Freddy Mulongo
Journaliste congolais vivant à Paris, défenseur de la liberté d'expression. Fondateur de Réveil FM International.Créée en 1999 à Kinshasa, Réveil FM est devenu Réveil FM International depuis 2007 à Paris.
Abonné·e de Mediapart

3339 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 oct. 2020

Tshilombogate: Martin Fayulu, grand homme politique et visionnaire !

Crises institutionnelles voulues, engagées et installées avec Tshilombo en RDC. Le casseur de la République, liquidateur du Congo et Balkanisateur au pays de Kimbangu patauge dans des crises enchevêtrées. Martin Fayulu, grand homme politique et visionnaire avait proposé un plan de sortie de crises. Tshilombo veut s'appuyer sur des troubadours, politicailleurs ventriotes. Va-t-il s'en sortir ?

Freddy Mulongo
Journaliste congolais vivant à Paris, défenseur de la liberté d'expression. Fondateur de Réveil FM International.Créée en 1999 à Kinshasa, Réveil FM est devenu Réveil FM International depuis 2007 à Paris.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Tshilombogate: Martin Fayulu, grand homme politique et visionnaire !

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International

Martin Fayulu est un grand homme politique et visionnaire en République démocratique du Congo. Avec ses plus de 62%, victime d'un hold-up électoral, orchestré par Tshilombo et Alias Kabila, dans un odieux et satanique deal à Kingankati, contre le peuple congolais, Martin Fayulu, pacifiste et non violent, n'a jamais usé des violences pour récupérer son imperium volé. Tshilombo est un imposteur et usurpateur. 

Président élu du peuple congolais, Martin Fayulu s'est empressé , il y a un an, de proposer un plan de sortie de crise. La vérité des urnes étant l'autoroute pour emprunter la démocratie à grande vitesse. On lui rigoler au nez. 

Dribblages mirifiques, fourberies pathétiques et roublardises tarabiscotées émaillent la présidence usurpée de Tshilombo, qui dirige le Congo par défi. Tshilombo est illégitime ! Il est le plus grand voleur de destin du peuple congolais. Il n'a aucun respect à notre peuple. Tshilombo a une épine dans son pied gauche et des cailloux dans sa chaussure droite. Comment peut-il marcher ? Il a contre lui le peuple congolais et sa diaspora résistante. Il a contre lui tous les politicailleurs, ventriotes et girouettes avec qui il a fait des deals puis trahi après: UNC de Vital Kamerhe, FCC-PPRD d'Alias Kabila. Qui a trahi, trahira !  Tshilombo n'a avec lui, que des troubadours politiques, sans épaisseurs ni convictions politiques mais des quémadeurs d'emploi, qui végètent et soutiennent la fraude électorale pour se retrouver. Ils sont des habitués des plateaux de télévision et dialogues, concertation et autres forums. Ils viennent pour capter la lumière et n'ont aucune assise sur terrain: Claudel Lubaya, Adam Bombole, Gabriel Mokia, Franck Diongo, Noël Tshiani...mais surtout ses Bena Mpuka, Talibans, Ethno-Tribalistes et Wewaïstes, fanatiques lobotomisés et écervelés: des moutons de Panurge !

Des crises institutionnelles enchevêtrées  sont réelles, installées et deviennent ataviques. Avec ses 700 conseillers tribaux, tribalisés et tribalistes à la présidence usurpée, Tshilombo a fait la sourde oreille aux propositions citoyennes, patriotiques et politiques de Martin Fayulu. Pour mieux enfariner le peuple congolais, Tshilombo a emprunter des pistes villageoises, comme raccourcis, croyant arriver plus vite.  le plus grand "Tribaliste" du Congo  a cru bon de s'appuyer uniquement  sur ses frères tribaux "Luba Kasaïens" pour diriger le Grand Congo par défi, foulant aux pieds l'unité nationale et sabordant la souveraineté et l'intégrité territoriale durement acquise sous Mobutu.

Après la prestation de serment forcé, de ses trois juges tribaux, pour contrôler la cour constitutionnelle à sa guise, Tshilombo a franchi le Rubicon. La salle de congrès du parlement au Palais du peuple , a été envahi par des Bena Mpuka et autres Talibans, qui ont entonné l'hymne de l'Udps, comme si nous étions à Kabeya Kamuanga,  en lieu et place de l'hymne national, le debout congolais. Et lui Tshilombo au lieu de recadrer ses ouailles fanatisés, s'est empressé de faire le signe de victoire. On croit rêver ! signe de victoire contre qui ? Le peuple congolais ? Ou contre ses partenaires du FCC qu'il vient de rouler dans la farine ?

Crises institutionnelles ancrées et enchevêtrées, Tshilombo croit s'en sortir avec une pichenette: il s'engager à consulter des politicailleurs, ventiotes, troubadours et girouettes politiques.

Tshilombo est illégitime, il a volé le destin de tout un peuple. L'incapacitaire voulait le tapis rouge à tout prix. Il s'embourbe dans ses promesses farfelues et mensonges éhontés. Aucune décision sérieuse n'a été prise depuis qu'il trône arbitrairement sur le Congo.  Tshilombo est le problème du Congo. Il n'est pas la solution de notre pays. 

Casseur du pays, liquidateur du Congo et Balkanisateur de la RDC, en deux ans au pouvoir, Tshilombo est dangereux. Il est le pire pseudo-président que le Congo n'a jamais connu. Piètre politicailleur "Libumucrate". Il s'est revelé être un pillard des caisses de l'Etat, sa course à l'enrichissement rapide et illicite n'a d'aucune mesure, avec Tshilombo la mafia s'est officialisée. 

Martin Fayulu demeure le président élu du peuple congolais. Tshilombo devra demander rendez-vous au Faden House, si on peut le recevoir. Qu'il se détrompe, Martin Fayulu ne verra jamais Tshilombo en catimini. Il ne viendra pas faire la queue à la présidence usurpée. 

C'est au toujours au receleur d'aller restituer l'objet volé. Or l'élection d'un peuple est immatérielle. On ne peut le quantifier. Seul le pardon libère. Tshilombo doit demander pardon au peuple congolais. Sinon, lui et Alias Kabila sont bons pour la poubelle de l'histoire. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Rennes, la justice malmenée
En pleine mobilisation du monde judiciaire, des magistrats rennais racontent leurs désillusions et leurs regrets face à leurs propres insuffisances. Cernés par les priorités contradictoires, ils examinent chaque dossier en gardant un œil sur la montre. 
par Camille Polloni
Journal
Hôpital : « On prêche dans le désert, personne ne nous entend »
Les hospitaliers ont, une fois encore, tenté d’alerter sur les fermetures de lits, de services d’urgence, la dégradation continue des conditions de travail, leur épuisement et la qualité des soins menacée. Mais leurs manifestations, partout en France samedi, sont restées clairsemées.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Valérie Pécresse, l’espoir inattendu de la droite
La présidente de la région Île-de-France a remporté le second tour du congrès organisé par Les Républicains, en devançant nettement Éric Ciotti. Désormais candidate de son camp, elle devra résoudre l’équation de son positionnement face à Emmanuel Macron.
par Ilyes Ramdani
Journal — Extrême droite
Chez Éric Zemmour, un fascisme empreint de néolibéralisme
Le candidat d’extrême droite ne manque aucune occasion de fustiger le libéralisme. Mais les liens entre sa vision du monde et la pensée historique du néolibéralisme, à commencer par celle de Hayek, sont évidents.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et le collectif Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai