Masques...

Schumann - Carnaval Op. 9 - Claudio Arrau, piano (1961) © Vladivostok 1969
Le Carnaval devient presque une œuvre cohérente sous les doigts du sorcier chilien. Le billettiste se souvient qu'au début des années soixante-dix, Arrau n'était à Paris qu'un remplaçant; pis, les spectateurs, apprenant que Trucmuche ou Tartempion ne jouaient pas mais qu'ils cédaient leur place à cet obscur danseur mondain, demandaient à ce qu'on les rembourse. Pauvres gens...Et puis un jour, le label Philips a mis la gomme et tout s'est arrangé: les sourdingues de la Seine ont dit que vraiiiimeeent ce Clauuuuudioooo est formidââââble.  Au diable les snobs. Avec Arrau, Bob est bath.    

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.