AFPS : Salah Hamouri doit être libéré !

Le 30 juin, alors qu’il se rendait dans un centre de santé à Jérusalem-Est où il habite, Salah Hamouri a été arrêté une nouvelle fois par l’armée d’occupation israélienne.

Communiqué de l'AFFS

salahamouri

Plus de 24 heures après son arrestation, le Consul général de France à Jérusalem n’avait toujours pas été autorisé à le rencontrer pour lui apporter la protection consulaire à laquelle il a droit.

Le 1er juillet, le tribunal israélien l’a placé en détention administrative jusqu’au 7 juillet.

L’engrenage de l’arbitraire est à nouveau à l’œuvre. Israël continue de s’acharner sur Salah Hamouri, avocat franco-palestinien. Défenseur des droits des Palestiniens et particulièrement des prisonniers politiques, Salah Hamouri a connu trop souvent les arrestations et les prisons israéliennes.

Déjà arrêté à 17 ans, il avait alors fait 7 ans de prison. En août 2017, il est de nouveau arrêté et fera 13 mois de prison sans s’être vu notifié la moindre justification. C’est la « détention administrative » dont Israël use massivement en toute illégalité à l’encontre des Palestiniens : l’enfermement est renouvelé de 6 mois en 6 mois, indéfiniment, dans l’arbitraire le plus total.

Parce qu’il est né Palestinien à Jérusalem, la terre de sa famille, Salah Hamouri n’a pas les mêmes droits que les Juifs nés à Jérusalem. Il n’a pas le droit de choisir sa vie, il n’a pas le droit d’y vivre en famille, son fils n’a pas pu y naître et ne peut y vivre, sa femme ne peut ni s’y rendre, ni y travailler ni y vivre.

Parce qu’il est Palestinien, et comme tous les Palestiniens, il est condamné à subir les lois discriminatoires édictées par Israël qui a instauré un régime d’apartheid à l’encontre du peuple palestinien.

Parce qu’il refuse de subir cette injustice, comme toutes celles et tous ceux qui, comme lui, résistent, il est victime de l’arbitraire et de l’acharnement d’un pouvoir qui se croit et se sait tout permis.

Ces précédentes arrestations avaient suscité de vastes campagnes de soutien en France.

Alliant révolte, colère et indignation, l’AFPS a immédiatement écrit aux autorités françaises pour qu’elles exigent la libération immédiate de Salah Hamouri afin qu’il puisse rejoindre sa femme et son fils en France en ce début juillet comme il souhaitait le faire.

Cette arrestation injustifiée s’ajoute aux nombreuses violations du droit pas Israël qui justifient la mise en place de sanctions et de mesures concrètes immédiates.

L’AFPS appelle à la mobilisation toutes celles et tous ceux qui ne supportent plus l’impunité dont jouit Israël et l’injustice subie par les Palestiniens. Elle assure Salah et sa famille de toute sa solidarité.

Le Bureau national
1 juillet 2020


[L'Humanité, 30 juin] SALAH HAMOURI ARRÊTÉ : AUDIENCE AUJOURD'HUI

L’avocat franco-palestinien interpellé mardi est toujours détenu. Une audience doit se tenir aujourd'hui.  Il a été conduit au centre d’interrogatoire de Moskobiyeh, alors qu’il se rendait à Jérusalem pour effectuer un test de coronavirus.

C’est en se rendant à un centre médical de Jérusalem pour effectuer un test du Covid-19, obligatoire pour prendre l’avion pour la France, un départ prévu le 4 juillet prochain, que l’avocat franco-palestinien a une nouvelle fois été arrêté par les autorités israéliennes. Il devrait être présenté devant un juge le 1er juillet, et le consulat de France situé dans la ville sainte a été alerté. Selon son comité de soutien, il a été conduit au centre d’interrogatoire de Moskobiyeh, à Jérusalem, et aucun motif pour justifier son arrestation n’a été communiqué. Salah Hamouri avait subi le même traitement en août 2017, à quelques jours d’un voyage en France pour retrouver son épouse et son fils, puis purgé treize mois de détention administrative, sans jugement ni accusation prouvée.

De nombreux soutiens

« Son comité de soutien, ses amis et collègues en appellent solennellement aux autorités françaises pour qu’elles agissent immédiatement et fortement pour obtenir la libération immédiate et sans condition de notre concitoyen qui a le droit à la liberté de circulation »,écrivent ces derniers. De nombreuses personnalités politiques ont d’ores et déjà appuyé cet appel, à l’instar des sénateurs communistes Pierre Laurent et Fabien Gay, ou d’Olivier Besancenot, du NPA.

La mobilisation des acteurs publics et de la société civile, portée par l’Humanité, avait été décisive lors de la première libération de Salah Hamouri en 2011, obtenue de façon anticipée dans le cadre d’une libération de prisonniers palestiniens contre le soldat franco-israélien Gilad Shalit. En 2008, après trois ans de détention administrative, des accusations (jamais étayées) de participation à un complot visant à assassiner le rabbin Ovadia Yosef et d’appartenance au Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), il avait accepté une procédure dite de plaidoyer de marchandage. Laquelle avait transformé une peine éventuelle de quatorze ans à une condamnation à sept années d’emprisonnement.

Marc de Miramon


[Le Courrier de l'Atlas, 1er juillet] Salah Hamouri : Détention prolongée pour l’avocat franco-palestinien

salahhamouri1

Salah Hamouri. Crédit photo: AHMAD GHARABLI / AFP

Malheureusement, Salah Hamouri, avocat franco-palestinien de 35 ans, ne pourra pas se rendre comme prévu à Paris ce 4 juillet. Arrêté par les autorités israéliennes ce mardi 30 juin dans un centre médical de Jérusalem (il était venu passer le test du Covid obligatoire pour tous les futurs passagers), un juge israélien a décidé ce mercredi 1er juillet de le maintenir en détention au moins jusqu’au 7 juillet, date à laquelle une nouvelle audience aura lieu.

Selon ses proches, aucun motif n’est avancé pour justifier sa détention. Toujours selon eux, le Consulat Général de France à Jérusalem n’a toujours pas eu l’autorisation de voir Salah Hamouri. 

L’acharnement continue donc. Depuis 15 ans maintenant, les autorités israéliennes tentent de briser cet homme, parce qu’il s’oppose à l’Occupation et la colonisation israélienne de la Palestine. Un engagement qui coûte cher à Salah Hamouri. 

Palestinien par son père, Français par sa mère, (Denise Hamouri est originaire de Bourg en Bresse), Salah Hamouri a grandi à Jérusalem. Il a été incarcéré à plusieurs reprises. En 2005,  à 19 ans, alors étudiant en sociologie à Bethléem, il est accusé à tort, soupçonné d’avoir projeté l’assassinat d’un rabbin. Sur la recommandation de son avocate, il plaide coupable, pour éviter une peine de 14 ans de prison. Il sera condamné à une peine de 7 ans. 

>> Lire aussi : La lettre de Salah Hamouri après sa sortie de prison

Le dossier d’accusation est vide, selon Alain Juppé.

À l’époque, Alain Juppé, ministre français des Affaires étrangères avait estimé que le dossier d’accusation était vide, reconnaissant que « les aveux faits à l’audience n’avaient été corroborés par aucun élément de preuve ». A sa sortie de prison, les déboires de Salah Hamouri ne se sont pas arrêtés pour autant. Deux arrêtés militaires émanant de l’armée israélienne sont pris contre lui en 2015, lui interdisant de se rendre dans les territoires occupés palestiniens.

Puis, en août 2017, il est de nouveau arrêté et placé en détention administrative. Les accusations portées contre lui sont restées confidentielles comme c’est généralement le cas pour les détentions administratives. Un régime, très critiqué par les défenseurs des droits de l’Homme et qui permet à Israël de priver de liberté des personnes pendant plusieurs mois renouvelables indéfiniment sans leur en notifier les raisons. Salah Hamouri restera plus d’un an en prison.

Le 20 mai dernier, les forces spéciales israéliennes avaient tenté de l’enlever en pleine journée. Une scène invraisemblable survenue à Ramallah, en territoire palestinien.

>>Lire aussi : Palestine – Tentative d’enlèvement de l’avocat Salah Hamouri

Depuis quelques années, Salah Hamouri navigue entre Jérusalem et la région parisienne où vit son épouse Elsa Lefort, interdit de séjour en Israël depuis janvier 2016, depuis son expulsion arbitraire alors qu’elle était enceinte. 

Un acharnement des autorités israéliennes contre notre compatriote rendu possible par l’inaction des gouvernements français qui se se sont succédés depuis 15 ans.

Nadir Dendoune


[Plateforme Palestine, 19 mars] Nettoyage ethnique à Jérusalem : trois questions à Salah Hamouri

Salah Hamouri dénonce le fait qu’« Israël est en train de vider Jérusalem de ses citoyens palestiniens ». L’avocat et militant politique franco-palestinien a passé sept ans de sa vie dans les prisons israéliennes, dont plus de trois ans en détention administrative. Récemment rentré en Palestine après un séjour en France, il risque à tout moment d’être de nouveau arrêté.

Salah Hamouri: nettoyage ethnique à Jérusalem © Orient XXI

Le nettoyage ethnique est un crime contre l'humanité, et la diplomatie française se tait... Qui ne dit mot consent.

Question : le gouvernement français ira-t-il jusqu'à couvrir la mise en détention d'un citoyen français par 'l'ami Bibi' pour le faire taire ?


Direct Le Media Live - Des milliers de Palestiniens sont descendus dans les rues de Ramallah pour protester contre le plan du gouvernement israélien d'annexer les territoires de Cisjordanie. Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a déclaré la semaine dernière que les plans du gouvernement israélien seraient la ′′ violation la plus grave du droit international."

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.