RDC: Haute Trahison de Tshilombo, retour de 10 000 ex-combattants M23 !

Donner la possibilité aux ex-combattants M23 d’intégrer la politique et l’armée congolaise, est une insulte et provocation gratuites. Tshilombo, le fameux fils de Tshisekedi, demande la levée des mandats d'arrêt émis contre les criminels rwandais du M23 et leur intégration dans l'armée FARDC. Grâce à nos fins limiers, nous apprenons que les ex-combattants M23 sont au nombre de 10 000 !

RDC: Haute Trahison de Tshilombo, retour de 10 000 ex-combattants M23 !

Par Freddy Mulongo, mercredi 27 novembre 2019  Freddy Mulongo-Réveil FM International 

freddy-mulongo-kagame-22-1

Les ex-combattants du M23 sont des mutants. Ils ont côtoyé tous les anciens mouvements rebelles qui ont sévi en République démocratique du Congo : Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo (AFDL), Congrès national pour la défense du peuple (CNDP), Rassemblement congolais pour la démocratie (RCD) et ils se sont déclarés Mouvement du 23 Mars (M23) dont les revendications sont rwandaises et non congolaises. Pendant que le Rwandais Bosco Ntaganda, qui a tenté de se faire passé pour un Congolais, ne parlant aucune langue congolaise, est condamné par la Cour Pénale Internationale (CPI), Tshilombo, le fameux fils de Tshisekedi, demande la levée des mandats d'arrêt émis contre les criminels rwandais du M23 et leur intégration dans l'armée FARDC. Grâce à nos fins limiers, nous apprenons que les ex-combattants M23 sont au nombre de 10 000 au Rwanda et en Ouganda ! Tshilombo a-t-il la maîtrise de ce chiffre ? Qui nous dit qu'il n'aura pas des infiltrés ? Les M23 sont finalement pardonnés par Tshilombo pour être brassés aux Fardc. Le Congo est-il devenu le bastion de tous les criminels ?

freddy-mulongo-kagame-3

Les M23 ont créé un groupe rebelle criminel, un groupe qui a pris le contrôle d'une partie du pays. Ils ont pillé, violé les femmes et commis des monstruosités. Le vaillant héros, le colonel Mamadou Mustapha Ndala, commandant du 42e bataillon de l’unité de réaction rapide (URR) des Forces armées de la RDC (FARDC), était adulé par la population congolaise adulait. En effet, l'URR des FARDC avec Mamadou Mustapha Ndala avait réussi une victoire écrasante sur le Mouvement rebelle du 23 mars (M23) dans les territoires de Nyiragongo et Rutshuru au Nord-Kivu après vingt mois de guérilla. Le M23 ont fui au Rwanda et en Ouganda.

freddy-mulongo-mamadou-ndala-1

L'inoubliable "Vaillant héro", Mamadou Mustapha Ndala !

2 janvier 2014, jour du crime abominable. L’acte ignoble s’exécute à Ngadi, village situé à une dizaine de kilomètres de la ville de Béni, du territoire éponyme en province du Nord-Kivu. Le convoi qui transportait le commandant du 42e bataillon de l’unité de réaction rapide (URR) des Forces armées de la RDC (FARDC), Mamadou Mustapha Ndala (le vaillant héros) et nombre de ses gardes sont la cible, d’une "attaque à la roquette par des inconnus." Le bilan est très lourd. Ils sont tous tués.

Retirer les mandats d'arrêt contre les criminels du M23, c'est cracher sur la mort de Mamadou Mustapha Ndala et sa troupe !

freddy-mulongo-ben-claude-baruch-ibalanky-0

Qui est Ben Baruch Claude Ibalanky Ekolomba ? Pour qui roule-t-il ? Est-il aussi un des compatriotes "Avatars", qui n'a du Congo que le fait d'avoir des parents Congolais et d'y être né, mais dont les agissements font croire aux réseaux mafieux ? Ben Baruch Claude Ibalanky Ekolomba, de lui même et par sa conscience, ramener les criminels du M23 pour les mixer aux Fardc, est-elle la solution idoine pour le Congo ?

freddy-mulongo-ben-claude-baruch-ibalanky-11

Dans les pays des grands Lacs, seule la République démocratique du Congo passe son temps à brasser, mixer des rebelles criminels au sein des Fardc. Pourquoi le Rwanda n'a jamais mixé ses interahamwe ? L'Ouganda ses ADF-NALU ? Le Burundi ses opposants ? Ben Baruch Claude Ibalanky Ekolomba a une lourde responsabilité sur tout ce qui peut arriver aux populations congolaises.

freddy-mulongo-ben-claude-baruch-ibalanky-20

Les mandants d’arrêt contre les leaders et combattants du Mouvement du 23 mars (M 23) doivent être retirés par la République démocratique dans les tous prochains jours. C’est relativement à une correspondance du 20 novembre en cours, portant objet « Retrait des mandats d’arrêt contre les ex-combattants du Mouvement du 23 mars (ex-M23) » adressée à l’Auditeur général des FARDC par Ibalanky Ekolomba Claude, Coordonnateur du Mécanisme National de Suivi de l’Accord-cadre d’Addis-Abeba.

Ben Baruch Claude Ibalanky, le coordonnateur du Mécanisme dit agir conformément aux pourparlers qui ont eu lieu le 28 octobre 2019, au Rwanda, entre une délégation de la RDC et les leaders de l’ex-M23 vivant en République du Rwanda au sujet de leur rapatriement.

freddy-mulongo-m23-criminels-rebelles-0

freddy-mulongo-m23-criminels-rebelles-10

Depuis qu'il a été découvert comme l'un des Bandoki Ya Congo, Ben Baruch Claude Ibalanky, le coordonnateur du Mécanisme patauge dans des mensonges éhontés. Sur les réseaux sociaux, il tente de parler de suspension et non de retrait des mandats. Ce fieffé menteur, disciple de Tshilombo croit il peut continuer à se jouer du peuple congolais. Dans cette correspondance Ben Baruch Claude Ibalanky, le coordonnateur du Mécanisme, est claire:

« […] A ce sujet, je tiens à relever que lors de la rencontre du 28 octobre sus-évoquée, les parties ont convenu de l’élaboration d’une feuille de route pour assurer avec succès ledit rapatriement.

Il y a lieu de préciser que les parties devraient respectivement mettre en œuvre les termes de la feuille de route énoncée, élaborée à l’issue des pourparlers qui avaient eu lieu à Kigali les 11 et 12 juillet 2019.

Les points essentiels contenus dans cette feuille de route porte sur l’amnistie ainsi que l’intégration militaire et politique des membres de l’ex-mouvement du 23 mars (ex-M23).

C’est dans cette optique que la Justice militaire de la République démocratique du Congo a donné un avis favorable à la demande de retrait des mandats d’arrêt émis à l’encontre des leaders de ce mouvement.

Il appert à ce sujet de mentionner qu’il a été recommandé à la même occasion, au Mécanisme National de Suivi de l’Accord-cadre d’Addis-Abeba, dont je suis le Coordonnateur, de vous saisir aux fins du retrait effectif desdits mandats dans le souci de préserver la paix.

Pour toutes fins utiles, je vous transmets en annexe à la présente, le rapport des échanges entre la délégation de la RDC et les leaders de l’ex-M23 sur le rapatriement volontaire, ainsi que la feuille de route conjointe des activités relatives au rapatriement des ex-combattants M23 présents en République du Rwanda. […] ».

Pour rappel, ces discussions au tour du rapatriement des ex-combattants du M23 ont eu lieu, sur demande du Rwanda, alors que la RDC préparait de lancer des opérations contre les ADF, une rébellion ougandaise qui sème désolation dans l’Est de la République depuis beaucoup d’années.

 

Selon d’autres sources, les ex-rebelles du M23 aille Sultani Makengwa qui s’étaient réfugiés en Ouganda auraient quitté le pays pour s’installer près de la frontière entre la RDC, l’Ouganda et le Rwanda.

La Haute trahison de la République par Tshilombo n'est plus à démontrer. Son deal avec Alias Kabila avait un soubassement dans le mixage de tous les criminels au sein des Fardc. Donner la possibilité aux ex-combattants M23 d’intégrer la politique et l’armée congolaise, est une insulte et provocation gratuites.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.