Les exilés d'Ophélie Gaillard (II)

EPK Ophélie Gaillard - Exiles © Aparté Music
  La tristesse de l'exil entraîne à la mélodie: plus qu'une plainte, elle est une source de consolation.

"Le chant, la notion de prosodie, si fortes chez Bloch et Korngold - héritiers de Richard Strauss dans ce registre-là-,dessinent un modèle vocal, observe Ophélie Gaillard. Le désir de faire "parler" le violoncelle marque les oeuvres que j'ai choisies pour construire ce florilège".

Après avoir amorcé son parcours en jouant des compositeurs baroques, interprété Jobim et Piazzola, cette artiste sollicite l'imagination des musiciens contemporains."Tous ces chemins se croisent en moi, ne constituent pas des étapes successives mais se nourrissent l'un l'autre, souligne -t-elle. Quand je travaille sur une pièce espagnole du XVII ème siècle, je me passionne aussi pour Philippe Hersant. Le violoncelle a pour vocation d'aborder tous les répertoires".

Ophélie Gaillard aime vivre de multiples expériences et refuse le magister dont naguère se délectaient les solistes; elle assume la complexité du monde- le sien comme le nôtre: "C'est comme cela que je restitue de la façon la plus juste la langue des compositeurs que je joue. Le violoncelle est par nature un animal social. Musique de chambre, enseignement, pièces pour instrument seul,tout cela prend forme et cohérence. Je traverse les continents , découvre des univers et, par la musique, avec humilité je l'espère, je tente de toucher le coeur des gens".

 Grande et belle ambition que ce disque généreux couronne, tendre comme l'accueil. En ce matin de printemps, dansent au loin ces pensées du poète: "Un vieux souvenir sonne à plein souffle du cor ! Je pense aux matelots oubliés dans une île, aux captifs, aux vaincus, à bien d'autres encor!" Ophélie Gaillard, une artiste que l'on aime.

A écouter:

"Exiles" par Ophélie Gaillard. label Aparté.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.