélenchon qui se dit prêt à se ranger derrière les syndicats pour lancer une action unitaire d'une ampleur inédite. "Nous allons proposer aux organisations syndicales de se mettre à notre tête pour conduire un combat décisif et déterminé", poursuit-il évoquant l'idée de "déferler à un million sur les Champs-Elysée".

17h12. Le mot d'ordre est lâché: "Dégagez"

Jean-Luc Mélenchon aimerait faire souffler le vent du dégagisme jusque sur ce quinquennat. La foule reprend le mot d'ordre de la campagne présidentielle: "dégagez", entonne les milliers de personnes place de la République.

17h00. Jean-Luc Mélenchon répond à Emmanuel Macron

16h58. La France insoumise revendique 150.000 personnes présentes dans le cortège. Jean-Luc Mélenchon va prendre la parole.

16h40. Une série de spots est diffusée place de la République avant que Jean-Luc Mélenchon ne prenne la parole. Il est question de grève générale. "C'est un devoir", lance Charlotte Girard (coresponsable du projet de la France insoumise) sur scène.

16h05. En attendant que Jean-Luc Mélenchon n'arrive sur scène, les militants de la France insoumise se massent place de la République où des drapeaux tricolores leur sont distribués.

Peu après 15h30, les premiers participants à la marche sont arrivés place de la République où Jean-Luc Mélenchon doit prendre la parole aux alentours de 17 heures. Quelques tensions se font sentir entre des marcheurs et des jeunes manifestants vêtus de noir et cagoulés. Le calme revient rapidement.

14h59. Olivier Besancenot qui s'est joint à la manifestation a fait le choix de ne pas apparaître en première ligne mais le long du cortège où son parti distribue des tracts. Philippe Poutou, candidat du NPA à la présidentielle est également présent.

 

14h48. Benoît Hamon, l'ancien candidat socialiste à la présidentielle qui a claqué la porte du PS, est en première ligne. On retrouve aussi l'ancien député EELV Sergio Coronado ou la députée communiste Marie-George Buffet.

14h30. Jean-Luc Mélenchon vient d'arriver en tête du cortège. Celui-ci va pouvoir s'ébranler.

 

Quelque 150'000 personnes ont participé samedi à la manifestation de La France insoumise contre le "coup d'Etat social" du président français Emmanuel Macron, a déclaré sur Twitter son leader Jean-Luc Mélenchon à l'arrivée du défilé à Paris.

L'objectif du tribun de la gauche radicale est de prendre la tête du combat contre la réforme du droit du travail du président français Emmanuel Macron. "La bataille de France est commencée", a lancé cette semaine le chef de file de La France insoumise (LFI) qui a qualifié de "coup d'Etat social" le projet gouvernemental.

Le président français a solennellement paraphé vendredi devant les caméras les cinq textes modifiant le complexe code du travail français, qui compte plus de 3000 pages. Ces cinq ordonnances ont été publiées officiellement samedi matin pour une entrée en vigueur immédiate.

En tête de la fronde, la CGT, l'un des principaux syndicats français, a organisé deux journées de grève et de manifestations dans toute la France les 12 et 21 septembre, avec un succès mitigé. Dopé par son score record à l'élection présidentielle, Jean-Luc Mélenchon espérait bien faire mieux samedi. Il avait appelé à "une déferlante" des opposants à la réforme dans les rues de la capitale.

La mobilisation de samedi est scrutée de près par le gouvernement, la grogne sociale allant se poursuivre avec des barrages dressés dès lundi par des routiers en colère. Suivront un mouvement de protestation des retraités le 28 septembre, ou encore des fonctionnaires, le 10 octobre.

freddy-mulongo-melenchon

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.