François Meylan
Entrepreneur dans la finance et actif dans le monde associatif
Abonné·e de Mediapart

42 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 févr. 2021

Catalogne : Lluís Companys et l’apologie d’un monstre

En Suisse, on débaptise des lieux portant les noms d’illustres politiques comme Louis Agassiz ou David de Pury en raison d’un passé raciste. Dans l’autonomie catalane, les séparatistes font l’apologie d’un monstre. Jusqu’à vouloir le béatifier. À défaut d’avoir trouvé une justification historique, scientifique ou raciale, tel est le prix pour la construction du mythe sécessionniste

François Meylan
Entrepreneur dans la finance et actif dans le monde associatif
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

*Le 6 juin 2020, une délégation de Esquerra Republicana de Catalunya (ERC), mouvement d’extrême gauche tristement rendu célèbre durant les tueries des années trente dans l’autonomie catalane, en Espagne, fut reçue en audience privée au Vatican par Sa Sainteté le Pape François.

Sans en informer l’ambassade d’Espagne à Rome, cette délégation de la municipalité de Manresa a prétexté le 500ème anniversaire de San Ignacio de Loyola dans cette commune de 76 000 âmes, située au nord de Barcelone, à prédominance séparatiste, pour provoquer l’entretien.

Comme le rapporte la journaliste María Jesús Cañizares du média Crónica Global.

Insolite n’est-elle pas cette démarche qui s’inscrit dans une stratégie de long terme sur les chemins de la sécession des pseudos pays catalans. Ceux-ci s’étendraient – selon les plans fantasmagoriques de l’ERC – de la Communauté de Valence à Perpignan, en englobant le sud d’Aragon, toute la Catalogne et l’ensemble des îles Baléares. Or pour la petite histoire si Majorque, Valence et bien entendu Aragon furent jadis des Royaumes, il n’en est rien pour la Catalogne qui n’a jamais formé une entité administrative et politique en tant que telle.

Lors de cette rencontre les activistes de Manresa ont plaidé pour les auteurs de la tentative de coup d’État des 6, 7 septembre et du 1er octobre 2017 dans l’autonomie catalane, aujourd’hui emprisonnés. Mais on ne saurait douter qu’ils ont également appuyé la volonté de béatification de l’ancien président de la Generalitat de Catalogne le défunt Lluis Companys.

L’historien, écrivain et journaliste César Vidal a déjà tiré la sonnette d’alarme à plusieurs reprises, entre autres : depuis 2010, un groupe d’ecclésiastiques catalans qui ont pignon sur rue au Vatican tentent de faire béatifier l’avocat, journaliste et politique Companys. Prétextant qu’il fut fusillé par le dictateur espagnol Franco en 1940 durant son mandat de la Generalitat alors qu’il avait été démocratiquement élu. Les sécessionnistes ajoutent que Lluis Companys s’est systématiquement positionné aux côtés des plus démunis. « Le fait que Companys exilé en France occupée et capturé par la Gestapo, fut jugé et exécuté par la dictature franquiste ajoute un romantisme qui séduit nombre de bien pensants dans nos démocraties occidentales » affirme Patricia Gonzalez, responsable pour la Communauté de Valence pour l’association suisse apolitique « Catalunya peuple d’Espagne » qui lutte contre la résurgence du suprémacisme dans l’autonomie catalane.

Dans celle-ci, les avenues, les monuments et autres édifices baptisés du nom de Companys foisonnent : le Stade olympique de Barcelone; le Monument à la Rambla President Lluís Companys à Tarragone; l’Institut Públic Lluís Companys à Ripollet; la Carrer de Lluís Companys à Granollers ; la Carrer de Lluís Companys à Salou etc et etc. On peut poursuivre ainsi sur des pages.

Ce sont des centaines et des centaines de lieux qui portent le nom de l’assassin. Et oui, dans les faits, Lluís Companys, foncièrement anti clergé, fut l’un des plus grands assassins qu’a compté l’Espagne et en particulier la Catalogne.

On déplore, sous son administration non moins de 9000 victimes. De ses opposants politiques, du malheureux maire qui célébra Noël à de nombreux ecclésiastiques, en passant par ses anciens alliés, ils furent nombreux à être passés par les armes.

D’autres furent déportés – on doit à Lluís Companys  les premiers camps de déportation en Europe, avant ceux des Nazis. Au nombre de centaines furent les nonnes à être violées, torturées et exécutées, sans aucune forme de procès. On a même retrouvé 400 sentences de mort signées de sa main.

La liste de toutes ses victimes existe et est à présent publique. On doit au professeur et sociologue Javier Barraycoa, auteur du livre « Les (des)controlados de Companys » un travail de recherches inestimable. Ne serait-ce que pour honorer la mémoire des trop nombreuses victimes du psychopathe Companys. Le sociologue Barraycoa produit de ses nombreux travaux l’image précise du monstre :

«Versatile, opportuniste sans conviction propre, à l’ambition démesurée, narcissique, pervers sans foi, en proie à des crises d’angoisse et à des pleurs incontrôlés, en prise à des crises de colère durant lesquelles il allait jusqu’à arracher sa chemise. Il a non seulement permis mais a aussi encouragé plusieurs milliers d’exécutions sommaires, sans aucune garantie du droit. »

Pour sa part, Nicolas Klein, auteur, professeur, spécialiste de l’Espagne et préparateur aux hautes études, précise dans l’une de ses interviews :

« Lluís Companys (1882-1940), fondateur de la Gauche républicaine de Catalogne (ERC), l’un des principaux partis sécessionnistes catalans actuels, est une icône révérée par l’ensemble du séparatisme. Il a pourtant beaucoup de sang sur les mains, notamment en tant que président de la Generalitat de Catalogne (1934 – 1940). Son exécution par le régime franquiste ne doit pas masquer les responsabilités immenses qu’il a dans la mise en place de camps de concentration, dans la mise à mort sommaire de ses opposants et de nombreux ecclésiastiques.(…) En ce sens, la conception de la politique par Companys n’avait rien de démocratique (il parlait lui-même de démocratie expéditive, ce qui en dit long sur le personnage). Il n’est donc pas surprenant qu’il soit admiré par ses descendants idéologiques… »

Alors qu’en Suisse on débaptise des lieux portant les noms d’illustres politiques comme Louis Agassiz ou encore David de Pury en raison d’un passé raciste, dans l’autonomie catalane, les séparatistes s’évertuent à faire l’apologie d’un monstre. Jusqu’à vouloir le béatifier. À défaut d’avoir trouvé une justification historique, scientifique ou raciale, tel est le prix pour la construction du mythe sécessionniste.

*Publié une première fois le 26 août 2020 dans « Réseau International »

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Extrême droite
L’extrême droite et ses complicités tacites
Au lendemain de l’agression de journalistes et de militants antiracistes au meeting d’Éric Zemmour, les rares condamnations politiques ont brillé par leur mollesse et leur relativisme. Au pouvoir comme dans l’opposition, certains ne luttent plus contre l’extrême droite : ils composent avec elle.
par Ellen Salvi
Journal
À Villepinte, des antifascistes interpellés « à l’abri des regards »
Une soixantaine d’interpellations, et beaucoup de remises en liberté sans poursuites : c’est le bilan de la manifestation antifasciste à Villepinte, durement réprimée pendant le premier meeting d’Éric Zemmour. Militants, avocats et journalistes font état d’un zèle policier inquiétant.
par Mathieu Dejean et Mathilde Goanec
Journal
À Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait
Journal — France
Affaire Avenir lycéen : un rapport officiel reconnaît l’ampleur du scandale
À la suite des révélations de Mediapart sur Avenir lycéen, Jean-Michel Blanquer avait sollicité une mission d’inspection sur les subventions aux associations lycéennes. Le rapport est assassin pour plusieurs associations, dont Avenir lycéen, mais aussi pour la gestion des crédits par le ministère.
par Antton Rouget et Pierre Januel

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre ouverte à Sébastien Lecornu, Ministre des Outre mer
La Nouvelle-Calédonie connaît depuis le 6 septembre une dissémination très rapide du virus qui a provoqué, à ce jour, plus de 270 décès dont une majorité océanienne et en particulier kanak. Dans ce contexte le FLNKS demande le report de la consultation référendaire sur l'accession à la pleine souveraineté, fixée par le gouvernement au 12 décembre 2021.
par ISABELLE MERLE
Billet de blog
Lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France
Signé par tous les partis indépendantistes, le comité stratégique indépendantiste de non-participation, l’USTKE et le sénat coutumier, le document publié hier soir fustige le gouvernement français pour son choix de maintenir la troisième consultation au 12 décembre.
par Jean-Marc B
Billet de blog
1er décembre 1984 -1er décembre 2021 : un retour en arrière
Il y a 37 ans, le drapeau Kanaky, symbole du peuple kanak et de sa lutte, était levé par Jean-Marie Tjibaou pour la première fois avec la constitution du gouvernement provisoire du FLNKS. Aujourd'hui, par l'entêtement du gouvernement français, un référendum sans le peuple premier et les indépendantistes va se tenir le 12 décembre…
par Aisdpk Kanaky
Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa