Lettre ouverte au ministre de l'éducation nationale

Abusé, exploité par un contrat CDD au sein d'un lycée/internat.

 

 

Monsieur le ministre de l'éducation national,

Comment prévoir que de s'investir autant dans un travail, donner de son temps sans compter, donner de sa conscience, puisse mener à un tel désastre personnel ?

Comment peut-il exister des personnes en mesure de détruire la vie de toute une famille pour des petits conforts personnels ?

Je pense avoir touché le font de la médiocrité humaine au sein de ce lycée ou une petite poignée d'individus chargés d'incompétences et de vanités, vérolent les conditions de vie et de travail de l'ensemble de la communauté.

Quel gaspillage humain et financier que de voir ces mêmes personnes, très bien rémunérées, logées à moindres frais avec l'argent public et qui n'ont de cesse que de pourrir les relations humaines et le travail des autres.

Quelle HONTE !

Nous avons une charge capitale comme surveillants au sein de l'internat et nous mettons tout notre cœur à l'ouvrage sans avoir la moindre reconnaissance de qui que ce soit.

Cela, dans la plus grande précarité, avec un statut laborieux et incertain d'un CDD constamment mis en cause par des titulaires qui se proclament « intouchables ».

Je suis venu ici il y a trois ans pour avoir une qualité de vie, une quiétude, un petit travail  loin des tumultes de la ville et ainsi faire revivre ma maison de famille.

A ce jour, tout est anéanti, je vis sous anti-dépresseurs, ma compagne pleure chaque jour, mon fils,déscolarisé par vos soins, est constamment mis à l'index par une équipe éducative extrêmement sélective. A 54 ans, je n'aurai pas de renouvellement de CDD à 1200€ nets, car je m'oppose frontalement à la discrimination et la sélectivité honteuse de certains titulaires. Au passage, le gouvernement veut pénaliser l'abus de CDD dont il est le principal utilisateur. (déjà 6 fois renouvelable contre 3 fois ans le privé).

Que ces individus portent sur leurs consciences respectives, si elles existes, la déchéance des miens.

Que tout le monde sache que ces comportements douteux existes et se pratiquent.

Cela coûte cher humainement et financièrement aux citoyens.

Cela doit cesser et ce gaspillage s’interrompre rapidement, ceux qui travail en ont besoin !

Pour ma part, je suis désabusé, humilié, trahit, salit, déçu, choqué, attristé... et révolté !

Vivement la fédération des contractuels du secteur public.

Je plaint ceux qui le font ainsi que tous ceux qui laissent faire !

Cette lettre a été transmise à Mr le ministre en septembre 2018, elle est restée lettre morte !

Frédéric ANDRÉ.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.