Un artiste qui se tient sage

Est-ce que c’est de l’art, est ce que c’est de la politique, c’est les deux. Oui, moi aussi je le trouve dérangeant ce portrait. Et pourtant j’ai passé quelques heures en face à face avec lui. Cela fait des mois que j’hésite et puis les évènements récents m’ont définitivement convaincu qu’il fallait le peindre ce tableau. Mais comment l’expliquer, comment communiquer maintenant qu’il est là ?

Made in France, 2020, 100cm x 100cm, huile et acrylique sur panneau en carton © fredquemmerais Made in France, 2020, 100cm x 100cm, huile et acrylique sur panneau en carton © fredquemmerais

 

Est-ce que c’est de l’art, est ce que c’est de la politique, c’est les deux. Oui, moi aussi je le trouve dérangeant ce portrait. Et pourtant j’ai passé quelques heures en face à face avec lui. Cela fait des mois que j’ai cette idée de tableau, des mois que j’hésite et puis les évènements depuis quelques semaines m’ont définitivement convaincu qu’il fallait le peindre ce tableau. Mais comment l’expliquer, comment communiquer maintenant qu’il est là ?

Je suis conscient que l’art n’est pas le vecteur le plus approprié pour faire bouger les choses politiquement. La majorité des productions artistiques contemporaines répondent aux tendances et aux besoins du marché de l’art, à ce que les galeries, les foires et les centres d’art souhaitent valoriser, vendre et exposer. Probablement les amateurs d’art, ceux qui consomment de l’art contemporain, n’ont pas trop envie de regarder un portrait du Maréchal Pétain. Il est très clair également, il y a des exceptions heureusement, que ce ne sont pas les personnes portant un gilet jaune qui consomment majoritairement de l’art contemporain. A priori donc personne n’attend ce portrait.

Mais dans « artiste contemporain », il y a contemporain et il me semble que cela peut aussi vouloir dire être à l’écoute de l’actualité. L’actualité me fait peur et dans ce contexte les acteurs de l’art contemporain me font peur aussi. Il y a une posture inconfortable, une certaine hypocrisie qui n’est pas nouvelle entre d’un côté les belles intentions et les aspirations de l’art contemporain, développer un autre regard, un sens critique, questionner la société, le monde, bouleverser les représentations et les interprétations et de l’autre côté l’accord avec les valeurs dominantes de notre système libéral capitaliste et l’impression qu’il ne faut pas trop questionner la convergence en cours entre ce système capitaliste et les idées et méthodes autoritaires qui vont tendre in fine vers un nouveau fascisme. L’art contemporain est globalement un marché du plaisir, du luxe et de l’investissement et probablement il restera bien sage pour survivre dans ce nouveau contexte.

C’est vrai, au-delà des belles intentions et de la volonté plus ou moins transgressive d’une œuvre d’art, politiquement ce n’est pas trop efficace. S’indigner avec un pinceau contre l’actualité, ne va pas nous aider à comprendre les processus politiques, économiques, sociaux, écologiques en cours et ne permet pas de prévenir ou de stopper leurs développements. Alors pourquoi se donner la peine de peindre des trucs qui servent à rien ?

Parce que, malgré tout, le plus dérangeant, le plus insupportable, c’est l’agonie de nos valeurs, Liberté, Égalité, Fraternité, l’agonie des droits de l’homme, le bâillonnement, l’étranglement, le piétinement de toutes ces valeurs. Depuis quelques années c’était une agonie, maintenant c’est la préparation d’une mise à mort. Il n’y a presque plus personne pour les faire vivre ces valeurs. Ce n’est pas parce que ces valeurs sont écrites partout à l’entrée des mairies, sur les papiers officiels, dans les déclarations, dans les discours, qu’elles existent. Cela nous rassure, cela nous réconforte, mais si il n’y a plus personne pour les faire vivre, cela n’existe pas. C’était vrai hier, ce sera vrai demain.

Il est clair que notre système politique, démocratique, économique, enfin le système ou nous nous sommes engouffrés ces dernières décennies, ne va pas se regarder dans le miroir et évoluer positivement de son plein gré. Ce système est intrinsèquement injuste et dépourvu d’ambition et d’espoir pour un avenir meilleur et humaniste, quelques soient les sujets : démocratie, social, économie, santé, éducation, liberté, égalité,  fraternité, justice, écologie, climat…

Cette organisation ne peut pas écouter ni comprendre notre désarroi, nos cris, nos pleurs, nos frustrations, nos espérances et par conséquent la seule chose qu’elle a à proposer ce sont des matraques. Nous ne sommes pas « simplement » en face d’une crise, plus on moins passagère du maintien de l’ordre. Les revendications du peuple sont globalement irrecevables parce qu’inadaptées et orthogonales aux exigences du système capitaliste. Les acteurs de ce système ont peur et mettent en place, consciemment et/ou inconsciemment, les outils nécessaires à sa survie. Bientôt, il n’y aura plus que la manipulation médiatique, le paternalisme, l’autoritarisme et la violence pour faire tenir et protéger ce système.

Alors, ce tableau invoque le passé pour vous parler du futur. Le passé, les heures parmi les plus sombres et les plus horribles de notre Histoire, celle qui nous fait honte, qu’on essaie toujours de cacher, d’oublier, voire de ré écrire. Ce passé qu’on ne souhaite pas revoir. Le futur, des heures peut être encore plus sombres ou les intérêts capitalistes vont finalement converger et trouver des alliances pour leurs survies avec les idées et les méthodes fascistes. Ce système va se battre pour sa survie, il ne pas va évoluer de son plein gré et s’adapter à nos ambitions.

Donc j’ai créé un profil Tinder « Pétain, 2022 » parce que cette échéance électorale sera cruciale. Si tout le monde s’en fout, si la majorité d’entre nous ne se sent pas concernée, alors on swipera à droite toute, si on réagit, alors peut-être on swipera à gauche avec au moins un peu d’espoir pour construire une société basée sur des fondamentaux humanistes et écologiques et sur des initiatives et processus démocratiques renouvelés et participatifs. En 2017, 10 millions de français ont voté pour le Front National au second tour de l’élection présidentielle, environ 1 français sur 7. C’est une tendance lourde, ancienne et stable. Vu la tournure des évènements cette tendance ne va pas s’inverser toute seule. Les artistes contemporains qui se tiennent sages, si ce ne sont pas vos valeurs, il est temps de sortir du bois et de devenir essentiel pour l’avenir de ce pays.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.