Assassinat du journaliste Khashoggi: Michelle Bachelet hausse le ton à l'ONU!

La Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Michelle Bachelet, a affirmé que le meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi devait faire l'objet d'une enquête indépendante et impartiale, afin de garantir un examen approfondi et d'établir les responsabilités pour les violations des droits humains commis au cours d'un « crime aussi effroyable que répréhensible ».

Assassinat du journaliste Khashoggi: La Haut-Commissaire, Michelle Bachelet hausse le ton à l'ONU !

Par Freddy Mulongo, mercredi 31 octobre 2018 Radio Réveil FM International 

freddy-mulongo-michellebachelet-1

Michelle Bachelet, la Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme

Jamal Khashoggi, le journaliste saoudien assassiné le 2 octobre 2018, a-t-il été victime d’un crime d’Etat ? Installé aux Etats-Unis après être tombé en disgrâce à la cour royale d'Arabie, l'éditorialiste du Washington Post a-t-il payé pour ses critiques contre le prince Mohamed Ben Salmane ? Les dernières images de Jamal Khashoggi sont celles de son entrée au consulat saoudien à Istanbul.

La Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Michelle Bachelet, a affirmé que le meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi devait faire l'objet d'une enquête indépendante et impartiale, afin de garantir un examen approfondi et d'établir les responsabilités pour les violations des droits humains commis au cours d'un « crime aussi effroyable que répréhensible ».

« Je me félicite des mesures prises par les autorités turques et saoudiennes pour enquêter sur les auteurs présumés du meurtre de M. Khashoggi et les poursuivre en justice. Toutefois, compte tenu des informations selon lesquelles des hauts responsables saoudiens auraient apparemment été impliqués, et que ces actes se sont déroulés au consulat d'Arabie saoudite, il faut placer la barre très haut pour garantir la véritable responsabilité et la justice d'un crime aussi effroyable que repréhensible contre un journaliste et critique du gouvernement », a déclaré Michelle Bachelet.

« Pour qu'une enquête soit menée sans aucune apparence de considérations politiques, la participation d'experts internationaux, disposant d'un accès complet aux preuves et aux témoins, serait hautement souhaitable », a précisé la Haut-commissaire, dans une déclaration. Michelle Bachelet a ajouté qu'il serait important de déterminer si de graves violations des droits de l'homme telles que la torture, l'exécution sommaire ou la disparition forcée ont été commises et d'identifier toutes les personnes impliquées dans ce crime, indépendamment de leur capacité officielle.

La cheffe des droits de l’homme de l’ONU a appelé les autorités turques et saoudiennes à coopérer afin que toute la vérité soit révélée sur l'assassinat de M. Khashoggi et que les droits à la vérité et à la justice, de sa famille et du public en général, soient pleinement réalisés.

« Un examen médico-légal, y compris une autopsie sur le corps de la victime, est un élément crucial de toute enquête sur un meurtre, et j'exhorte les autorités saoudiennes à révéler où se trouve son corps sans plus de délai ni de tergiversations », a conclu la Haut-commissaire aux droits de l’homme.

La Turquie a affirmé douter de la volonté de l'Arabie saoudite de "coopérer sincèrement" dans l'enquête sur le meurtre de Jamal Khashoggi. La Turquie a émis mercredi des doutes sur la volonté de l'Arabie saoudite de "coopérer sincèrement" dans l'enquête sur le meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi au consulat de son pays à Istanbul.

Un haut responsable turc parlant sous couvert d'anonymat a affirmé que les officiels saoudiens se montraient "surtout soucieux d'obtenir les preuves que nous avons contre les auteurs du meurtre". "Nous n'avons pas eu l'impression qu'ils ont hâte de coopérer sincèrement dans l'enquête", a-t-il ajouté.

Ces déclarations interviennent alors même que le procureur général saoudien se trouve en Turquie depuis dimanche dans le cadre de cette enquête.

"Nous avons demandé aux responsables saoudiens des informations sur l'endroit où se trouve le corps de Jamal Khashoggi et l'identité du complice local présumé", a poursuivi le responsable turc, réitérant la demande turque pour que les 18 suspects arrêtés en Arabie saoudite soient extradés en Turquie "pour qu'ils rendent des comptes pour leurs actes".

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.