RDC: Ma Youyou Muntu Mosi, patriote et femme de fer !

Patriote, Ma Youyou Muntu Mosi est une femme de cœur. C'est elle qui a pris l'initiative réunir les trois veuves iconiques victimes du régime de Kinshasa: veuve Chebeya, Bazana et Tungulu à Paris. "Kabila dégage" aura été des méga manifestations contre le pouvoir usurpateur en République démocratique du Congo. Ma Youyou Muntu Mosi brille sur la twittosphère sur la RDC.

RDC: Ma Youyou Muntu Mosi, patriote et femme de fer !

Par Freddy Mulongo, lundi 25 novembre 2019  Freddy Mulongo-Réveil FM International 

freddy-mulongo-youyou-muntu-mosi-20

Brillante et pertinente, Ma YouYou Muntu Mosi brille dans la Twittosphère de la République démocratique du Congo. "Kozala Mayele Ezalaka Na Elengi Moko Boye" ! Dame de fer, qui s'y frotte s'y pique. Sur la RDC, elle est incollable. Elle tweete, retwette et re-retweete sur l'actualité de la RDC. Elle informe, analyse, donne son opinion. Qui a dit que la RDC n'a pas une élite patriote ? Cette dernière existe, elle est visible et intransigeante sur les vrais enjeux du Congo. Ma Youyou Muntu Mosi est l'une de l'incarnation de l'intelligence faîte femme. Elle est cultivée, elle a été bien formée à la faculté catholique d'Assas à Paris. Son raisonnement est plutôt carré qu'une courbe. Ma Youyou Muntu Mosi est l'une des femmes qui font la fierté du combat de la diaspora contre le régime de Kinshasa. Exceller sur twitter n'est pas donnée à tout le monde. Ma Youyou Mutntu Mosi excelle et brille sur le twittosphère de la République démocratique du Congo.

freddy-mulongo-contre-violences-aux-femmes

1. Réveil FM International: Aujourd'hui en France on célèbre la journée contre le féminicide ? Peut-on dire que les femmes congolaises de l'Est avec les crimes contre l'humanité de la soldatesque rwandaise ont été victimes de féminicide ?

Ma Youyou Muntu Mosi Oui bien entendu, les femmes congolaises vivent l’horreur au quotidien. Il n’y a pas plus humiliée, plus martyrisée, terrorisée que la femme congolaise. Tuée, violée tous les jours. Les chiffres le montrent, selon l’ONU la RDC est avec un taux de violences faites aux femmes supérieur à 64%, l’un des pays les plus dangereux pour les femmes devant l’Inde , le Pakistan et la Somalie. Il y a double féminicide en RDC, il y a celui qui consiste à éliminer physiquement les femmes en les assassinant...et il y a ce féminicide fait dans leur chair, dans leur intimité et qui consiste à les violer massivement. On tue leur féminité en détruisant via les viols leurs appareils génitaux, on tue leur dignité en les violant devant leurs maris, leurs enfants, leurs parents, tout leur village. C’est un féminicide au quotidien, un crime contre l’humanité qui fait des congolaises les femmes les plus violentées au monde.

freddy-mulongo-youyou-muntu-mosi-5

2. Réveil FM International: Avec le colonel Odon Mbo, vous êtes une figure marquante de "Kabila dégage" ! Aujourd'hui Tshilombo est bénéficiaire d'une Nomination Électorale avec son odieux deal avec Alias Kabila. On a l'impression que les Congolais de la diaspora sont résignés. Pourquoi Tshilombo dégage n'est pas encore déclenché ? Que répondez-vous aux Congolais de la diaspora qui disent Tshilombo azali Muana Mboka ? Certains veulent même créer leur parti politique sous l'imposture-usurpation de Tshilombo ? La diaspora se bat-elle contre des régimes ou des individus souvent mafieux -politicailleurs-ventriotes-opportunistes ?

Ma Youyou Muntu Mosi: Rires...ça fait plus d’une question en une seule fois ça non? Bon, selon moi la diaspora n’est absolument pas résignée, on l’a vu le 11 Novembre dernier lors de la manifestation contre la venue de Fatshi en France. Nous étions nombreux à Aubervilliers à dénoncer le deal entre CACH et le FCC, deal qui ne profite pas au peuple congolais, qui tout comme sous la présidence d’alias Kabila, continue à souffrir. La résistance congolaise de France n’est pas résignée, mais en phase de réflexion et de restructuration. Car nombreux sont ceux qui ont quitté le navire de la lutte après avoir cédé aux différents chants des sirènes qu’ils ont entendu. Pour des postes, quelques miettes...le slogan «le peuple d’abord » est devenu « le ventre d’abord ». Le fait d’être «Muana Mboka » ( fils du pays) n’a jamais empêché les trahisons. Car ceux qui ont pillé la RDC durant 18 ans aux côtés d’alias Kabila sont eux aussi des « Bana Mboka ». Je pense aux personnes telles que: Evariste Boshab, Lambert Mende Omalanga, Henri Mova Sankany, Alexis Ntambwe Mwamba, André Kimbuta, John Numbi, Amisi Tango Fort etc...le fait d’être congolais de sang n’a jamais empêché certains de trahir leur nation. Au contraire cela représente pour moi une circonstance aggravante. Car on choisi sciemment de trahir son pays, son peuple au nom de deals mafieux, pour des bribes de pouvoirs et de vils intérêts mercantiles. Plus que jamais nous disons que le Congo n’est pas à vendre. Donc «muana mboka » ou pas, nous combattrons toute personne prête à brader la souveraineté de notre pays, quels que soient son nom et l’histoire de sa famille biologique ou politique. C’est en ça que nous lançons un avertissement à Fatshi...ne jamais trahir le Congo, car les conséquences pour lui seront très graves à l’avenir! Et nous souhaitons bon vent et surtout disons « bon débarras » à ceux qui ont choisi de tourner le dos à la résistance pour aller se prostituer politiquement. C’est leur droit le plus absolu. La diaspora se bat non contre des individus mais contre un système bien établi et structuré, qui est toujours à l’œuvre actuellement et dont le but est la destruction de la RDC et de son peuple. Donc la lutte continue...

freddy-mulongo-beni-1

3. Réveil FM International: On vous connait comme une grande patriote. C'est vous qu'on avait affublé le surnom de Jeanne d'Arc. Vous levez souvent la voix pour Beni. Que symbolise pour vous cette ville de Béni, du territoire éponyme en province du Nord Kivu ?

Ma Youyou Muntu Mosi: Pour moi Beni est devenu l’un des symboles le plus fort du martyr de tout un peuple, mais aussi celui qui représente le plus l’espoir. Car ses habitants tiennent bon, malgré l’horreur, les persécutions, les injustices, les massacres, les viols à répétition...ils résistent face à l’oppression. Nos frères de l’Est continuent à subir le pire actuellement et souvent dans l’indifférence quasi générale. Ils sont devenus la vitrine d’un peuple exténué par des années de guerre et de spoliations, de prédations...car tout ceci est avant tout lié aux intérêts économiques faramineux que représente la RDC. Ceux de Béni sont pour moi un exemple de persévérance et de courage, raison pour laquelle nous ne pouvons pas baisser les bras, et nous devons coûte que coûte continuer à être la voix des sans voix.

freddy-mulongo-faussaire-tshilombo-255

4. Réveil FM international: La mafieuse coalition FCC-CACH n'est-elle pas entrain de révéler ses magouilles, mensonges et pillages en pataugeant lamentablement dans la lutte contre les ADF, en amnistiant le M23, en reportant l’affaire contre l’Ouganda... Le Colonel Mamadou Mustapha Ndala est-il mort pour rien ? Les victimes de la guerre de 6 jours à Kisangani en 2000 entre deux armées d'occupation-invasion: rwandaise et ougandaise, sont-ils morts pour rien ?

Ma Youyou Muntu Mosi: En effet les manœuvres politiques de CACH et du FCC montrent à suffisance qu’un deal mafieux et ténébreux a été conclu entre les les 2 plateformes. Un deal qui va à l’encontre des intérêts du peuple congolais qui est victime d’un jeu de dupes. Il est tout de même étonnant de voir les chantres de l’État de droit, qui durant plus de 3 décennies ont symbolisé l’opposition dans notre pays, se muer en défenseurs des ennemis du Congo, et en les appelant «partenaires » ou autres «alliés ». Tout aussi étonnant de voir un État œuvrer contre les intérêts de son peuple en repoussant une audience supposée rendre justice aux martyrs de la guerre des 6 jours de Kisangani, et ce via une compensation financière conséquente. Toutes ces choses, en commençant par l’avis favorable émis par l’État congolais qui envisage de lever les sanctions contre les M23, qui je rappelle ont commis tant de massacres en RDC, ainsi que des crimes de guerre...nous font dire que l’actuel gouvernement congolais est similaire à l’ancien, il est plutôt au service d’obscurs intérêts financiers et politiques , plutôt qu’au service du peuple congolais. Amnistier les responsables du M23 équivaut pour moi à cracher sur la mémoire des millions de victimes du génocide congolais. On n’applique pas la justice en pratiquant l’impunité. Ceci constitue un fait de haute trahison. Et ceux qui ont fait le choix de trahir la nation congolaise, devront faire face aux graves conséquences qui les attendent dans un futur très proche. Nous n’aurons pas de paix sans réelle justice au Congo.

freddy-mulongo-faussaire-tshilombo-218

5. Réveil FM International: Alias Kabila est toujours là. Tshilombo est son masque et bouclier. Certains de nos compatriotes qui combattaient le régime d'Alias Kabila sont aussi les défendeurs de Tshilombo. La division est réelle au sein de la communauté. Est-ce que c'est un échec ? Aujourd'hui, tout Congolais qui ose dénoncer est taxé de haineux, jaloux et tribaliste par des tribalo-éthniques qui soutiennent mordicus Tshilombo dans son vol du destin de tout un peuple...

Ma Youyou Muntu Mosi: Je pense que la division a toujours été présente, seulement elle était moins visible qu’actuellement. Car les intérêts politiques et les ambitions des uns et des autres étaient mis en sourdine dans l’attente d’une opportunité qui permettrait de s’accaparer du pouvoir. Voilà comment les appétits de certains se sont trouvés aiguisés, et que cédant à l’appel du ventre, ils ont choisi le camps des oppresseurs plutôt que celui du peuple. Ceux avec qui nous combattions les ennemis du Congo, qui hier étaient des victimes, sont en passe de devenir des bourreaux à leur tour. Pris au piège d’un pouvoir totalitaire, ils se sentent dans l’obligation de défendre une alliance contre-nature avec ceux qui les persécutaient il y a peu de temps pourtant. Ils ont recours systématiquement aux prétextes du tribalisme ou de la haine...qualifiant même de «Ba Ndoki » (de sorciers) ou de jaloux tous ceux qui ont le malheur de dénoncer leur partenariat avec des criminels notoires.

freddy-mulongo-youyou-muntu-mosi-9

6. Réveil FM International: Vous n'hésitez pas de dire vous étiez victime de violence conjugale, c'est pourquoi vous défendez les femmes. Cela ne vous dessert-il pas ?

Ma Youyou Muntu Mosi: Oui c’est vrai que j’ai été victime de violence conjugale au sein de mon ex mariage. Et non je n’ai ni honte de le dire, ni de le revendiquer...car cette faiblesse j’en ai fait une force. Le silence c’est le pire ennemi des victimes, car c’est en silence qu’elles meurent parfois sous les coups de leurs compagnons, parce qu’elles ont honte d’en parler, parce que bien souvent surtout dans nos communautés africaines ça reste un sujet tabou. Pourtant selon l’ONU plus de 50% des cas de violences faites aux femmes se font en Afrique sub-Saharienne, avec un pic de plus de 70% en Afrique Centrale. En RDC le taux est estimé à près de 64%, l’un des plus élevés du monde et de l’Afrique-centrale. La RDC est en tête des pays considérés les plus dangereux au monde pour les femmes devant l’Inde, le Pakistan et la Somalie. Alors je ne pense pas qu’en parler peut desservir la cause des femmes, ou me desservir moi-même. Au contraire, en parler peut redonner du courage à celles qui ont perdu espoir, leur montrer que ça peut arriver à tout le monde, qu’elles ne sont pas seules. Ce ne sont pas aux femmes ni aux hommes (oui les hommes aussi en sont touchés) victimes de violences conjugales d’avoir honte de leur état...c’est aux bourreaux qui sont leurs compagnons ou leurs compagnes d’éprouver de la honte. Voilà pourquoi je n’hésite pas à parler d’une expérience qui a été traumatisante pour moi, mais qui a aussi forgé mon caractère et m’a rendue plus forte. Si mon histoire peut donner un peu de force et de réconfort aux femmes et aux hommes dans cette situation, alors je ne cesserai d’en parler. Je rappelle qu’en France pour la seule année 2019, c’est 117 femmes qui sont mortes sous les coups de leurs compagnons. Une femme sur trois est victime de violence conjugale dans le monde, 38% des femmes qui sont assassinées dans le monde le sont par leurs conjoints ou ex conjoints, ce chiffre tombe à 6% pour les hommes chez qui le sujet est encore plus tabou. Donc nous devons briser le silence afin de sauver des vies. Je milite actuellement pour que le féminicide soit inscrit dans le code pénal en France. L’amour ne tue pas, donc tuer une femme ou un homme qu’on prétend aimer c’est criminel...pas «passionnel ».

freddy-mulongo-youyou-muntu-mosi-150

7. Réveil FM international: En 2011, vous êtes parmi les femmes congolais qui avaient marché de Paris à Bruxelles, soit 306 Km contre le viol des femmes congolaises, contre la RDC devenue capitale mondiale du viol...7 ans après le Dr. Denis Mukwege a obtenu le prix Nobel de la paix, pour son travail de "réparateur des femmes violées" (ceci provient du titre du film qui lui a été consacré), quels sont vos sentiments ?

Ma Youyou Muntu Mosi: C’est une grande fierté pour moi en tant que femme et activiste des droits de l’homme de voir un congolais, un médecin, un humaniste tel que le Dr Denis Mukwege être consacré et récompensé par un si grand prix. Ce prix est une victoire pour toutes les femmes congolaises victimes des viols de guerre et de féminicide en RDC. C’est le prix de leur souffrance, de leur longue agonie, de leur humiliation. Bien sûr ce prix ne mettra pas fin au crime contre l’humanité que sont les viols de masses en RDC, mais il permet de mettre en lumière ces crimes monstrueux, et de redonner un peu de dignité à ces femmes martyrisées. Ce prix permet de mettre des mots sur leurs maux...et de faire écho à leurs cris, à redonner de la voix aux sans voix. Je me dis qu’en 2011 nous n’avons pas marché pour rien...aujourd’hui le Dr Mukwege est l’un des portes étendards des droits non seulement des congolaises, mais de toutes les femmes victimes de violences sexuelles au monde. Et nous devons le soutenir dans cette lutte, il n’y arrivera pas seul.

freddy-mulongo-drapeau-congo-zaire-10

8. Réveil FM International: De plus en plus le drapeau zaïrois est mis en exergue lors des manifestations congolaises. Les arguments énoncés par nos compatriotes pour arborer ce drapeau sont-ils valables ? Quels sont d'après les argument qui peuvent justifier le drapeau du régime Mobutu ?

Ma Youyou Muntu Mosi: Pour moi le retour du flambeau et des symboles de l’ex Zaïre sont avant tout une manifestation d’un ras-le-bol d’une frange du peuple congolais. Une façon de s’opposer au drapeau congolais actuel qui symbolise désormais pour beaucoup l’État de non-droit, le génocide, les crimes de guerre, l’impunité, la corruption généralisée etc... Quand on ne trouve plus de justification dans les agissements des dirigeants, et qu’une fissure se crée entre le peuple et ses élites, souvent c’est l’ordre établi qui est remis en cause. Ce n’est pas nouveau...nous voyons même ici en France certains nostalgiques souhaiter que la France redevienne un royaume. Ces gens ne souhaitent pourtant pas que leur pays redevienne une monarchie de droit divin et totalitaire, et ne veulent pas perdre les acquis de la République etc...non, ils veulent tout simplement par là, remettre en cause une hiérarchisation sociale dans laquelle ils ne se reconnaissent plus, et dont ils ne partagent plus certaines valeurs. En ça j’explique cette vague minoritaire de certains nostalgiques du Zaïre...et non du Mobutisme.

freddy-mulongo-youyou-muntu-mosi-21

9. Réveil FM International: Avec ses 116 conseillers tribaux, Tshilombo est-il sincère lorsqu'il dit qu' il va transformer la RDC en Allemagne d'Afrique ? Jusque là les enquêtes sur le crash de l'Antonov 72 ou de 15 millions volés n'ont jamais abouti. Lutte-t-on contre la corruption par l'impunité ? Quelles les raisons qui vous poussent à croire ou ne pas au changement avec Tshilombo ?

Ma Youyou Muntu Mosi: Bon, en ce qui concerne le tribalisme c’est bien entendu une notion à bannir et à condamner. Le Congo est UN et INDIVISIBLE, quand on se dit président on est avant tout président de toutes les ethnies congolaises sans exception. On est pas le président d’une tribu, ni d’un parti politique, mais de toute une nation. En cela toute dérive tribale doit être fermement condamnée. En ce qui concerne le développement de la RDC il ne faut pas mettre la charrue avant les bœufs. Ce n’est certainement pas avec les aides au développement consenties par l’Occident que notre pays va émerger. La RDC n’a pas besoin de charité, elle a besoin d’abord de liberté, de sécurité, de justice et de paix, de travail. Car comment développer un pays en insécurité permanente, comment établir une paix durable sans justice? Comment permettre l’émergence d’un peuple en proie au génocide, aux viols de guerre, au pillage systématique de ses richesses? Il faut tout d’abord faire respecter notre souveraineté, assurer la sécurité de nos frontières et protéger le peuple de ces différents prédateurs qui viennent instaurer le chaos dans notre pays sous formes de groupements armés. C’est seulement ainsi que nous établirons un climat sain, propice aux affaires et qui permettra d’attirer et de rassurer les investisseurs potentiels. Nous devons cesser d’attendre qu’on nous offre des poissons, nous devons apprendre à pêcher. Et pour ce qui est de croire ou non en Fatshi, il est difficile pour moi de croire en un homme qui change autant son langage une fois arrivé au pouvoir. Hier il appelait alias Kabila criminel, disait que sa place était en prison, aujourd’hui il fait des courbettes au même criminel, l’appelle son «partenaire», et prétend se fier à ses conseils qui proviennent de son «expérience avérée » dans la gestion de l’État congolais. Mr Tshisekedi peut-il nous rappeler le bilan des 18 ans des kabilistes au pouvoir ? En quoi le pouvoir kabiliste est expert: en fosses communes, en enlèvements et autres assassinats politiques, en corruption? C’est à lui de nous le préciser.

10. Réveil FM International : YMM qu’est-ce qui vous rend le plus fière?

 

Ma Youyou Muntu Mosi: Mes enfants, mon combat pour la libération de mon peuple...je suis fière d’être une fille du Congo.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.