François Meylan
Entrepreneur dans la finance et actif dans le monde associatif
Abonné·e de Mediapart

42 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 févr. 2021

Catalogne : Pablo Hasél a fait de l’apologie de la haine son fonds de commerce

De nombreux médias se complaisent à affirmer que le rappeur Pablo Rivadulla Duró a été condamné pour des insultes qu’il aurait proféré publiquement à l’encontre de la Monarchie. La vérité est plus grave que quelques « gros titres » qui cherchent, une fois de plus, à vendre

François Meylan
Entrepreneur dans la finance et actif dans le monde associatif
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pablo Hasél – de son vrai nom Pablo Rivadulla Duró, un rappeur parmi tant d’autres, jusqu’il y a peu, totalement inconnu a choisi la provocation et l’apologie de la haine pour appeler la lumière sur lui. Une manière de composer avec un talent qu’il n’a manifestement pas. De là à le considérer comme un artiste il y a un pas que votre serviteur ne franchira pas.
Je me suis interrogé sur la définition de l’art. Celle que m’a donnée un professeur aux Beaux-arts, aujourd’hui retraité, sonne juste à ma conception de la grandeur : «L’art est le résultat d’un dépassement de soi. » Est-ce que faire l’apologie d’organisations terroristes telle que l’ETA qui a lâchement assassiné plus de 800 personnes, citoyens désarmés, femmes et enfants compris, de plus dans un pays dont l’exercice de la démocratie n’est remis en question par aucune institution onusienne un minimum sérieuse ni aucun État est un dépassement de soi ? 
Probablement, que c’est un dépassement de soi dans la bêtise mais ce n’est certainement pas de l’art. 
Rivadulla Duró avait jusqu’à vendredi soir dernier pour se rendre volontairement en prison et commencer à y purger la peine de neuf mois qui lui avait été infligée par la justice. Reconnu coupable d’apologie du terrorisme, ainsi que d’injures et calomnies à l’encontre de la couronne et de l’Etat.  
Aussi, je ne me prononcerai pas sur la nature de la peine. Seulement, je m’interroge sur les dispositions pénales, pour autant qu’elles existent, des autres pays européens vis-à-vis d’un individu qui profèrent publiquement les injures et des menaces ? Parce que la personne qui nous occupe a également menacé un témoin. 
Je m’interroge aussi sur quelle portée cela aurait dans nos médias dont une bonne partie s’évertuent à contenter une gauche moraliste qui n’a de progressiste que le nom si Hasél faisait l’apologie du nazisme en lieu et place des assassins séparatistes basques ou encore du « Grapo », autre mouvance criminelle ? 
Et que dirait le collectif d’artistes - de vrais artistes cette-fois-ci - qui ont récemment signé une tribune en soutien à Pablo Rivadulla Duró si on remplaçait policiers; bourbons et l’Espagne prétendument fasciste que le « rappeur - artiste » appelle de ses vœux et implicitement à rayer de la surface de la terre par « juifs »,  « nègres » ou «arabes»? 
Finalement, que faisait-il encore dans ce pays où l’air est à ce point irrespirable ? 
C’est regrettable, sa condamnation par la justice pénale lui procure une publicité qu’il n’aurait jamais obtenue par d’autres moyens. Pour le moins, il mérite désapprobation et indifférence. Le problème est que dès qu’on légifère sur la réponse à donner à l’appel à la haine et au meurtre il est difficile de n’appliquer la loi seulement quand cela ne risque pas de provoquer des émeutes. Il reste, certainement, un travail de pédagogie à fournir par nos intellectuels et autres faiseurs d’opinions pour expliquer la gravité du comportement de Pablo Hasél. 
Rappelons qu’en France voisine d’odieux assassinats ont été perpétrés par des déséquilibrés inspirés par des appels à la haine et au meurtre sur les réseaux sociaux. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Extrême droite
L’extrême droite et ses complicités tacites
Au lendemain de l’agression de journalistes et de militants antiracistes au meeting d’Éric Zemmour, les rares condamnations politiques ont brillé par leur mollesse et leur relativisme. Au pouvoir comme dans l’opposition, certains ne luttent plus contre l’extrême droite : ils composent avec elle.
par Ellen Salvi
Journal
À Villepinte, des antifascistes interpellés « à l’abri des regards »
Une soixantaine d’interpellations, et beaucoup de remises en liberté sans poursuites : c’est le bilan de la manifestation antifasciste à Villepinte, durement réprimée pendant le premier meeting d’Éric Zemmour. Militants, avocats et journalistes font état d’un zèle policier inquiétant.
par Mathieu Dejean et Mathilde Goanec
Journal
À Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait
Journal — France
Affaire Avenir lycéen : un rapport officiel reconnaît l’ampleur du scandale
À la suite des révélations de Mediapart sur Avenir lycéen, Jean-Michel Blanquer avait sollicité une mission d’inspection sur les subventions aux associations lycéennes. Le rapport est assassin pour plusieurs associations, dont Avenir lycéen, mais aussi pour la gestion des crédits par le ministère.
par Antton Rouget et Pierre Januel

La sélection du Club

Billet de blog
Pourquoi ne veulent-ils pas lâcher la Kanaky - Nouvelle Calédonie ?
Dans quelques jours aura lieu, malgré la non-participation du peuple kanak, de la plupart des membres des autres communautés océaniennes et même d'une partie des caldoches. le référendum de sortie des accords de Nouméa. Autant dire que ce référendum n'a aucun sens et qu'il sera nul et non avenu.
par alaincastan
Billet de blog
Lettre ouverte à Sébastien Lecornu, Ministre des Outre mer
La Nouvelle-Calédonie connaît depuis le 6 septembre une dissémination très rapide du virus qui a provoqué, à ce jour, plus de 270 décès dont une majorité océanienne et en particulier kanak. Dans ce contexte le FLNKS demande le report de la consultation référendaire sur l'accession à la pleine souveraineté, fixée par le gouvernement au 12 décembre 2021.
par ISABELLE MERLE
Billet de blog
Lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France
Signé par tous les partis indépendantistes, le comité stratégique indépendantiste de non-participation, l’USTKE et le sénat coutumier, le document publié hier soir fustige le gouvernement français pour son choix de maintenir la troisième consultation au 12 décembre.
par Jean-Marc B
Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa