Affaire Benalla: Le PM Edouard Philippe affronte deux motions de censure !

Dans l'affaire Benalla, c'est lui qui défend le mieux La République En Marche. C'est lui qui monte au créneau, va au front car il y en a plusieurs fronts (Les Républicains, La France Insoumise, le Rassemblement National ex-Front National ) surtout dans l’hémicycle pour défendre le Président Macron, sans rabaisser les députés qui l'interpellent. Edouard Philippe n'use ni n'abuse d'un mot de trop...

Affaire Benalla: Le Premier ministre Edouard Philippe affronte deux motions de censure !

Par Freddy Mulongo, lundi 30 juillet 2018  Radio Réveil FM International 

freddy-mulongo-edouardphilippepm

Edouard Philippe, Premier ministre

Pour Benalla lui même qui s'exprimé sur TF1, son "Affaire", c'est une Affaire d’été dont l'objectif est d'atteindre Emmanuel Macron, Président de la République. L'Affaire Bennalla du nom de l'ancien collaborateur de l'Élysée surpris en vidéo en train de jouer au policier en marge d'un rassemblement du 1er Mai. Pour les oppositions, c'est une Affaire d'Etat dont le feuilleton n'est pas encore fini. Sans devenir thuriféraire ni flagorneur, il y a lieu de dire que le Premier ministre Edouard Philippe est excellent. Dans l'affaire Benalla, c'est lui qui défend le mieux La République En Marche. C'est lui qui monte au créneau, va au front car il y en a plusieurs fronts (Les Républicains, La France Insoumise, le Rassemblement National ex-Front National ) surtout dans l’hémicycle pour défendre le Président Macron, sans rabaisser les députés qui l'interpellent.

Une joute verbale qui vivifie la démocratie française. Le Premier ministre Edouard Philippe n'use ni n'abuse d'un mot de trop à l'égard des représentants du peuple français. C'est aussi ça le respect des institutions. Le Premier ministre Edouard Philippe n'est pas un fusible, il est chef du gouvernement...mais pas chef de la Majorité au sens strict car il n'a pas de carte de membre de la République En Marche. Il est contraint de répondre aux deux motions de censure pour une faute non commise par son gouvernement. Les oppositions disparates qui n'ont pas vraiment existé durant la première année du quinquennat Macron se coalisent. L'affaire Benalla est du grain à moudre.

Comme l’explicite bien Le Figaro : "Fait rarissime dans l'histoire de la Ve République, Édouard Philippe affrontera mardi dans l'hémicycle deux motions de censure contre son gouvernement. Fait rarissime également, ces deux motions de censure ne portent pas sur la politique conduite par le premier ministre mais sur l'affaire Benalla, qui concerne plutôt l'Élysée. Fait rarissime toujours, ces deux motions de censure, déposées en même temps, émanent de la droite et de la gauche. Fait beaucoup plus courant, en revanche, elles n'ont aucune chance d'aboutir. Si ces deux textes, déposés par Les Républicains pour le premier, par le PS, LFI et les communistes pour le second, se traduiront bien par deux votes, ils ne donneront toutefois lieu qu'à un seul débat. Pour l'opposition, droite et gauche confondue, l'enjeu est de toute façon le même: contraindre le gouvernement à «s'expliquer» sur l'affaire Benalla et dénoncer un «verrouillage» qui empêche «la vérité» d'émerger."

Le Parti socialiste est maintenant un parti d'opposition frontale au gouvernement hésite encore sur l'attitude à adopter à l'égard de la motion de censure déposée par la droite. Le patron du PS Olivier Faure souligne l'embarras de se retrouver à côté de Christian Jacob et de Marine Le Pen pour mener l'offensive contre Emmanuel Macron.

À l'Élysée, on attend d'ailleurs avec gourmandise le vote de mardi. D'abord parce qu'Emmanuel Macron compte sur l'offensive de ses oppositions disparates pour ressouder ses troupes. Ensuite parce que cette alliance hétéroclite vient signer, selon ses proches, l'«instrumentalisation politique» de l'affaire Benalla.

Affaire Benalla, feuilleton d’été ou Affaire d'Etat ? Ce qui est sûre, être observateur dans une manifestation ne donne pas droit de cogner des manifestants. Affaire Benalla est une petite porte entrouverte où les oppositions s'engouffrent. Il faudra du temps pour cicatriser cette plaie.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.