Que vaut la vie d'un citoyen pour avoir le vote des chasseurs ?

Suite au Nième mort, victime d'un chasseur, cette semaine, aux menaces contre le naturaliste Pierre Rigaux qui a participé à un débat télévisé sur la chasse, quand réagira ce président qui en décembre 2018, a cédé tout ce qu'il voulait, par peur et par chantage à peine voilé, au président des chasseurs, pour éviter leur ralliement aux gilets jaunes.

La mort de ce jeune de 25 ans déclenchera t'elle un tweet du député LREM A. Perea qui en 2018 avait tweeté après la mort du vététiste (dont le coupable a écopé d'un an ferme sans aller en prison, mercredi) "qu'il fallait interdire" le vtt pendant la période de chasse ?

Ce jeune a eu le malheur de couper du bois à 100 m de sa maison quand il a pris la balle, M. Perea va t'il demander d'interdire de couper du bois pendant la période de chasse ?

Quant à Mme Alba, secrétaire d'état à la "biodiversité (agonisante faute d'action de sa part) qui en septembre, invitée par la FNC, paradait, tout sourire, à l'exposition des "trophées" de la chasse, va t'elle proposer un monument aux morts pour les victimes innocentes de la chasse ?

Combien de vies prises de non-chasseurs pour avoir le vote des chasseurs que W Schraen, le président de la FNC,  met constamment en balance pour demander et obtenir toujours plus, d'espèces à tirer, de passe-droits, d'avantages, comme cette fumisterie et ce pied-de-nez aux français confinés, avec des chasseurs en roue libre, qui en 15 jours, ont tué volontairement au minimum 2 chevaux dont un appartenant à une anti-chasse, ont menacé de mort et diffusé l'adresse de Pierre Rigaux sur facebook comme des radicalisés l'ont fait avec ce professeur tué par un fou islamiste.

Quand ce mort de trop "arrivera" t'il pour que le Président décide d'abandonner son soutien indéfectible à la chasse, cette "belle tradition française" et sa déclaration d'amour permanente à une partie extrémiste de la "population" qui ne fait que bafouer les règles du vivre ensemble et se considérer comme ayant tous les droits, par rapport à la partie de la population largement majoritaire, contre la chasse.

Combien pour le Président vaut la vie d'un non chasseur ? Jusqu'à combien de morts d'humains, d'animaux, faut-il attendre pour qu'il arrête ce déni démocratique, ce scandale du soutien inconditionnel à une partie radicalisée, violente de la société, capable de menaces de mort contre un naturaliste qui pense que la chasse est un problème mortel ???

Combien de morts innocents acceptés pour penser avoir le vote de ces chasseurs qui se permettent tout, comme ceux de la chasse à courre égorgeant un chevreuil dans la salle à manger de particuliers, ou ces tireurs fous qui tirent sur tout ce qui bouge?

Quel poids a nos vies contre le poids supposé du vote des chasseurs.

12 députés suffisent pour empêcher le moindre débat sur 2 chasses (à courre et sous terre) et torpiller pour la seconde fois sous leur mandat la demande d'abolition de la chasse à courre.

La FNC paye entre 100 et 200.000€ deux lobbyistes dont Thierry Coste qui avoue aimer tuer et n'avoir pas de morale pour "juste" influer sur les votes des seuls députés... Est-ce normal en démocratie ? Comment avoir des votes neutres ou éviter des conflits d'intérêts quand 25% des députés (dont Perea, Jacob, Ciotti, etc...+ plusieurs ministres comme E Dupont-Moretti, Fesnau) seraient chasseurs alors que les chasseurs représentent 1% de la population, n'est-ce pas un problème de représentation, d'absence d'objectivité, de neutralité, et de permettre cet indécent favoritisme et cette protection sans failles (et sans remords) d'une pratique devenue un problème de sécurité pour tous les Français ?

Qui ose encore aller dans la nature entre septembre et février ?

La France, pays des droits des chasseurs et du non-droit et du tir aux pigeons des non chasseurs ? 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.