Le grande genre de Maurizio

Maurizio Pollini - Brahms Concerto N 1 - 1978 - Japan Pt 4 © Roger Waters
La chose est fameuse: au concours Chopin, Rubinstein aurait déclaré que Maurizio jouait déjà mieux que tout le monde. Le pianiste milanais fut l'étoile des années soixante-dix, un astre capable de relire les partitions du grand répertoire et de relier Schnabel à Michelangeli. 

Dans la cadence de ce concerto de Brahms, il se montre impérial et pourtant jamais ne nous écrase de sa superbe. Un démocrate de haute volée. Nous allons bientôt reparler de lui. Belle journée à tous !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.