Donald Trump refuse de soutenir le nouveau régime de Félix Tshilombo Pétain !

Pour les Américains, soutenir Félix Tshilombo Pétain Bizimungu wa Kanambe, fils Tshisekedi, c'est soutenir illico presto Alias Kabila. Ils rejettent cette option. Demander à un président Quado, président fictif sans pouvoir, Félix Tshilombo Pétain Bizimungu wa Kanambe, de lutter contre la corruption alors qu'il est lui même, fruit, produit et bénéficiaire de fraude et tricherie électorale...

RDC: Donald Trump refuse de soutenir le nouveau régime de Félix Tshilombo Pétain Bizimungu !

Par Freddy Mulongo, vendredi 26 avril 2019   Radio Réveil FM International 

freddy-mulongo-donaldtrump-1

Donald Trump,président des Etats-Unis

Les Américains sont les leaders du pragmatisme. Factuels et accessibles, ils ont le culte du résultat. Pour les Américains, soutenir Félix Tshilombo Pétain Bizimungu wa Kanambe, fils Tshisekedi, c'est soutenir illico presto Alias Kabila. Ils rejettent cette option. La culture business américaine est transactionnelle. C'est le respect des engagements contractuels qui va sceller la relation et susciter la confiance. Procéduriers, les Américains ont le culte du process et du livrable ; le relationnel ne peut compenser d'éventuels manquements. L'inertie n'a pas sa place, aux États-Unis ! Demander à un président Quado, président fictif sans pouvoir, Félix Tshilombo Pétain Bizimungu wa Kanambe, de lutter contre la corruption alors qu'il est lui même, fruit, produit et bénéficiaire de fraude et tricherie électorale...Les Américains ont demandé à Félix Tshilombo de se mettre le doigt dans l’œil. La République démocratique du Congo est gangrenée par la corruption. Aider le Congo, dans sa situation actuelle, c'est soutenir un panier percé. Les anciens et nouveaux apparatchiks avec le slogan de "Mabumu d'abord" ont un besoin pressant de se remplir des poches.

freddy-mulongo-faussaire-tshilombo-240

Gonflé par un gilet pare-balles, de qui Félix Tshilombo Pétain Bizimungu a-t-il peur ?

Les Tshilomboïstes sont des sosies et frères siamois des Joéphistes. Les investisseurs Américains ne sont pas prêt à investir au Congo, qui peut paraître comme un soutien au nouveau régime qui est le masque de l'ancien. Félix Tshilombo Pétain Bizimungu a marchandé sa nomination électorale avec Alias Kabila, qui continue de narguer les Américains. Les accords Alias Kabila-Félix Tshilombo Pétain Bizimungu sont clairs. Cet arriviste et parvenu catapulté sur le trône du Congo ne pourra pas poursuivre son nominateur ni ses apparatchiks. Alias Joseph Kabila a règne pendant 18 ans sans discontinuité. Il a ses réseaux et tentacules. Il a dirigé le Congo avec des Dinosaures Mobutistes qui se sont mués en Mammouths Joséphistes. Son régime, d'imposture, d'occupation et de prédation, a commis des crimes de sang, crimes économiques, crimes politiques, crimes contre l'humanité. Et aujourd'hui, grâce à Félix Tshilombo Pétain Bizimungu, Alias Kabila est toujours le président réel de la RDC. Ce qui courrouce les Américains. Ces derniers ont donné une passe en or à Félix Tshilombo Pétain Bizimungu wa Kanambe, fils Tshisekedi. Le trésor américain a découvert $100 millions planqués par Corneille Nangaa, président de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), et ses deux collaborateurs, Norbert Basengezi, vice-président et son fils Marcellin Basengezi, conseiller. Les Etats-Unis ont sanctionné les trois mafieux. Le comble est que Félix Tshilombo Pétain Bizimungu wa Kanambe, fils Tshisekedi non seulement n'a pris aucune mesure contre les Ballados de la CENI, c'est encore lui qui est allé plaider leurs causes au département d'Etat.

Félix Tshilombo Pétain Bizimungu, fils Tshisekedi est lié à Alias Kabila. Il est son pantin. Président Quado et fictif, il est tenu par celui qui l'a nommé. Il n'aura aucune aide extérieure. Félix Tshilombo Pétain Bizimungu, qui est apparu aux yeux des Congolais, lors de séjour flop aux Etats-Unis, comme un petit président mendiant, sait qu'il n'est pas soutenu par les Américains.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.