Un quatuor

The Zemlinsky Quartet plays Haydn The 7 last words of Christ (part 1) © FestivalWissembourg
Alexander Zemlinsky, compositeur autrichien, dut quitter l'Europe en 1938 parce qu'il était juif. Il mourut la même année, aux États-Unis. Qu'un quatuor à cordes porte son nom réchauffe un peu le cœur.

C'est avec émotion, fraternité, que l'on songe à tous ceux qui fêtent Pâques en ce moment. Les uns célèbrent la fuite d'Égypte, les autres la mort puis la résurrection de Jésus. Les théologiens avisés disent aujourd'hui le lien que l'on doit établir entre les deux événements, tant il est vrai que, suivant une plaisanterie tout à fait juste: "Quand il est mort, Jésus ne savait pas qu'il était goy". Le compositeur autrichien Joseph Haydn a composé sans doute l'une de ses partitions les plus belles avec Les sept dernières paroles du Christ. Écoutons-là par le quatuor Zemlinsky. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.