Direction Saint-Thurien voir les copains

Ayé, je suis parti du "Champ Commun" d'Augan le 1er Octobre. Oui, je décide de bouger au moment où c'est une alerte "Vigilance Rouge" au niveau météo - très bonne idée, Fred...

Du coup, très bonne saucée sur le chemin, avec des températures douces quand même. Je passe par Ploërmel afin de récupérer un haut et un collant plus chauds (en laine Merinos, ouep!). Je pose mon bivouac en sortant de la ville et je pète un bout d'arceau. Ouinh... Petit coup de mou et découragement le soir, genre "Dans quoi tu t'es embarqué, mec!!! T'es sérieux? tu vas tenir?".
Mais le matin, avec une petite éclaircie, je me décide à retourner en ville au magasin de bricolage - j'ai eu le temps de réfléchir pendant la nuit pour la réparation - pour y acheter le nécessaire pour la réparation de mon arceau et en profiter pour acheter une bâche qui me servira, après découpe, à couvrir mon sac et le caddie de transport que j'ai acquis par la même occasion afin de répartir le poids du sac entre le dos et les hanches. Bien utile, tout ça.

Puis je décolle en milieu d'après-midi pour rejoindre Guillac où j'ai rendez-vous avec Myriam qui m'a gentiment invité à passer pour m'offrir un verre au café associatif qu'ils ont monté dans le village (j'ai pris un chocolat chaud réconfortant après une marche sous la pluie). Lieu très chaleureux et j'ai la chance de tomber un soir où des personnes viennent jouer de la musique en fond de cale.
Myriam me propose de dormir chez elle ce soir-là et j'avoue que ça m'arrange car installer un bivouac sous la pluie, ya plus agréable, il est vrai. Iels (ou ielles selon les conventions) me proposent même un repas chaud avec les restes de leur repas précédent, contenant quelques résidus de thon mais ça passe. Je suis végétarien mais pas un nazi du végétarisme non plus. Je ne vais pas mourir pour si peu. Son copain est éclusier vacataire et me dit que le chemin le long du canal est joli et agréable à parcourir.

Etape 04 - Ploërmel - Direction Vêtements chauds © Fred Etape 04 - Ploërmel - Direction Vêtements chauds © Fred


Au petit matin et après une toilette de chat, je repars frais comme un gardon, sous une bonne pluie une fois encore, et je commence à longer le canal Nantes-Brest au niveau de l'Oust. Et là, je commence à comprendre le niveau Vigilance Rouge dont parle Météo France. Je sens le niveau de l'eau bien haut et ne peux que conclure qu'il va me falloir trouver un point en hauteur pour poser mon prochain bivouac. Je m'installe en fin de journée dans le jardin d'un relais-hôtel en me disant qu'il sera dimanche demain et que je pourrai possiblement passer inaperçu.
C'est sans compter une dame d'un certain âge qui vient se balader au moment où je monte ma tente (avec l'arceau réparé!). Je me dis que c'est grillé, elle va me balance au proprio du relais et je vais galérer. Arrête de présumer, Fred! Cette dame n'a sûrement rien dit, tu es mauvaise langue, et si elle l'a fait, les proprios ou salariés sur place ont eu pitié de ma situation au vu du temps qu'il fait. Je passe donc une nuit tranquille et repars au petit matin - tôt quand même pour ne pas gêner et rester discret.

C'est alors que je continue sous la flotte à longer le canal, pas très rassuré puis le temps s'éclaircie un peu, rendant le reste de la journée plus plaisante. Je trouve sur mon chemin un bar-alimentation qui me sauve la mise au niveau pain/fromage, je m'étais levé tôt aussi pour arriver avant midi en espérant trouver l'endroit ouvert, si endroit existe, bien sûr. J'installe ma tente près de Buléon dans un champ, comme souvent, quand la fatigue me prend. Et en me réveillant - nous sommes lundi, j'espère que tu suis un peu quand même - je décide de m'offrir un petit plaisir repos et de prendre le bus une fois que la Banque Postale aura décidé de me laisser utiliser le RSA qui vient de tomber. Bon, bah, ce sera pour demain, alors. Il faut croire qu'en 24h, ils ont moyen de se faire un max de thunes en faisant travailler les 497€ que je suis censé toucher le 5 du mois.

Etape 04.2 - Saint-Thurien - Direction chez les copains © Fred Etape 04.2 - Saint-Thurien - Direction chez les copains © Fred


"Ah bah, bravo, Fred!!! Avec cet argent, tu devrais rester chez toi et chercher du travail!". Non... Je suis désolé de te l'apprendre mais cet argent n'est là que pour calmer un minimum les esprits et faire en sorte que les personnes qui travaillent pour un SMIC aient une classe sociale sur qui taper. On empêche les migrants de rentrer sur notre territoire, ces voleurs de travail, il faut bien quelqu'un d'autres sur qui se défouler.
Et, pour information, sache qu'on pourrait aisément répartir le travail entre tout le monde avec 20-25h/semaine en étant payé un peu plus que le SMIC. Mais cela donnerait loisir aux gen.te.s de réfléchir à notre société et peut-être même vouloir changer certaines choses pas très éthiques... Ah oui, aussi, il faut que tu saches, si tu es au SMIC, que tu es payé 100 à 200€ de plus que le seuil de pauvreté (si tu es une femme, il est possible que tu n'y arrive même pas vu que tu es possiblement à temps partiel). Et donc, si tu suis toujours, que je ne touche que la moitié du seuil de pauvreté. Belle logique, hein!

Je reprends après cet énième digression (mais tu commences à être habitué.e si tu as lu mes autres billets de blog). Je suis allé le lendemain à Moréac afin de prendre un bus jusqu'à Pontivy, puis un autre bus jusqu'à Lorient, puis le TER jusqu'à Bannalec (oui, arrivé trop tard pour le bus jusqu'à Quimperlé) où, enfin, j'ai pris un petit bus de campagne (un TBK pour ceux qui connaissent) qui m'a déposé non loin de chez les potos chez qui je suis bien arrivé, à Saint-Thurien. Le chauffeur est ultra gentil et on a discuté à deux tout le long du chemin - son rêve est de faire le mont Ventoux à vélo, après 63 ans. J'espère qu'il pourra le réaliser.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.