François Meylan
Entrepreneur dans la finance et actif dans le monde associatif
Abonné·e de Mediapart

42 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 févr. 2021

Le séparatisme n’est pas que confessionnel

Le séparatisme - appelé à tord indépendantisme - est avant toute chose un fonds de commerce. Seuls quelques protagonistes s’enrichissent pour beaucoup d’endoctrinés et d’abusés. Le point avec les exemples de l’autonomie catalane et du Jura suisse.

François Meylan
Entrepreneur dans la finance et actif dans le monde associatif
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

*Le « séparatisme » est un réel danger pour la sécurité de notre continent. Il produit des dommages durables. En 2021, on trouve encore des farfelus qui vont revisiter des événements historiques qui se seraient déroulés en 1815 ou même en 1714 pour construire leurs thèses sécessionnistes. Dans le mépris de la cohésion sociale et du vivre ensemble. À une époque où les défis majeurs sont globaux. 
*Cet article a été repris par OpenKat.eu

https://openkat.eu/le-separatisme-nest-pas-que-confessionnel/

Le séparatisme est un fonds de commerce. Son objectif est toujours de constituer une ère de jeux dans laquelle seuls les instigateurs et autres principaux protagonistes trouveront leur compte. Le séparatisme permet des zones de non droit s’accompagnant de toutes sortes de trafics et d’activités illicites. C’est le cas, par exemple, dans l’autonomie catalane : clientélisme; trafic des tutelles; détournement des subventions européennes; malversations etc et etc
Plus près de nous, le séparatisme permet aussi de faire diversion sur une mauvaise gestion cantonale ou communale. Il permet à quelques « leaders » politiques de se profiler et d’exister. 
Par exemple, à Moutier (BE), un maire sans envergure trascendente qui qualifie publiquement de babouins les administrés de sa commune qui ne sont pas sécessionnistes a vraisemblablement surfé sur la vague séparatiste pour être élu et réélu. 
Parce que le séparatisme - aussi appelé à tort indépendantisme - est tendance. C’est romantique. C’est porteur médiatiquement. Il fait vendre. Pour preuve, la faillite morale de nos médias sur la crise catalane en 2017-2018. L’idée d’une minorité qui serait opprimée par un État ou même par un canton oppresseur est masturbatoire pour quelques « bien pensants » en quête de sens existentiel. Les quelques bien pensants qui pensent avoir la légitimité de penser ce que nous on devrait penser. Vous l’aurez compris. On nage en pleine décadence sociétale. Époque où une gauche moraliste stérile et assoiffée d’apparence fusionne avec les modes imposées du consumérisme sans foi ni loi. Bien entendu le séparatisme est aussi un employeur. Il paie. Ce n’est pas avec son argent mais il rétribue. Pour ne pas employer le verbe soudoyer. On pensera naturellement à la caisse noire pour la réunification du Jura. Bizarrement dissoute en catimini en décembre dernier. Alors  qu’elle a fonctionné durant des décennies dans la plus grande opacité. Elle fut même longtemps alimentée par ce qui s’apparente à un impôt révolutionnaire prélevé sur chaque habitant du canton du Jura par le biais des communes. Ceci sans aucun contrôle institutionnel sur l’emploi des fonds. On est bien en Suisse et non dans une république bananière. 
À l’autre bout de la Suisse Romande, à l’Université de Genève (UNIGE) si l’existence d’un mandat rémunéré de la part de la Generalitat séparatiste de Catalogne en faveur du professeur Nicolas Levrat pour qu’il arme la thèse sécessionniste catalane n’est pas un secret, on peut s’interroger sur la nature de la relation qu’entretient son collègue le professeur Mathieu Crettenand avec International Trial Wach (ITW) qui est une officine du propagandiste catalan Òmnium Cultural. C’est sous l’égide d’ITW que Crettenand a systématiquement disqualifié la justice espagnole dans nos médias. Le séparatisme est un employeur et il paie. Certes toujours avec l’argent des autres. 
Malheureusement, le séparatisme génère des divisions; de la haine et de la violence; des drames familiaux et professionnels. C’est un vecteur de chaos. Son coût pour la collectivité est colossal. Le séparatisme consiste toujours à imposer un point de vue au voisin, quelqu’en soient les méthodes jusqu’aux plus perfides. 
C’est un poison pour la cohésion sociale. Seuls quelques uns s’enrichissent. Ce ne sont ni les « endoctrinés » ni leurs adversaires. Tous sont abusés par les quelques tireurs de ficelles avides de pouvoir. 

François Meylan

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
À La Défense, Jean-Luc Mélenchon veut montrer qu’il est le mieux armé à gauche
Lors de son premier meeting parisien, le candidat insoumis à la présidentielle s’est posé comme le pôle de résistance à la droite et à l’extrême droite. Il a aussi montré sa capacité de rassemblement en s’affichant aux côtés de nombreuses personnalités de gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Gauche(s)
Programme présidentiel de La France insoumise : ce qui change, ce qui demeure
Réactualisé à l’aune du quinquennat écoulé, « L’Avenir en commun » est débarrassé des points qui avaient le plus fait polémique en 2017, comme l’hypothèse d’une sortie de l’Union européenne. Pour le reste, la continuité domine : VIe République, planification écologique et partage des richesses.
par Fabien Escalona et Pauline Graulle
Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting du candidat d’extrême droite se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre