Suisse:Daniel Mbala sort du lot avec "L'Article défini" !

Droit dans ses bottes, avec sa tête bien faite, ses idées bien en place, Daniel Mbala est un jeune Congolais engagé qui ne s'en cache pas, qui assume ses engagements. Une jeunesse, qui a compris les enjeux, par rapport à son passé, son présent et futur, est mieux outillée pour y faire face. Daniel Mbala fait du théâtre, il écrit pour que le Congo qui l'a vu naître ne meurt point.

Suisse:Daniel Mbala sort du lot avec "L'Article défini" !

Par Freddy Mulongo, vendredi 31 août 2018  Radio Réveil FM International 

freddy-mulongo-mbalasuisse

Droit dans ses bottes, avec sa tête bien faite, ses idées bien en place, Daniel Mbala est un jeune Congolais engagé qui ne s'en cache pas, qui assume ses engagements. Le théâtre et l'écriture lui permettent de mieux exprimer son désarroi face à la République démocratique du Congo, un Etat failli. Cela sans désespérance absolu, avec l'espoir que le Congo peut se relever, c'est une question de bonne gouvernance et le respect des droits humains. En Suisse, il y a ceux qui par des zizanies divisent la diaspora congolaise par leurs accointances avec le régime de Kinshasa, il y a ceux aussi comme le jeune Daniel Mbala, sans trop des bruits, élèvent le nom de la République démocratique du Congo.

1. Réveil FM International: Monsieur Daniel Mbala dans votre récit:"L'Article défini", contenant 326 pages, vous avez adapté la situation macabre et chaotique d'alias "Joseph Kabila" Kanambe Kazemberembe Mtuale au Congo, avez-vous l'impression que les Suisses ont saisi le message? Je rappelle que selon votre résumé, tout part d'une pièce de théâtre:"N'dongo revient" du metteur en scène Dominique Ziegler.

Daniel Mbala: Le public suisse à mon avis avait bien compris mon message et si vous voulez bien mon cri d'alarme, l'alerte que j'avais fait ce soir-là de l'été 2016 au théâtre du Grütli à Genève. La preuve, ce que j'ai reçu plusieurs invitations et orientations venant du même public. C'est-à-dire les gens qui ont payé pour la représentation et qui ont accordé un peu du temps pour m'écouter aussi. Le but de notre démarche, donc Dominique et moi était le fait de témoigner en Live pour apporter la part de la réalité politique quoique malheureuse que l'Afrique affectionne. Ceci est le premier volet de ma réponse, quant au second:

- Je dirai que c'est depuis un bon bout de temps que nous faisons savoir notre vision auprès des autorités suisses à Berne, pour ce qui concerne le règne du mensonge politique au Congo depuis le 17 mai 1997, mais comme il n'y a pas de cœur dans la politique internationale, on y voit que les intérêts, sur ce point les helvétiques aussi ne font pas exception.

Pour la Suisse, la République démocratique du Congo est un état failli, quoi faire pour que le Congo retrouve le chemin de la bonne gouvernance? Il nous faut une troisième indépendance. Cela nous permettra de construire une République digne de ce nom. il nous faut éradiquer l'aliénation au profit d'une bonne éducation.

freddy-mulongo-mbalasuisse-2

2. Réveil FM International: La Suisse est un pays fédéral où la votation fait partie de son ADN. pourquoi les Congolais qui vivent en Suisse où la démocratie participative est effective sont "des collabos" au régime d'imposture, d'occupation et de prédation d'alias "Joseph Kabila" Kanambe Kazemberembe Mtuale?

Daniel Mbala: Effectivement, les cas de She Okitundu et de l'actuel directeur adjoint du cabinet de l'imposteur, répondant au nom de Kambilwa attestent vos propos. vous savez comme moi comment la vie est difficile en Europe. Tout se mérite. Monsieur Kambilwa en avait eu marre de vendre tout au long de l'année dans leur boutique exotique et familiale, située sur la rue de Berne, où les filles de Genève se défendent. Mais, le plus dur reste à démasquer "les collabos" qui se cachent encore et qui sont prêts à causer du mal dans notre lutte. Une fois par exemple, lors d'une importante réunion convoquée à Genève par la convention des congolais de l'étranger en 2017, j'ai personnellement surpris un certain Monsieur, Bafwa Mubengay Lwakale, lui-même cadre ou initiateur de ladite convention;- ce monsieur était entrain de photographier les gens en dehors de la salle. Il le faisait promptement, de manière cachée. Je lui avais fait savoir mon étonnement, et surtout ma colère, ce monsieur s'excusa et se camoufla à l’intérieur de la salle. Je parle de ce monsieur car il entretient de bonnes relations avec "les collabos" suisses qui sont actuellement avec Alias Joseph Kabila Kanambe Kazemberembe. Notre combat exige la prudence. C'est la "PHRONESIS", selon Aristote;- l'excellence de la raison pratique.

3. Réveil FM International: Que dites-vous de la réception de votre récit, auprès de nos compatriotes? Y a-t-il eu un engouement en rapport avec votre récit autobiographique engagé?

Daniel Mbala: Nos compatriotes ne lisent pas. Il y a maintenant un réseau des amoureux des livres qui doit se mettre en place, ici dans la diaspora pour promouvoir la vraie culture, pour ce qui concerne l'aspect engouement cela dépandra de la promotion. Je profite de cette occasion pour livrer en peu de mots l'esquisse de "L'Article défini". Il s'agit d'un récit engagé qui s'oriente vers l'avenir mais sans pour autant oublier les causes de cette traversée du désert dans l'actuel Congo. "Les médiocres doivent dégager".

L'auteur débute son récit dans cet espace de scandale géologique d'où Monsieur Augustin Dokolo s'inspira dans son Essai intitulé: TELEMA CONGO, au cours de la deuxième république sous Mobutu. "L'Article défini" prend fin à l'Uni Dufour, à Genève avec le message que l'auteur passe au président de la République sénégalaise, Monsieur Macky Sall.

4. Réveil FM International: Qu'est-ce que la Suisse vous a appris qui peut-être utile à la République démocratique du Congo?

Deux choses, en plus de ma formation en tant que théologien:

-Une nation sans la moindre notion de l'éthique est vouée à l'échec.

-Le processus d'identification des ressortissants du pays. (J'insiste le terme processus, ce qui revient à dire une identification continuelle.)

 

Une jeunesse, qui a compris les enjeux, par rapport à son passé, son présent et futur, est mieux outillée pour y faire face. Daniel Mbala fait du théâtre, il écrit pour que le Congo qui l'a vu naître ne meurt point.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.