Patrimoine: les colonnes romaines de Riez !

Visiter Riez, c'est découvrir un village qui a traversé des siècles d'histoire. Flâner à l'ombre des platanes centenaires et profiter de la fraîcheur de ses neuf fontaines et lavoirs...un patrimoine riche. Quatre colonnes en granit monolithe surmontées d'une architrave sculptée, constituent les restes d'un temple érigé au Ier siècle après J-C.

Patrimoine: les colonnes romaines de Riez !

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International

img-20200920-173115

En arrivant de l'Allemagne-en-provence, en traversant le petit pont avant l'entrée dans Riez, en jettant un regard à gauche, on voit tout de suite les quatres colonnes romaines, dans un champs entretenu. 

 

img-20200920-173143-1

Ces colonnes monolithes, en granit gris de l'Estérel, hautes de 7 mètres sont surmontées d'une architrave richement décorée en calcaire tendre. Les bases et les chapiteaux corinthiens sont en marbre blanc.

img-20200920-173300

Elles constituaient la façade orientale d'un temple tétrastyle, construit au 1er siècle après Jésus-Christ et vraissemblablement dédié à Apollon. Du haut d'un imposant socle en grand appareil, le temple dominait de 2,50 mètres le niveau antique de circulation : la grande voie vers Aix.

img-20200920-173407

Deux massifs prolongeaient le podium en avant des colonnes extrêmes et enserraient un escalier. L'édifice fut détruit à la fin de l'Antiquité et les matériaux récupérés, mais la colonnade et son support ont été soigneusement respectés. Les quatre colonnes semblaient veiller sur l'entrée de Riez au terme de la grand route d'Aix.

Au coeur du Plateau de Valensole, Riez est bâti au flanc de la colline Saint-Maxime qui surplombe le confluent de trois vallées. Celles-ci ont été empruntées par des voies de communication dès le Haut-Empire romain. A ce carrefour des routes venant d’Aix et de Fréjus, l’Empereur Auguste fonde la colonie de droit latin : Colonia Julia Augusta Reiorum Appolinaris.

Quatre colonnes en granit monolithe surmontées d’une architrave sculptée, constituent les restes d’un temple érigé au Ier siècle après J-C. Sur les ruines de thermes romains, un baptistère et une cathédrale sont élevés au cours du Vème siècle. Le baptistère demeure un des rares édifices paléochrétiens de Provence. Sa fonction d’évêché fait alors de Riez une cité importante.

Au XIVème siècle, la ville est ceinturée par des remparts construits avec des matériaux locaux : galets et sable de rivière, remparts que l’on peut encore admirer et notamment les deux portes qui donnent accès au centre ancien (portes Sanson et Ayguière) ainsi que la Tour d’angle (Tour de l’horloge).

A l’intérieur de la vieille ville, la Grand’rue est imprégnée d’une ambiance médiévale avec ses ruelles étroites qui communiquent entre elles par des « andrones » (passages couverts sous les maisons), ses anciens hôtels particuliers d’époque Renaissance et notamment l’Hôtel de Mazan.
Avec la disparition de l’évêché à la Révolution française, Riez perd de sa place.

Aujourd’hui des artisans d’art, des potiers, des faïenciers, des commerçants pérennisent la tradition marchande de cette cité riche d’histoire.
Les produits du terroir : truffes, miel, huile d’olive, gibiers, essences de lavandin sont mis à l’honneur et font l’objet de nombreuses animations festives. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.