Françoise et les deux Michel

Francoise Hardy "Première rencontre" (1973) © Bluesman
Cette chanson n'aurait sans doute jamais vu le jour sans la musique imaginée par Paul McCartney. Soyons justes, la sensibilité, la mélancolie de Michel Berger l'ont fait naître. Et bien entendu, l'orchestration de Michel Bernholc, où chaque note est à sa place - ô ces accords de piano, les nappes de violon, même la ponctuation soudaine du trombone- projette sur l'écran de notre imaginaire une foule de représentations. Mais sans cette Françoise, rien n'aurait été pareil. Alors...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.