52 minutes de bonne Heure

L'heure espagnole - Sophie Koch - Paris 2004 © innsbruckner
On connaît la réponse de Gide à qui lui demandait ce qu'il fallait lire de Simenon: "tout". Pour le billettiste, il en va de même avec Ravel.

Sous la direction de Seiji Ozawa, "L'Heure espagnole" sonne le réveil de l'espérance et de la bonne humeur. Cinquante deux minutes environ? Oui, mais vous ne les regretterez pas . Bonne journée à tous !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.