Gabas
Abonné·e de Mediapart

821 Billets

1 Éditions

Billet de blog 1 juil. 2021

Femmes de chambre de l'Ibis Batignolles : la fête après la victoire

Au terme de vingt deux mois de mobilisation, dont huit mois de grève, les femmes de chambre de l'hôtel Ibis Batignolles à Paris, ont fêté leur victoire au théâtre de la Belle Étoile à Saint-Denis.

Gabas
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Journal l'Humanité - Femmes de chambre de l'Ibis Batignolles : la fête après la victoire

Femmes de chambre de l'Ibis Batignolles : la fête après la victoire © Journal l'Humanité

Les femmes de chambre de l'Ibis Batignolles avaient promis de faire la fête avec de la bonne énergie, de la bonne musique et autour d'une excellente cuisine et elles ont à nouveau réussi leur pari. Avec le slogan "Frotter, frotter, ça a payé !", elles avaient donné rendrez-vous à tous leurs soutiens au théâtre de la Belle Étoile de Saint-Denis afin de savourer leur victoire emblématique face au groupe hôtelier Accor, dont elles nettoient et embellissent les chambres.

Vingt-deux mois de lutte dont huit mois de grève au terme desquelles, elles ont décroché des revalorisations salariales ainsi que de meilleurs conditions de travail avec un accord signé le 24 mai 2021.

Elles ont pris la parole tour à tour, chanté, dansé et donné quelques interviews aux médias présents. "La lutte, elle paie ! Même quand c'est long et difficile, il faut s'unir, c'est la condition pour obtenir la vctoire ! ", s'exclame Rachel Keke, gouvernante de l'hôtel Ibis des Batignolles. "Il était temps de partager cette victoire avec nos enfants également qui ont souffert pendant cette lutte" rajoute Rachel.

Les larmes aux yeux, Tiziri Kandi, responsable syndicale à la CGT-HPE (Hôtels de prestige et économiques) met en avant la persévérance de ces femmes qui se sont battues avec une détermination sans failles. "On passait d'une émotion à l'autre et ça nous a énormément soudé et les liens sont devenus très forts entre nous" souligne la syndicaliste.

Laurence Cohen, sénatrice du Val-de-Marne, rappelle que dans une période où le mouvement social était ralenti, elles ont continué le combat collectivement. Elles se sont battues en tant que femmes exploitées avec beaucoup de simplicité et d'humanisme", déclare la parlementaire.

Claude Lévy, animateur à la CGT-HPE annonce au micro qu'elles ont gagné de 250 à 500 € d'augmentation de salaire, une prime de panier de 7,30€ par jour et la fin du travail à la chambre mais le paiement à l'heure. "Ce conflit est un symbole pour toute cette classe ouvrière de l'hôtellerie et de la sous-traitance", précise le responsable syndical.

La fête se poursuit en soirée au sein du théâtre avec la Compagnie Jolie Môme qui leur offre un spectacle sous une banderole où on peut lire : "Ce que le peuple obtient, il le prend !"

---

SUIVEZ L'HUMANITÉ ! Retrouvez tous nos articles sur https://www.humanite.fr/

Page Facebook  https://fr-fr.facebook.com/humanite.fr

https://www.facebook.com/compagniejoliemome/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ».
par Patricia Neves
Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Relancer les trains de nuit et améliorer l'infrastructure créera des emplois
[Rediffusion] Lorsque le voyageur se déplace en train de nuit plutôt qu’en avion, il génère davantage d’emploi. La relance des trains de nuit peut ainsi créer 130 000 emplois nets pendant une décennie pour la circulation des trains, la construction du matériel et l’amélioration des infrastructures. Bénéfice additionnel : les nouvelles dessertes renforceront l’attractivité des territoires et l’accès à l’emploi.
par ouiautraindenuit
Billet de blog
Transition écologique... et le train dans tout ça ?
La transition écologique du gouvernement en matière de transports ne prend pas le train ! Dans un billet, le 3 août, un mediapartien dans son blog « L'indignation est grande », dénonçait le « mensonge d’État » concernant l’investissement ferroviaire. Deux émissions sur France Culture sont révélatrices du choix politique de Macron-Borne ! Saurons-nous exiger le train ?
par ARTHUR PORTO
Billet de blog
« Le chemin de fer est un trésor public et une solution pour demain »
[Rediffusion] Dans « Un train d'enfer », Erwan et Gwenaël Manac'h offrent une enquête graphique dense, caustique et très réussie sur la SNCF qui lève le voile sur une entreprise d’État attaquée de toute part, un emblème, à réformer sans doute, mais surtout à défendre. Conversation déliée avec Erwan.
par Delaunay Matthieu
Billet de blog
Les perdus de Massiac
Par quel bout le prendre ? Dénoncer l'incompétence catastrophique et l'inconséquence honteuse de la SNCF ou saluer les cheminots qui font tout leur possible pour contrebalancer l'absurdité du système dont ils sont aussi victimes ? L'État dézingue d'abord chaque secteur qu'elle veut vendre au privé de manière à ce que la population ne râle pas ensuite...
par Jean-Jacques Birgé