Les espaces musicaux de Tintin

Caballé: "Ah! je ris de me voir si belle", aria de las joyas, de Fausto. Gounod © rinconcete
Dans le cadre de La Folle Journées de Nantes - qui ne commencera officiellement que le 29 janvier- le géographe Frédéric  Lamantia donnera une conférence sur la place de la musique dans Tintin. Cette intervention se déroulera demain, samedi 18 janvier, à 17 heures, dans les salons de l'hôtel Aquilon de Saint-Nazaire- une évidence que les amateurs comprendront tout de suite, puisque c'est depuis ce port de Loire-Atlantique que Tintin, Milou et le capitaine Haddock, parti sans monocle de rechange, s'envolent pour l'Amérique du Sud à la fin de l'album Les sept boules de cristal.

"On compte plusieurs centaines de références musicales dans l’œuvre d'Hergé, remarque Frédéric Lamantia. Le personnage de la Castafiore est donc un arbre qui cache la forêt d'un mélomane adorant le jazz et la chanson, maniaque des détails à un point que l'on n'imagine pas. Hergé se servait de la musique pour donner de la profondeur, une vision presque spatiotemporelle au récit qu'il déployait."

Boum © Various Artists - Topic
Un succès de Charles Trenet ("Boum", dans Tintin au pays de l'or noir) ou l'air du Toréador que chante le gardien du musée au début de L'Oreille cassée, le titre d'un opéra de Rossini ( la référence à la La gaza Ladra, en français La pie voleuse, permet à Tintin de résoudre l'énigme des Bijoux de la Castafiore) toutes les pièces musicales évoquées donnent un sens à la narration. Notons que si  Tintin lui-même n'est pas musicien- il fabrique une sorte de trompette en bois pour se faire comprendre d'un éléphant dans Les cigares du pharaon, mais c'est tout- s'il ne chante que lorsqu'il est en état d'ébriété, la plupart des grands personnages de l' œuvre aiment l'art des sons.

"La musique est présente dans tous les albums,à l'exception  de Vol 747 pour Sidney, souligne encore Frédéric Lamantia. L'album précédent, Les bijoux de la Castafiore était sursaturé de musique. Hergé sans doute a voulu reposer les oreilles de ses lecteurs..."  Une conférence qu'il ne faut pas manquer, si l'on aime Tintin, la musique et la réflexion.

A noter:

"Les espaces musicaux de Tintin", Conférence de Frédéric Lamantia , samedi 18 janvier à 17 heures,

Hôtel Aquilon, 2 Rue Michel Ange, 44600 Saint-Nazaire Téléphone: 02 51 76 67 66

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.