MISE EN EXAMEN DES 5 DE SUD POSTE 92

Brahim et Dalila ont déjà été entendu en février et mis en examen. Gaël et Mohamed ont été mis en examen, mais pas encore entendu sur les faits. Yann vient d'être convoqué et n'a pas encore vu sa mise en examen notifiée. C'est donc au total 5 camarades de SUD POSTE 92 qui sont soit mis en examen soit vont potentiellement l'être.

Sudposte Hauts de Seine - Il y a 1h

MISE EN EXAMEN DES 5 DE SUD POSTE 92 : ACCOMPAGNONS NOS CAMARADES !

Brahim et Dalila ont déjà été entendu en février et mis en examen. Gaël et Mohamed ont été mis en examen, mais pas encore entendu sur les faits.

Yann vient d'être convoqué et n'a pas encore vu sa mise en examen notifiée.

C'est donc au total 5 camarades de SUD POSTE 92 qui sont soit mis en examen soit vont potentiellement l'être. La convocation nouvelle de notre camarade Yann n'est pas de nature à nous rassurer.

Nous trouvons que cette "justice" s'acharne toujours sur les mêmes. Ceux et celles qui défend les intérêts du monde du travail et de la jeunesse.

Pourquoi sinon poursuivre 7 ans après les faits des syndicalistes pour des faits grève qui se sont conclus par la signature d'un protocole de fin de conflit avec La Poste.

Quel esprit de revanche de la part de la direction de La Poste qui s'appuie sur ses liens avec l'Etat pour instrumentaliser la justice. En effet, on reproche à ces syndicalistes des faits datant de 2014, lors de deux visites au siège national de La Poste qui refusait de négocier avec les grévistes et leur syndicat.

On leur reproche une "violation de domicile" comprenez visite des grévistes et représentants du personnel au siège, des violences contre des vigiles et une responsable de la sûreté ainsi que des dégradations. Les 5 camarades réfutent ces accusations de violences, ces accusations de dégradations... et demandent que la mise en examen soit levée.

sudposte

https://www.facebook.com/sudposte.hautsdeseine/posts/2549857208655994

---

RATP, LA POSTE, etc...

La répression syndicale s'accentue.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.