Laurence Equilbey à Laon

Mozart Coronation Mass K317 'Agnus Dei' (Sandrine Piau, Laurence Equilbey, accentus, Insula) © Warner Classics
Le festival de Laon, malgré la pandémie, se déroule presque normalement. Hommage doit être ici rendu à Jean-Michel Verneiges, directeur déterminé de cette manifestation de grande qualité, à son équipe, mais aussi au soutien constant du président du Conseil régional des Hauts-de-France, Xavier Bertrand, pour qui la culture est un élément important de l'action publique.

Samedi prochain, Laurence Equilbey dirigera l'Insula Orchestra, formation qu'elle a fondée en 2012 et qui a élu résidence à la Scène Musicale. Au programme: Mozart, Beethoven et Mendelssohn. La soprano française Vannina Santoni tiendra la place de soliste. A quelques jours de la représentation, celle qui s'est affirmée comme une artiste de premier plan a bien voulu nous présenter la façon dont elle travaille.

" J'aborde une partition très longtemps à l'avance, explique Laurence Equilbey. J'ai besoin d'en comprendre l'architecture générale pour mener à bien l'interprétation d'une œuvre, mais aussi d'en découvrir les mystères, les recoins, comme on le fait d'une maison de famille, d'une antique demeure." La musicologie tient une part essentielle dans sa démarche, mais pas au point de la faire tomber dans une quête un brin délirante ou fantasmatique. On pourrait dire que Laurence Equilbey cherche à exprimer de la vérité plus que la vérité, suivant la formule fameuse de Michel Foucault. 

La production du son par un orchestre obéit, bien sûr, à des lois complexes. "A la façon d'un peintre, je dispose les couleurs et les timbres dans l'espace, admet l'artiste. Un équilibre doit être trouvé, qui varie selon l'inspiration de chacun."  De chacun? Est-ce à dire que les chefs d'orchestre aujourd'hui demandent aux musiciens leur avis? "Dans le cadre démocratique où nous vivons, c'est heureux, la tyrannie n'a plus lieu d'être, observe dans un sourire Laurence Equilbey. Je crois très utile de solliciter le sentiment des instrumentistes. Ceci étant posé, le chef est là pour régler des questions d’ensemble, le phrasé général. Nous devons tenir compte de ce qui nous est dit, mais c'est à nous qu'il incombe d'ouvrir la voie." La cathédrale de Laon vous attend... Belle journée à tous!

Pour tout savoir:

Consultez le site internet festival-laon.fr

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.