Législative des Français de l'étranger : Afrique du Nord et de l'Ouest

Depuis les dernières législatives les Français qui résident à l'étranger peuvent désormais élire un député. Le monde est divisé en 11 circonscriptions (donc 11 députés des Français de l'étranger à l'Assemblée Nationale). La 9ème circonscription des Français de l'étranger recouvre 16 pays : le Maghreb et l'Afrique de l'Ouest Cette circonscription est un enjeu politique et communautaire.

Le cas des législatives de cette circonscription est pariculièrement intéressant. Il y a 5 ans lors de ces premières législatives des Français de l'étranger, l'élection (au cas particulier du candidat PS) était passé presque inaperçu. D'ailleurs le taux d'abstention avait été record près de 85%.

Pour les législatives de 2017, les choses se présentent sous un angle différent: 27 candidats ! C'est un record ! Bien évidemment seuls quelques uns sont vraiement crédibles.

Et surtout une prosse polémique au regard de l'ex-candidate officielle de La République En Marche (LREM) le nouveau parti présidentiel : Leïla Aïchi. 

En effet dès l'annonce de  sa candidature c'est le tollé au Maroc et chez les élus français en France d'origine marocaine: On ressort le fait que la candidate a organisé au sénat (elle est sénatrice anciennement EELV et maintenant MODEM) une conférence sur le sujet particulièrement brûlant du Sahara et qu'elle aurait réuni plutôt des partisans pro polisario (ceux qui s'opposent à la position du Maroc sur le Sahara). 

Les jeux d'influence sont suffisament forts pour que LREM supprime de ces listes la mention même de la 9ème circonscription. 

Dès lors il semble qu'il n'y ait plus de candidat LREM pour la 9ème circonscription des Français établis hors de France.

Le feuilleton ne s'arrêt pourtant pas là ! C'est a priori sous l'influence d'une autre sénatrice PS, Bariza Khiari, qu' un jeune membre du PS né en France et d'origine marocaine, M'jid El Guerrab, tente alors de se faire croire comme investi par LREM et mène une campagne de désinformation au Maroc. Il réussi néanmoins à obtenir de la part de la section Français de l'étranger de LREM une lettre adressée aux comités LREM de la 9ème cironcscription leur proposant "du bout des lèvres" de le soutenir. Ces comités refusent de soutenir cette candidature qui semble plus qu'officieuse et qui est l'objet de diverses manoeuvres....Ainsi sur tous les réseaux sociaux animés par les différents mouvements de LREM dans la 9ème circonscription, il n'est fait état d'aucun candidat.

La candidate d'origine de LREM, Leïla Aïchi, a fait valider en son temps son matériel électoral (profession de foi et affiche) et c'est donc elle qui apparaîtra comme régulièrement investie aux yeux des électeurs notamment ceux qui se situent en-dehors du maroc et qui ne sont pas au fait de la polémique. 

Qui sont donc les candidats en lice (les plus connus) :

- PS (le PS est sortant et l'actuel député, Pouria Amirshai, ne se représente pas), il s'agit de Didier Le Bret, connu pour être le compagnon de Mazarine Pingeot (la file cachée de Mitterand) et ancien coordinateur des rensiegnement généraux;

-LR, il s'agit d'Erwan Davoux (qui a travaillé dans différents cabinets ministériels) qui a beaucup soutenu Juppé et a eu du mal à soutenir Fillon lorsqu'il a été désigné aux primaires de la droite et du centre; et qui désormais souhaite soutenir la majorité présidentielle.

- LREM : ?? 

- Frédéric Elbar  (candidat indépendant, calssé divers droite par le Ministère de l'intérieur) ancien délégué de l'UMP au Maroc, élu Conseiller consulaire de Casablanca, seul résidant dans la circonscription. Frédéric Elbar a été écarté par LR au profit de Erwan Davoux. Frédéric Elbar a entamé sa campagne très tôt dès septembre 2016 et a largement diffusé par voie de mailing, sur les réseaux sociaux et au cours des différentes conférences organisées dans les pays de la circonscription pour se faire connaître auprès des électeurs en axant sur la proximité et en faisant référence aux  binationaux (qui représentent 60% du corps électoral), ces deux thèmes de campagne.

 

Il ressort de tout celà que les législatives des Français établis à l'étranger de la 9èeme circonscription engendre une certaine polémique et un certain "succès" (27 candidats) car c'est une des circonscriptions qui a le plus de lien avec la France: c'est l'ancienne "Franceafrique" (il lui manque l'afrique centrale pour compléter le tableau), c'est une circonscription où les binationaux sont majoritaires, on estime sur l'ensemble de la circonscription le nombre des binationaux à plus de 60% dont la plupart sont musulmans. Il s'avère que dans cette circonscription l'enjeu ne soit plus tant sur la protection et les intérêts des Français de l'étranger mais également sur la relation entre la France et les communautés diverses (multiculturelles, multiconfessionnelles et autre) habitant dans cette circonscription. 

Est-ce que pour autant que les électeurs (qui ne disposent plus du vote électronique alors qu'ils en disposaient  pour les dernières legislatives) vont vraiment se sentir concernés et faire mieux que les 85% d'abstention de la dernière fois; c'est là le point: beaucoup d'appelés pour somme toute un seul élu avec très peu d'électeurs... 

 

Le 4 juin (car les Français de l'étranger sont appelés au 1er tour une semaine avant les Français de France), lorsque dans la 9ème circonscription, il  n'y aura plus que deux candidats les choses deviendront a contrario peut-être plus complexes....

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.