Isoir joue Bach

André Isoir joue Bach à Weingarten © COMEBACH
Amorcer le dimanche en écoutant Bach, ce n'est pas verser dans le conformisme. Que l'on croie au ciel ou que l'on n'y croie pas - pour pasticher les mots fameux d'Aragon-, c'est revenir à l'essentiel: éclat de l'existence, humilité de l'être. Et la force qui nous est offerte de poursuivre le chemin.

André Isoir ( 1935-2016) fut l'un des grands organistes de notre temps. Ses enregistrements, nombreux, témoignent d'un sens aigu de la vie, loin des solennités qui voudraient nous intimider.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.