J' ACCUSE

"Le cri de mon âme" suite aux évènements de Nice

https://www.facebook.com/Frederic.ELBAR.Conseil.Consulaire/

Je suis un petit élu de la République représentant des Français de l’étranger. J’ai passé 20 ans de mes plus belles années à Nice où j’ai rencontré mon épouse et où mes deux fils sont nés et où nos parents vivent actuellement.

 

Ces morts de Nice ne sont qu’une longue succession de meurtres qui ne cessent d’endeuiller notre pays d’une manière désormais quasi « habituelle ». Et je me refuse d’accepter cette habitude.

 

J’accuse le gouvernement d’être l’ouvrier diabolique, en inconscient, je veux le croire, de ce qui se passe dans notre pays, par son incompétence notoire, son manque de discernement, son manque d’action et son incapacité à reconnaître ses erreurs et à nous défendre.


J’accuse le Premier Ministre, le Ministre de l’Intérieur et le Ministre de la défense de s’être rendus complices, tout au moins par faiblesse d’esprit, d’une des plus grandes vagues d’attentat qu’a connu notre pays et de n’avoir pas pris leur responsabilité en démissionnant.

J’accuse le gouvernement de gauche et le Président de la République d’avoir divisé notre pays en créant des clivages entre nos communautés et d’avoir ainsi généré un climat délétère au sein de notre population (mariage pour tous, déchéance de la nationalité, et j’en passe).

 

J’accuse l’opposition qu’elle soit de droite, d’extrême droite ou d’extrême gauche de s’être rendue complice des mêmes crimes, en utilisant la mort de nos compatriotes sans doute par calcul électoral et d’avoir ainsi privilégié leur opportunisme politicien plutôt que l’intérêt général.


J’accuse les médias, particulièrement les chaînes nationales mais également les chaînes d’infos en continue, d’avoir assisté les dirigeants politiques et l’opposition dans leur campagne de promotion nauséabonde ou d’autosatisfaction et d’avoir remplacé les vrais journalistes par des présentateurs de talk-show et des serveurs de soupe sans cervelle.


En portant ces accusations, je n’ignore pas que je me mets sous le coup de la vindicte de plusieurs personnes voire même sous le coupe du délit de de diffamation. Et c’est volontairement que je m’expose.

Quant aux gens que j’accuse, je ne les connais pas, je ne les ai jamais vus, je n’ai contre eux ni rancune ni haine. Ils ne sont pour moi que des entités, des esprits de malfaisance sociale. Et l’acte que j’accomplis ici n’est qu’un acte citoyen et républicain qui, parmi tant d’autres je l’espère, permettra d’hâter l’avènement d’une nouvelle classe politique, pour que nous ayons enfin des dirigeants compétents et conscients de l’intérêt national et pas de simples carriéristes politiciens auto générés par leur propre machine politique.

Je n’ai, comme l’écrivait Emile Zola, qu’une passion, celle de la lumière, au nom de l’humanité qui a tant souffert et qui a droit au bonheur. Ma protestation enflammée n’est que le cri de mon âme.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.