François Meylan
Entrepreneur dans la finance et actif dans le monde associatif
Abonné·e de Mediapart

42 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 mars 2021

Moutier (BE): le vote le plus surveillé de Suisse est déjà entaché

Tant pour le camp des séparatistes dont une bonne majorité n’habitent pas la cité prévôtoise que dans celui des habitants de Moutier opposés à la sédition, l’humour devait être de mise. Seulement voilà, ont surgit les insultes; les menaces sur les réseaux sociaux; les tentatives d’intimidation et le vandalisme...

François Meylan
Entrepreneur dans la finance et actif dans le monde associatif
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Une grande urne scellée vient d’être déposée à l’Hôtel-de-Ville de la petite ville de Moutier (7000 habitants) dans le canton de Berne, en Suisse. Le 28 mars 2021, se tiendra le vote le plus surveillé du pays d’Heidi. Il s’agira pour la population prévôtoise de rejoindre le canton voisin du Jura ou non. La Suisse est certainement l’une des plus anciennes démocraties du monde (1292). Aussi, l’affaire a fait grand bruit en 2017 quand le même vote - la consultation populaire la plus surveillée de Suisse - avait vu son résultat annulé par un tribunal en raison de nombreuses irrégularités. Cette-fois, il sera difficile de récupérer du matériel de vote à l’insu des ayants-droits. Ce qu’on appelle le captage de voix. Une méthode qui fut pratiquée dans le camp des  «autonomistes jurassiens » - les séparatistes du Canton et de la république du Jura. Le Département fédéral de justice et police veille au grain. C’est lui qui distribue directement le matériel de vote dans les homes pour personnes âgées. Par ailleurs, tant les autorités de la Ville de Moutier que celles des deux cantons concernés Berne et Jura se sont engagées à ne pas faire campagne. Promesse qui n’est déjà plus respectée par les élus du Canton et de la république du Jura qui viennent d’entrer massivement dans la danse. Le climat de cette campagne si particulière puisque c’est la répétition d’un vote et qu’il est placé sous l’égide du diktat des mesures sanitaires protégeant la population de la recrudescence de la Covid-19 devait être bon enfant. Tant pour le camp des séparatistes jurassiens - une majorité n’habitant pas même la cité prévôtoise - que pour les habitants et résistants de Moutier opposés à toute idée de sédition l’humour devait être le maître mot. Seulement voilà, les dérapages ont rapidement surgit : insultes et menaces sur les réseaux sociaux; tentatives d’intimidation - se rendre au domicile d’un opposant pour le mettre en garde; récupération de la feuille de chou locale pour dénigrer les acteurs du camp d’en face etc et etc. 
À relever, que ces faits peu courtois sont constatés chez les autonomistes jurassiens. Ils sont notoirement connus pour l’imposition musclée de leurs volontés. Jadis se sont les fermes qui étaient incendiées dans ce coin de Suisse. Les attentats à l’explosif - les tristes années de braise - sont aussi à porter au crédit des mêmes protagonistes. Le séparatisme est un fonds de commerce. Il permet le clientélisme et à quelques « politiques » locaux d’exister. 
Le week-end dernier, c’est la bâche arborant un smiley géant qu’on a retrouvée criblée d’impacts. (1) Carabine à plombs ou grenailles, une enquête de police a été diligentée (2)

D’autres zones d’ombre subsistent.

En décembre dernier, nous apprenions que la Fondation de la Réunification était radiée. Cette entité jurassienne qui a comptabilisé par moment un demi million de francs servait à financer des entités et des actions, entre autres, au préjudice du Jura bernois voisin. Soit la région prévôtoise comprenant justement la ville de Moutier (BE). Son financement était constitué de donations et d’une « taxe » prélevée sur la tête de chaque habitant du Canton et de la République du Jura. La ponction étant faite directement par les villes et par les collectivités jurassiennes. Sous d’autres cieux, cela s’appelle « impôt révolutionnaire » ou « contribution à la lutte. » On est toujours en Suisse. Depuis, plusieurs voix se sont élevées pour demander toute la transparence sur les activités de subversions de la Fondation de la Réunification  depuis sa fondation le 7 juillet 1988. La réponse se fait attendre. 
À quoi a servi cet argent public ? Quel est le lien entre Diplocat - l’officine d’achats d’influences de l’appareil séparatiste catalan qui est notoirement connu pour ses actions d’intimidation - et les autonomistes jurassiens ? Peut-on garantir que ce vote ne souffre aucunement une influence étrangère ? (3)

Cette nouvelle consultation clôturera définitivement l’épineuse question jurassienne ?
Rien n’est moins sûr. (4) Nombre de mouvements sécessionnistes sont par nature expansionnistes.(5)

Notes : 

1) https://www.journaldujura.ch/nouvelles-en-ligne/region/le-smiley-des-gorges-vandalise

2) https://www.rjb.ch/rjb/Actualite/Region/20210315-Montee-de-tension-a-Moutier.html?fbclid=IwAR2zfT-MpurFxIuC-c8d9d6Ctx_xbifD9w14GCjYWk-g1xU9cs2YqbmEoJg

3) https://www.rfj.ch/rfj/Actualite/Region/20200123-Une-visite-catalane-pour-renforcer-les-liens-avec-le-Jura.html

4) https://www.dolcacatalunya.com/etiqueta/moutier/

5)https://blogs.mediapart.fr/1030855/blog/030121/separatisme-moutier-et-la-caisse-noire-jurassienne

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Nouvelle-Calédonie : la faute d’Emmanuel Macron
En maintenant le troisième référendum d’autodétermination le 12 décembre, malgré la crise sanitaire et politique qui frappe l’archipel, le président de la République déchire un contrat signé il y a trente ans. Le processus de décolonisation va se conclure en l’absence du peuple colonisé. Une aberration politique aux lendemains dangereux.
par Ellen Salvi
Journal — International
Soudan : un mois après, le coup d’État n'est pas achevé
En réinstallant le premier ministre dans ses fonctions, les militaires ont réussi à institutionnaliser leur putsch d’octobre. Mais un obstacle se dresse encore devant eux : la population, qui reste fortement mobilisée. Reportage à Khartoum, dans la manifestation du 25 novembre.
par Gwenaelle Lenoir
Journal — France
De Calais à l’Angleterre, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila
Journal — Culture-Idées
« Les critiques de la chasse sont très liées à la notion de civilisation »
Alors que plusieurs accidents de chasse ont relancé le débat sur cette pratique, l’anthropologue Charles Stépanoff consacre un livre saisissant à ce qui se passe dans les forêts situées à l’orée de nos villes. Entretien.
par Joseph Confavreux